« La bonne marche de ce confinement
a reposé sur les épaules des parents »

20h pile. On ouvre les fenêtres pour encourager les travailleuses et travailleurs de première ligne. Certes, ils ne sont pas payés en applaudissements, mais un peu de reconnaissance apporte pas mal de forces dans les moments d'épuisement. Et les parents, qui les applaudit ? Qui félicite l'effort qu'ils ont fourni et vont continuer à fournir ? Leurs enfants, c'est leur seul problème ? Justement, parlons-en avec Daniel Coum, psychologue clinicien et directeur de l'association Parentel, service d'écoute, à Brest, chez nos cousins bretons. 

La suite de l’article est réservée aux abonnés.