Vie de parent

5 conseils lecture pour accompagner le deuil

Myriam Monheim et Charlotte Wilputte travaillent en tant que psychologues au sein d’Espace papillon qui propose des travaux de groupes d'échanges pour enfants, ados et adultes autour de la mort d'un proche. Elles nous ont parlé du deuil chez les enfants et de leurs traversées souvent houleuses. Comme nous croyons à la force des images et à la pertinence des mots, voici 5 précieuses lectures à mettre entre les mains de ceux qui restent.

Tant que le loup (3 ans)

Ici, oubliez le grand méchant loup qui mange les enfants. Celui-là vient chercher les papys fatigués pour les emmener rejoindre leur grande famille, sous la lune, et leur chanter des chansons douces. La mort est évoquée avec beaucoup de poésie et de douceur.
Julie Versele et Charlotte Cottereau - Alice Jeunesse


La croûte (4 ans)

Dans cet ouvrage, il est question d’aborder la mort à travers le quotidien d’un enfant. Il relate les questions que se posent les petits après une disparition. Qui va faire les tartines ? Qui va s’occuper de son papa ou de se mamie si triste ? Quand une maman meurt, plus rien n'est comme avant. Malgré tout, la vie continue. L’ouvrage raconte avec beaucoup de justesse comment se reconstruire.
Charlotte Moundlic et Olivier Tallec - Père Castor

On va où quand est mort (6 ans)

Diego, raconte ses peines et ses peurs. Son papa, qui était malade, est mort. Cet album aborde avec beaucoup de subtilité une question que les enfants se posent forcément sur la mort, sur les morts. Comment rendre la peine supportable ? Quels sont les rites qui vont aider à faire face à la séparation ? Le texte raconte tous ces cheminements d’enfants.
Martine Hennuy et Sophie Buyse - Alice Jeunesse

Au revoir blaireau (6 ans)

Peut-être connaissez-vous ce grand classique, souvent recommandé au moment de la mort d’un grand parent ? Cette œuvre aborde avec une bonne once d’optimisme la disparition d'un être cher. Il apaise certaines angoisses. Et si la mort ne consistait en rien d’autre que quitter son corps ? Il nous dit aussi que l’on continue à vivre par les autres. Ceux qui restent et honorent notre mémoire.
Susan Varley - Gallimard jeunesse

Le goût des murs (9-12 ans)

Un roman pour les plus grands. Le narrateur perd Tom, son super copain, comme ça, brutalement. Page après page, il livre aux lecteurs l'évolution de ses sentiments. Très vite, il se rend compte que les souvenirs aident et apaisent. Comment comprendre et accepter ? Ces quelques pages tentent d’apporter une réponse.
Doris Buchanan-Smith - Casterman

Yves-Marie Vilain-Lepage

Sur le même sujet

Oublier la mort par petites touches

La mort est un processus rectiligne, affirme l’écrivain Daniel Pennac. Admettons. Le deuil, lui, l’est rarement. Comment se débattent enfants et jeunes ados dont l’un des parents est parti ? Et d’ailleurs, comment se poursuit la vie chez ceux qui restent ? Petite « traversée » sous l’expertise de Myriam Monheim et Charlotte Wilputte, psychologues.

 

Quasi inexistants, les soutiens aux familles endeuillées sont à réinventer

C’est une étude inédite. La Ligue des familles a décidé de se pencher sur ce moment où « un décès survient dans la cellule familiale ». Objectif ? Voir dans quelle mesure on peut parvenir à rencontrer les besoins des familles endeuillées. Le document est lourd de plus de 50 pages nourries de témoignages et d’avis d’experts. Au terme de celui-ci, une synthèse de recommandations qui courent sur trois pages. Preuve de l’intérêt d’un sujet qui reste trop souvent tabou.

 

Comment annoncer la mort d’un proche à son enfant ?

La mort d’un proche fait partie des évènements de la vie que les parents aimeraient ne pas avoir à traverser, ni à devoir annoncer à leurs enfants. Et pourtant, un jour ou l’autre, ils y sont tous contraints. Quelle serait la bonne manière d’annoncer une si mauvaise nouvelle à son enfant ? Le psychologue et psychopédagogue Maurice Johnson Kanyionga nous éclaire à travers cet entretien.