Vie de parent

3 parents sur 4 veulent interdire les sodas à l’école

74% des parents d’enfants de l’enseignement maternel, primaire et secondaire en Belgique jugent que l’école devrait interdire les sodas en ses murs. Ce chiffre de l’enquête lancée auprès de 500 pères et mères en ce début d’année scolaire par l’entreprise de catering, Scolarest, pose une nouvelle fois la question des distributeurs de sodas dans les écoles… laquelle n’est toujours pas réglée !

3 parents sur 4 veulent interdire les sodas à l’école - Thinkstock

Lisez l’étiquette

Avec sa teneur en sucre de 11%, le Coca-Cola est aujourd’hui un des sodas les moins sucrés (attention, ne vous méprenez pas ! Cette boisson doit rester occasionnelle et offerte lors des moments de plaisir). Il faut dire que, il y a dix ans, la marque a connu quelques procès qui l’a obligée à rentrer dans les rangs. Encore que… il faut distinguer la quantité de sucre et le type de sucre. Et c’est là que la marque a été subtile en introduisant la polymérisation du glucose en fructose pour faire une boisson qui compte moins de sucre au total tout en ayant un goût plus sucré. En effet, le fructose a un pouvoir sucrant élevé et entretient ainsi le goût du sucré auprès de nos jolies têtes blondes (et brunes !) qui tombent à pieds joints dans le piège. Tout cela, les parents le savent, me direz-vous. Mais ce qu’ils ignorent, c’est que d’autres sodas détiennent tout autant de caféine comme le Red Bull, le Nalu et toutes autres boissons énergisantes. Et que les jus, qui ont un « petit air » sain sont également trop sucrés si on veut éviter le surpoids chez les enfants. Un coup d’œil sur l’étiquette pour y lire la teneur en caféine et en sucre permet de réviser ses choix au moment de l’achat.

On l’a écrit et réécrit, rien ne vaut l’eau comme boisson de tous les jours. Et quand on sait tout ce que ce précieux liquide apporte aux enfants (comme aux adultes, d’ailleurs !) - élimination des toxines, régulation de la température du corps, acheminement des nutriments partout dans ce corps, entretien des mécanismes de la mémoire et de la concentration, etc. – il devient difficile de ne pas se battre pour aider les enfants à retrouver le goût de l’eau.

Distributeurs : l’enlisement

Et c’est pour cela sans doute que les parents interrogés lors de l’enquête de Scolarest sont aussi nombreux à dire non aux distributeurs de sodas dans les écoles. Hélas, de ce côté-là, la bataille n’est pas gagnée. La ministre Arena avait bien tenté de les supprimer entre 2004 et 2008, mais elle avait oublié que les distributeurs appartiennent aux limonadiers et que les directions d’établissement ainsi que les associations de parents comptaient sur les bénéfices pour les voyages scolaires, notamment. Et c’est le serpent qui se mord la queue… La France a pourtant réussi, il y a dix ans, à exclure des écoles tous les distributeur de sodas. Alors, pourquoi pas chez nous ? Des diététiciens nous ont raconté leurs tentatives pour convaincre les autorités de l’urgence de cette mesure. Mais le responsable des cantines scolaires leur répond inlassablement que les mauvaises habitudes sont difficiles à changer et renvoie la balle aux parents qui devraient convaincre leurs mômes de se détourner des sodas au profit de l’eau. Pas simple quand l’école arbore un distributeur qui renferme mille et une tentations alors que les parents ont déjà tant de difficultés à dire non à leur progéniture. L’école ne devrait-elle pas, elle aussi, montrer l’exemple ? (On salue au passage tous les établissements scolaires qui ont installé une fontaine d’eau dans leurs locaux !).

À ce jour, on observe une petite diminution de l’incidence de l’obésité en France (qui a aussi, rappelons-le, supprimé la collation de 10h). En Belgique, le nombre d’enfants en surpoids ou obèses n’arrête pas de grimper. L’interdiction des distributeurs de sodas dans les écoles réussirait peut-être déjà inverser cette courbe inquiétante…

MK - 03/09/2013

Autant savoir

On ne peut séparer la question de la consommation de celle de l’activité physique : c’est très différent de boire une limonade devant la télé ou juste avant une activité physique. Rendez-vous sur le site Mangerbouger qui promotionne des attitudes saines sur les plans alimentaire et physique recommandées par la Communauté française de Belgique.

Sur le même sujet

« Même mes copains me traitent de gros »

Bouboule, un peu enveloppé, bien enrobé, dodu, fort, costaud, gros, très gros, obèse… Il y a des nuances dans les kilos en trop. Et ceux-ci peuvent dire tellement de choses aussi. Ils renvoient à une question de suralimentation, mais pas seulement. De même, pour être efficace, la prise en charge du surpoids et de l’obésité devrait être pluridisciplinaire.

 

Surpoids, obésité : une affaire de famille

20 % des enfants de moins de 16 ans présentent une surcharge pondérale inquiétante. À surveiller ? Oui, mais surtout, à comprendre, car tout n’est pas question de simple définition. Trop manger serait aussi une stratégie de survie aux émotions…