Vie de parent

12-18 ans : comment le décrocher
de son smartphone ?

On n’a pas fini d’en parler de ces chers écrans. En quelques années seulement, ils se sont imposés au sein de la problématique familiale et font bien plus que diviser, ils isolent sous un même toit. Pas étonnant donc que les lecteurs du Ligueur aient voté massivement pour ce thème. L’inquiétude gagne tous les fronts. Des géants de la Silicon valley qui se penchent sur la question de la dépendance aux pros qui échafaudent moult théories, en passant par les experts qui tentent de coller maints pansements sur des jambes de bois. Que faire ? En fin de compte, c’est très simple : donner goût au vivant, bien sûr. Allez, on scrolle tout ça.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Sur le même sujet
 

Internet, Snapchat, Instagram, Facebook… des territoires non protégés

Retour à la maison. Ils ont envoyé valdinguer leurs chaussures et abandonné les cartables dans le couloir de l’entrée. À peine arrivés, ils négocient pour assouvir une furieuse envie… d’écrans et d’éclairs au chocolat ! La culture numérique est partout. Et elle est là pour rester. Les spécialistes insistent pour que nous la considérions comme une opportunité. Pour qu’elle le demeure, aidons nos enfants à devenir des internautes responsables !

 

« Il faut différencier les joueurs passionnés des joueurs pathologiques »

En général, un ado accro aux jeux vidéo inquiète. Surtout s’il passe des nuits entières devant son écran, si ses notes chutent à l’école et s’il ne sort quasi plus…. L’addiction aux jeux vidéo est un problème de santé publique. Mais, heureusement, tous les ados ne sont pas addicts et certains grandissent d’ailleurs en partie grâce à eux. Le psychiatre Serge Tisseron décode ce lien que l’ado tisse avec ses manettes.