Vie de parent

6-8 ans : il reçoit ses tout premiers sous…

Votre enfant entre en primaire. Pour de nombreux experts, c’est le moment idéal pour commencer à lui donner de l’argent de poche. Car, qui dit apprendre à compter, dit aussi apprendre à gérer. Mais l’argent, à cet âge-là, a encore l’odeur des berlingots de jus de fruits, des bonbons, des autocollants à collectionner et autres babioles.

6-8 ans : il reçoit ses tout premiers sous…

Le rapport à l’argent se construit peu à peu durant l’enfance. Jusqu’à 5-6 ans, l’argent reste une notion relativement abstraite pour l’enfant. Elle commence à prendre sa pleine mesure vers 7 ans. À cet âge, l’enfant quitte sa bulle où tout était possible pour entrer dans le monde réel où tout ce qu’il y trouve l’intéresse.
C’est à partir de ce moment-là qu’il va commencer à poser des questions. Et comprendre que l’on ne va pas chercher librement des billets à la banque, que l’argent se gagne, qu’il y a un lien entre ce que l’on gagne et ce que l’on dépense.

Le début de l’argent de poche

Il n'y a pas d'âge auquel il convient impérativement de donner de l'argent de poche. Il est toutefois préférable d'attendre que l'enfant sache compter. En principe, un enfant commence à savoir faire des calculs simples à partir de la 1re primaire. La somme ne doit pas être énorme. Mais même si elle n’est que symbolique, elle doit permettre à l’enfant de se responsabiliser, de sentir qu’il grandit et qu’on lui fait confiance.
Pas d’argent virtuel à cet âge-là, mais du liquide, chaque semaine plutôt qu’une fois par mois. En effet, un môme qui commence l’école primaire n’a pas encore intégré pleinement la notion du temps et un mois correspond à une éternité !

Un premier pas vers l’autonomie

Petit à petit, avec l’arrivée des premières pièces, les parents doivent donner à l'enfant l'occasion de faire des choix. Il est donc utile de mettre une petite somme d’argent à la disposition de votre enfant pour lui en apprendre la valeur. Vous pouvez ainsi confier à votre bout de chou la responsabilité d’une somme d’argent qui lui est propre, adaptée à son âge et à son caractère.
Vous pouvez, par exemple, lui donner 5 € à dépenser à la foire. À lui de choisir entre trois tours de moulin ou deux pêches aux canards. Vous pouvez aussi déjà lui inculquer les premières notions de l’épargne : s’il ne dépense que 4 € à la foire, il lui restera 1 € pour s’acheter une boule de glace demain, après l’école.
Vous pouvez également aller plus loin en lui expliquant qu'il peut dépenser son argent tout de suite pour s'acheter des friandises ou encore économiser pendant quelques semaines pour s'offrir un camion ou une poupée. L'enfant apprend ainsi à maîtriser ses désirs et comprend qu'il devra renoncer à certaines activités pour s'en permettre d'autres. On peut aussi lui proposer d'économiser pour payer la moitié d'un article coûteux. De cette façon, on aide l'enfant à se responsabiliser.

Faut-il payer pour services rendus ?

Dans certaines familles, la récompense pour un bon bulletin, pour une chambre bien rangée, etc., se donne sous forme d’argent. Encouragement à l’effort ou chantage à l’obéissance ? Tout est question de valeurs.
Certains parents sont pour la rémunération parce qu’ils veulent lier l’argent à la notion de travail. D’autres refusent parce qu’ils jugent que participer à la vie de famille doit être spontané, surtout à cet âge-là. Pour Ilana Reiss-Schimmel, psychanalyste, « c’est une manière de faire prendre conscience à l’enfant que l’argent s’inscrit dans un échange ».
Et si on félicitait d’abord l’enfant… et qu’on gardait sous le coude l’argent pour une récompense exceptionnelle !

Épargne : quelle formule ?

Le compte d’épargne de votre enfant est peut-être déjà ouvert. Au niveau de la formule, il est possible cependant d’y apporter encore des corrections…

► Si le compte est ouvert au nom de votre enfant, l'argent placé sur ce compte devient intégralement sa propriété, avec le risque qu’il le dépense sans compter. Pour éviter cela, vous pourriez épargner sur un compte à votre nom, pour céder l’argent plus tard quand vous le souhaitez. Mais cela peut être problématique pour les grands-parents ou parents éloignés qui n’ont plus la certitude que, en cas de décès, cet argent reviendra bien aux enfants.
► Il faut donc rester prudent dans le choix de la formule d'épargne destinée aux enfants/ados. Il peut parfois être opportun d'épargner pour eux, mais sans toutefois l'officialiser, sur un compte bien distinct, mais en laissant tout à leur propre nom. On pourra ainsi déterminer quand et dans quelle mesure l'enfant aura accès à son épargne. On peut également choisir une formule hybride : la plus grosse partie pour les futures dépenses importantes comme les études ou le logement, le reste au nom des parents pour qu'ils puissent exercer un contrôle et une plus petite somme sur un compte d'épargne au nom de l'enfant qu'il pourra utiliser à sa guise à sa majorité.
► Le compte d’épargne avec stipulation pour autrui offre également une solution pratique à tous ces inconvénients. Concrètement, à l’ouverture du compte, vous désignez un bénéficiaire (votre fils ou petit-fils, par exemple) et fixez quand les capitaux lui reviendront : à ses 18 ans ou plus tard. Tant que vous vous situez avant l’échéance finale, vous pourrez modifier tous les paramètres du compte. Vous pourrez ainsi retirer l’épargne en compte, repousser ou avancer la date à laquelle le bénéficiaire recevra l’argent, voire changer de bénéficiaire. Mais à l’échéance, le bénéficiaire devient propriétaire de l’argent et vous ne pouvez plus intervenir dans sa gestion.

Gaëlle Hoogsteyn

Des parents en parlent...

Donner de l’argent de poche nous coûte moins cher que dépenser 2 ou 3 € à tout bout de champ !
Katia, maman de Charlie, 8 ans

Ma fille reçoit 3 € par semaine. Elle a son petit porte-monnaie et c’est à elle de les gérer.
Geoffrey, papa de Léa, 7 ans 

Si ma fille veut un petit bracelet que je trouve inutile, je lui dis de l’acheter avec ses sous. Elle en a tout de suite moins envie !
Vanessa, maman de Victoria

À faire

Combien ça vaut ?

Pour lui faire comprendre combien « vaut » l’argent, apprenez-lui le coût des articles de maison. Dès la 2e primaire, la plupart des enfants maîtrisent les opérations de base en mathématiques comme les additions et les soustractions. Laissez votre enfant vous aider à faire les additions et les soustractions simples lorsque vous faites vos comptes. Cet exercice lui apprendra que payer des factures est une réalité de la vie adulte, mais que cela n’est pas inquiétant quand on sait épargner.

Sur le même sujet

Autonomie : chacun sa route, chacun son chemin

Un proverbe dit qu’il n’y a que deux choses que l’on puisse donner à son enfant : des racines et des ailes. Racines et ailes, deux symboles d’un même chemin : l’autonomie. À la maison et sur le chemin de l’école, vous faites comment ? Plongée dans votre quotidien, à l’affût des bonnes pratiques.