Vie de parent

10 conseils si votre enfant échappe à votre surveillance ?

À tout moment votre petit(e) peut échapper à votre surveillance. Un moment d’inattention sur la plage, au marché, lors d’une balade, dans un festival, dans une gare, un aéroport, etc. Comment agir vite et bien ? Voici 10 conseils à apprendre par cœur afin de ne pas céder à la panique.

10 conseils si votre enfant échappe à votre surveillance ?

Montée d’adrénaline pour les parents, angoisse pour les marmots. D’un côté, l’adulte réalise que son petit n’est plus dans son champ de vision. De l'autre, l'enfant est noyé dans une foule de visages inconnus. Il fond en larmes, attire l'attention. Il arrive qu’il ne dise rien et se mette en quête de retrouver ses parents.
Pendant ce temps, papa ou maman est traversé(e) par toutes sortes de questions : « Est-il parti seul ? Où commencer à chercher ? Est-ce qu’un adulte va le récupérer ? ». Le choc. Heureusement qu’il existe quelques réflexes qui permettent d’être efficaces.

Chiffres. Durant les 15 premiers jours de juillet, 600 enfants se sont perdus - puis ont été retrouvés rapidement - sur le littoral belge, principalement à Ostende et Blankenberg. C'est bien plus que lors des années précédentes, la faute notamment au temps exceptionnellement beau cet été. De quoi vous inciter à redoubler de vigilance dans les prochains jours.

1 - Mettez la foule à contribution

Il ou elle n’est plus là. Vite, interpellez un maximum de passants. Montrez votre panique, du type « Je ne vois plus mon enfant, aidez-moi à le retrouver ». Décrivez-le rapidement : brun, cheveux bouclés,  grand comme ça, un T-shirt rouge. Faîtes appel aux autres, envoyez un maximum de personnes de bonne volonté pour vous aider. Partez dans plusieurs directions et fixez-vous un point de raliement.

2 - Suivez le soleil

Comme dit plus haut, depuis juillet, 600 enfants sur la côté se sont perdus. On peut vite comprendre pourquoi : la foule, la plage qui s'étend à perte de vue. Les plus petits s’égarent, les plus grands dérivent un peu dans l’eau sans s’en apercevoir et sortent de l'eau plus loin. Très important : un enfant perdu sur une plage va toujours se mettre à marcher dos au soleil. Idem pour le vent, qu'il aura généralement dans le dos. Vous savez dans quelle direction lancer vos recherches.

3 - Mettez un max d’informations

Comme vous n’êtes pas infaillible, autant être prévoyant. Vous pouvez glisser un petit mot dans la poche de votre enfant, en expliquant aux plus grands qu’il faut le donner à une personne de confiance, type agent de sécurité, etc., mais surtout pas à un inconnu. Pour les plus petits, mettez le mot en évidence. Mieux encore : ces étiquettes toute faites ou ces bracelets très pratiques et étanches, qui ravieront les petits et permettront de vous joindre rapidement. Le petit truc du numéro de GSM écrit sur le bras n’est pas mal non plus. Il permettra peut-être même aux parents solos de faire des rencontres !

4 - Votre GSM sur le bout de la langue

Véridique. Votre enfant ne sait pas encore lire et presque pas écrire. Mais vous pouvez lui faire mémoriser votre numéro de téléphone, dès l’âge de 4 ans. Cela peut se faire sous forme de chanson ou même de manière automatique sur les touches. Exercez votre tout-petit et apprenez-lui comment demander de l’aide à un adulte de confiance (voir plus haut).

5 - Le vêtir de façon visible

Contre l’anonymat, rien de mieux que la casquette orange fluo, le T-shirt jaune pétant, les loupiotes clignotantes et autres inventions. Quand ils sont plus grands et qu’ils s’éloignent du périmètre de sécurité, vous les identifiez au loin d’un simple coup d’œil.  Espérons simplement que tout le monde ne suive pas trop ce conseil, sans quoi nous allons nous retrouver bien vite aveuglés.

6 - Pas bouger !

C’est d’une logique bête, pourtant cela nous arrive de faire l’erreur, nous autres, adultes. Vous vous déplacez pour retrouver votre enfant. Il fait de même. Au final, vous multipliez les risques de ne pas vous retrouver. Apprenez-lui, tout petit, à ne pas bouger s’il ne vous retrouve pas. L’effet de panique se fait moins ressentir. De plus, s’il ne bouge pas, il ne part pas avec un inconnu. Vous pouvez même donner aux plus grands un point de rendez-vous en cas de perte. Expliquez-leur que c’est plus facile pour vous de revenir au point de départ, alors que lui, peut se perdre facilement.

7 - Ne jamais suivre un inconnu 

Aussi évident que cela puisse paraître, ce conseil est crucial. Quoi qu’il en soit, expliquez bien à votre enfant de ne pas suivre une autre personne. Cette règle complète à merveille la consigne du « pas bouger ». Et surtout, elle permet d’éviter des scenarios bien sombres. Pensez bien à le rappeler aux petits, dès le plus jeune âge, avant chaque manifestation au milieu d’une foule.

8 - Donnez des règles claires

Inutile de noyer les enfants d’informations, surtout les plus jeunes (2-5 ans). Soyez bref. Soyez précis. Rien ne vaut une règle ferme que votre marsouin assimile tout de suite : « Tenez-vous la main » ; « Demandez l’autorisation ou signalez nous, si vous vous éloignez » ; « Promenez-vous deux par deux » ; « Faites attention aux autres ».

9 - Soyez plus forts ensemble

Vous faites une sortie à plusieurs ? Organisez-vous entre adultes et répartissez-vous les tâches. Vous pouvez même responsabiliser les plus grands. « Tu fais attention à ta petite sœur, hein ? ». Chacun à son poste de garde, chacun joue les sentinelles, vous diminuez les risques et évitez les grosses frayeurs.

10 - N’effrayez pas votre enfant

Rappelez à vos enfants qu’il ne suffit que de quelques secondes pour se perdre de vue. Expliquez-leur pourquoi il est dangereux de filer, sans non plus l’effrayer. Beaucoup de parents perdent leur sang-froid quand un enfant échappe à leur surveillance. On les comprend. Sur le moment, difficile de se contrôler.
En revanche, une fois la situation rentrée dans l’ordre, il est essentiel de bien expliquer au petit que vous avez eu peur. Laissez-le parler pour qu'il raconte avec ses mots ce qu'il a vécu et qu’il exprime sa panique. Prenez en compte ses émotions, sans les minimiser. Là aussi, ne lui faites pas peur avec des phrases type « Tu te rends compte ce qui aurait pu se passer ? ». Il vient de vivre une sacrée aventure. Très certainement marquante. Qu’il en tire les leçons. Et gageons que ça ne se reproduira pas tout de suite.

Yves-Marie Vilain-Lepage

Du simple bracelet anti-égarement...

À la côte belge, des bracelets Maya l'abeille et Bumba sont distribués gratuitement via les offices du tourisme ou encore les postes de secours. Vous y notez le nom de l'enfat et votre numéro de téléphone : des informations précieuses si jamais votre petit venait à s'égarer.

... à la tentation de la surveillance électronique ?

Pour les parents les plus paniqués, la solution du gadget électronique est tentante. Voici deux points à retenir avant de menotter son enfant :

► Ne pas faire virtuellement ce que vous ne feriez pas dans la vie. Et donc, évitez de sombrer dans la dérive high tech pour contrôler sans cesse votre enfant.
► Éduquer, c’est aider son enfant à conquérir son autonomie. Le parent doit transmettre l’idée qu’il est là comme filet de sécurité. Il faut donc trouver la bonne distance.