Vie de parent

Aux urnes, citoyens-parents !

Bon, l’échéance est là. Toute proche. L’avenir politique du pays (et donc son avenir tout court) va se jouer le 26 mai. La campagne s’efface au profit du scrutin. La litanie des promesses devra céder la place à des réalisations, les projets devront devenir réalités. Au Ligueur, on entend bien veiller au grain. Jouer notre rôle de média citoyen et surveiller que les belles idées de campagne ne s’offrent pas une fin de vie en mode classement vertical, perdues dans les méandres des concessions, anesthésiées par le manque de courage et d’engagement.

Aux urnes, citoyens-parents !

À la veille du scrutin, nous vous avions sondé·e·s, vous demandant quels étaient les sujets qui vous préoccupaient le plus en tant que parents. Sans conteste, c’est l’équilibre vie familiale-vie professionnelle qui s’est imposé dans vos priorités. Nous avons pris le parti d’explorer cette préoccupation première. Nous avons disséqué les programmes des partis politiques, nous sommes partis en quête de ces petites idées qui pourraient vous aider au quotidien, faire respirer vos finances, améliorer votre bien-être.

Programmes et consensus

Le tour d’horizon que nous vous proposons ne sera pas exhaustif. Par exemple, vous ne trouverez pas les programmes du Parti Populaire et des Listes Destexhe dont les fondamentaux sont aux antipodes des valeurs d’ouverture que nous défendons au Ligueur (mais rien ne vous empêche de lire ceux-ci pour vous forger votre propre opinion). Notre tour d’horizon ne sera pas non plus guidé par une analyse politique stricte et académique. Par contre, il exposera des points précis avancés par des partis qui, de façon plus ou moins forte, accordent une place à la famille dans leurs programmes. Ce sont ces projets-là que nous tiendrons à l’œil au lendemain des élections pour s’assurer qu’ils inspirent les déclarations gouvernementales censées concrétiser la formation des majorités.

C’est en effet tout le paradoxe. Si les partis s’ingénient à ficeler des programmes farcis d’idées pertinentes pour séduire leur électorat, celles-ci ne font pas toujours le poids face aux compromis qu’il faut trouver pour séduire les partenaires qui permettront l’accession au pouvoir. Ce qui guide l’action politique d’un gouvernement, c’est l’accord qui est scellé entre les différentes entités qui le composent. À chaque parti de défendre ses projets et, ensuite, de les porter au niveau du parlement, si le gouvernement se montre trop frileux dans les applications.

Voter en connaissance de cause

L’avantage avec ces « idées de campagne », c’est qu’elles sont là, clairement exprimées, répondant généralement à des vrais besoins exprimés par les citoyen·ne·s. Elles ont été analysées, soupesées et, dans le meilleur des mondes, chiffrées. Bref, ce ne sont pas des « idées en l’air » qui ne reposeraient sur rien.

Bien sûr, l’exposé simple de ces mesures ne doit pas seul inspirer votre choix définitif. Déposer son bulletin dans l’urne doit relever d’une démarche personnelle qui va bien au-delà de la simple lecture des pages qui vont suivre. Voter pour un candidat, pour un parti, c’est aussi adhérer à des valeurs, à des combats beaucoup plus larges. Quelle attitude choisit cette formation vis-à-vis de l’immigration ? Quelle politique envisage-t-elle vis-à-vis de la protection de l’environnement ? Quelle dynamique compte-t-elle enclencher pour la redynamisation de l’économie et la création d’emplois ? C’est un tout qui passe par une nécessité : s’informer.

Et pour ne pas faire les choses à moitié, on vous réexplique clairement, là tout de suite, ce qui se passe le 26 mai. Pour qui on va voter ? De quelles matières seront responsables les nouveaux gouvernements qui seront formés ? Parce que la Belgique, c’est tellement compliqué, qu’il est bon de s’offrir une piqûre de rappel. Rendre simple ce qui est complexe, c’est aussi une des missions du Ligueur. Bonne lecture.

Thierry Dupièreux