Vie de parent

10 trucs pour se préparer
à traverser l'automne en famille

La pluie, le froid, les petites maladies. L'automne, ce n'est pas que ça, certes. Mais pour profiter du brâme du cerf, des feuilles qui changent de couleurs, des champignons et bientôt d'Halloween, autant être en pleine forme. Pour ce faire, voici 10 trucs à appliquer au quotidien.
 

10 trucs pour se préparer à traverser l'automne en famille

➤ Ouvrez les fenêtres

Voilà un petit moment que l'on en parle plus trop dans le Ligueur : les acariens. En octobre, c'est traditionnellement leur grand retour. Alors, on aère. Même si c'est caillant dehors, c'est le premier réflexe du matin. Ouvrez grand, le matin et le soir. Dix minutes au lever, dix minutes avant d'aller se coucher. Vous assainissez l’atmosphère, vous vous débarrassez de la poussière (et des acariens) et surtout vous renouvellez l'air.

➤ Ne sautez aucun repas

C'est notre grand dada, surtout auprès des ados. On ne squizze pas le petit déjeuner. Encore moins en cette saison. Ce repas dynamise l’organisme et redonne au corps la force nécessaire aux muscles et au cerveau. Sans lui, difficile donc d’être attentif en classe. Trop pressé ? Dressez la table la veille. Faites en sorte que ce soit un vrai moment en famille et que chacun, y compris vous, les adultes, en profite.
Idem avec l’heure du coucher : chez les ados, un manque de sommeil va de pair avec un manque d’appétit. Variez les plaisirs : tartine beurrée avec de la confiture ou du fromage. Un œuf brouillé sans sel ajouté une fois par semaine et des céréales (pas trop sucrées) de temps en temps. Sans oublier de boire de l’eau, du lait ou même du kéfir dont on vous donne la recette dans le Ligueur du 9 octobre. Jusqu’à 8 ans, un enfant a besoin de 1 200 ml de liquide par jour, d’où l’importance aussi qu’il puisse boire à l’école. Après 12 ans, ce volume augmente encore (1 800 ml pour les garçons et 1 875 ml pour les filles).
Si collation il y a, privilégiez les collations « santé » comme les fruits, voire une tartine. Le goûter est incontournable : vers 16h, votre enfant a besoin de reprendre des forces. Un goûter équilibré (tartines, fruit, verre de lait, yaourt) lui évitera de grignoter jusqu’au souper et de s’empiffrer lors du dernier repas de la journée, ce qui n’est pas l’idéal pour passer une bonne nuit. L’automne est la saison rêvée pour préparer des soupes. À la fois réconfortantes, excellentes pour la santé et tellement simples à cuisiner. Et c’est bien sûr une bonne façon de faire manger des légumes aux enfants.

➤ Le plein de vitamines

Vitamine ou pas ? On y débat ici. Si vos enfants ont une alimentation équilibrée, pas besoin de leur faire avaler des comprimés de vitamines A (présente dans le beurre et les graisses), B (céréales et viandes) ou C (fruits). Seul apport bienvenu : la vitamine D 'en raison du manque d'ensoleillement dans le pays). Voici le moment idéal, renseignez-vous auprès de votre pédiatre ou de votre médecin de famille, notamment pour le dosage selon les âges.

➤ Chérissez Morphée

Le conseil que l'on donne à tous et sur lequel nous sommes intraitables : dormir loin de son GSM, éteint au préalable. Non, pas de SMS durant la nuit, pas de Snapchat, pas de scroll, pas de musique. À ce propos, le dossier du Ligueur du 9 octobre est consacré aux écrans et au fait de les dompter.
Et vous, parents, pourquoi ne pas en faire autant ? Éteignez tout ce qui est ordinateur, portable, tablette jusqu’au lendemain matin. Et si c’est trop dur, vous pouvez recourir à l’appli gratuite Mon coach sommeil du Réseau Morphée. Retrouvez tous nos conseils dans notre grand dossier conscaré au sommeil.

➤ Échappez aux virus

L'arrivée du froid, des jours qui rétrécissent, des pluies incessantes, tout ça ne va pas sans son lot de virus. Le florilège vous le connaissez autant que vous le craignez : grippes, gastroentérites, rhinites sont plus fréquentes en cette période de l'année. Inculquez quelques petits trucs tout bêtes à vos enfants. Qu’ils se lavent les mains le plus souvent possible, surtout à l’école, après avoir joué au parc ou pris les transports. Qu’ils éternuent dans leur manche, qu’ils se mouchent, qu’ils évitent d’approcher les copains/copines malades et qu’ils n’oublient pas de bien aérer leur chambre et même leur classe... au cas où le prof l'oublie.

➤ Un peu d'exercice

Vous et vos enfants n’y échapperez pas. Ce n’est pas parce que les températures chutent qu’il ne faut plus bouger. Pourquoi ne pas marcher davantage ? Quinze minutes de marche de plus chaque jour amélioreront votre forme et celles de vos petit·e·s Le gain : une meilleure santé et un meilleur moral pour toute la famille. Sur le chemin de l’école, après le repas, le week-end pour admirer la nature qui change de couleur. Et si tout le monde est équipé, pourquoi pas sauter sur son vélo ?

S’habiller en conséquence

Vu le temps, vous avez des doutes. Comment habiller les petits ? Il fait chaud, puis froid, il fait sec et, d’un coup, il pleut. Que faire ? La règle de base est on ne peut plus simple : couvrez-les comme vous le feriez pour vous. Dans les mois à venir, en plus du pull et de la veste, n’oubliez pas le bonnet, l’écharpe et les gants. Côté chaussures, veillez à ce qu’elles soient suffisamment larges, imperméables et bien isolantes.
Idem pour les vêtements qui doivent être assez amples. Privilégiez l’habillage par couches d’oignon - plusieurs fines couches plutôt qu’un très gros pull - faciles à mettre et enlever lorsque votre enfant entre dans un endroit chaud, voire surchauffé. S’il court et se dépense, invitez-le à ouvrir sa veste, voire à enlever une couche, si vous vous rendez compte qu’il a trop chaud. Soyez attentif au coup de froid - avec éternuements et nez qui coule -, favorisé par les chocs thermiques entre l’extérieur et l’intérieur et par les sous-vêtements humides de transpiration. Dans la mesure du possible, invitez-le à se changer dès le retour à la maison.

➤ Guerre et poux

Impossible de contourner ces maudits poux dès les premiers frémissements de l’automne. Alors, soyez fin prêts à les accueillir ! Existe-t-il des traitements préventifs ? Pas vraiment. Les spécialistes déconseillent fortement les shampoings et autres lotions anti-poux avant l’arrivée des bestioles : inefficaces, ils peuvent être nocifs en cas d’usage trop fréquent. Inutile aussi de courir à la pharmacie pour acheter un produit vendu comme répulsif : son efficacité n’est pas prouvée.
En revanche, rien ne vous empêche d’opter pour un remède de grand-mère, telle une goutte d’huile essentielle de lavande derrière les oreilles. Une méthode plus douce mais dont l’efficacité reste scientifiquement non prouvée. Quelques conseils tout de même à glisser dans l’oreille de votre petit·e (et de son instit) : évitez que les manteaux ne se touchent (pas simple quand on est dans le rang !) et ne pas échanger son bonnet, son écharpe ou ses gants…
Face à ces solutions peu convaincantes, une chose à faire : dédramatiser avec l’excellent petit livre Rendez-moi mes poux de Pef (Folio Benjamin - Gallimard). Si votre gamin se gratte la tête de manière intempestive, agissez.
Et dans cet article, nous vous expliquons méthodiquement comment éradiquer avant, pendant et après ces bestioles adoratrices de têtes de bambins !

➤ Gare aux produits miracles

Certains compléments sont très « tendance », vous lirez partout qu’ils sont indispensables. Il en existe plein, des naturels fabriqués par les abeilles, les plantes, les méduses, etc. Tous renforceraient notre système immunitaire, celui de nos petiots et nous permettraient d’être en meilleur santé. On y croit, on n'y croit pas, chacun ses convictions dans ce domaine très épineux.
Un conseil tout de même : prudence. On ne connait pas grand-chose de tous ces produits miraculeux et ce n’est pas parce qu’ils arrivent en provenance directe de Dame Nature qu’ils sont complètement inoffensifs. Surtout quand il s’agit d’en donner aux plus jeunes. Pour être sûr de ne pas commettre d’imprudence, parlez-en à votre médecin.

➤ Les petits riens, ces grands touts

Il existe des petites choses toutes bêtes pour se prémunir du coup de fatigue automnal. Imposez à vos enfants de se coucher plus tôt que d’habitude deux à trois fois par semaine. Mettez également ce principe en pratique. Avant 22 h, par exemple, vous rechargerez vos batteries. Prenez une vraie pause souper en famille, c’est toujours mieux que de manger devant la télé, un orid, sur un coin de table basse. Dressez une belle table et retrouvez-vous autour d’un bon repas. Si ce sont des lève-tôt, imposez à vos enfants de traîner au lit un matin par semaine. Ils pourront y lire, jouer ou même ne rien faire. Et vous ? Faites de même.

Y.-M. V.-L.

En savoir +

Vous croyez au pouvoir des plantes ? Aux petits trucs de nos anciens ? Alors retrouvez toutes nos recettes de grand-mère pour se fortifier naturellement dans le Ligueur, le 25 octobre dans la rubrique Le monde à l'endroit.