3/5 ans

Barboter, sans (trop) de chlore

Comme une envie de retirer ses chaussures, de s’éclabousser et de faire une bataille d’eau. On installe la mini-piscine et c’est parti ! On vous a concocté un mode d’emploi pour que vous puissiez vivre de plongeons et d’eau fraîche sans tomber malade avec une piscine au jardin.

Barboter, sans (trop) de chlore

Il existe une solution très simple et peu coûteuse pour s’asperger chez soi l’été : la piscine à boudins. Une poignée d’euros, une petite pompe ou un sacré souffle, quelques seaux d’eau, les maillots, essuies et chapeaux pour toute la tribu et vous voilà prêts à passer une belle après-midi estivale.
« En mai, on a acheté une petite piscine quand il faisait plus de 30°C. Les enfants en ont profité à fond. Plongeons, batailles, rigolades… la piscine n’a pas résisté. Elle est déjà trouée », raconte Clémence, maman d’Anaé et de Timo. Aïe, des trous ! Pour profiter longtemps de la (prochaine) piscine gonflable, on veillera à la poser sur un sol plutôt lisse : de l’herbe, un revêtement en bois ou autre, en évitant les graviers, les petits jouets pointus qui peuvent se glisser sous la toile et les griffes de chats. Car quand il fait chaud, les animaux aussi ont soif, bien sûr.

Le chlore : efficace… mais surdosé

Une fois installée et gonflée, il n’y a plus qu’à la remplir. Avec de l’eau, bien sûr, mais de pluie ou du robinet ? Si vous avez une citerne ou un système de récupération d’eau de pluie, vous ferez des petites économies. Mais l’eau du robinet a tout de même un avantage : elle contient une faible quantité de chlore.
« Grâce à ce chlore, l’eau peut rester deux-trois jours dans la piscine avant d’être changée. Il ne faut vraiment pas garder longtemps de l’eau dans une piscine sans filtre. Il faut savoir que plus l’eau est chaude, plus les bactéries prolifèrent. Il faut aussi éviter les déjections d’animaux et les animaux morts. D’où l’importance de bien nettoyer l’eau de sa piscine avec un filet le matin », conseille Alfred Bernard, professeur de toxicologie à l’UCL.
Et pour les vraies piscines, celles qui sont creusées dans le jardin ou dans celui de notre lieu de vacances ? On garde le réflexe du filet et du nettoyage matinal, bien sûr. Mais en plus, on ajoute un peu de chlore. Ce désinfectant permet de maintenir une certaine hygiène dans le bassin. Problème : le chlore est souvent surdosé chez les particuliers. Et ce n’est pas sans risque pour notre santé et celle de nos enfants.

Trempette et bronchiolite

« Chez les moins de 2 ans, on a observé un risque accru d’eczéma chez l’enfant atopique (celui qui a tendance à faire des allergies) qui a baigné tout l’été dans une piscine trop chlorée. Chez les tout-petits, on observe aussi des effets d’irritation au niveau respiratoire. Un moins de 2 ans qui va énormément dans une piscine chlorée, l’été, risque de développer un nombre accru de bronchiolites en hiver. Mais ce n’est pas tout. Une étude sur les piscines de maisons louées l’été en France a également révélé qu’un contact prolongé avec du chlore conduit à un risque accru de sensibilisation aux acariens chez les enfants et adolescents. Enfin, on a même détecté un risque accru d’asthme suite à la fréquentation d’une piscine très chlorée », précise notre spécialiste.
Caramba, en voilà des raisons de se renseigner sur les quantités de chlore avant de se jeter à l’eau. « Le problème, c’est l’augmentation du nombre des piscines qui échappent à la législation, comme celles privées par exemple, qui contiennent des taux de chlore bien trop élevés », ajoute Alfred Bernard.
Ce surdosage problématique se retrouve également dans certaines piscines extérieures publiques. « Les responsables ont tellement peur de risques infectieux, parce que les gens manquent d’hygiène, qu’ils bourrent l’eau de chlore », explique notre expert. Et puis, comme l’eau est de plus en plus chère, on veut la garder le plus longtemps possible. Donc, certains y mettent beaucoup de chlore pour la désinfecter. Logique, mais dangereux.
Et comment savoir si la piscine est trop chlorée ? Facile, il suffit de regarder les baigneurs. Si un enfant sort de l’eau les yeux rouges ou avec une petite toux irritée, c’est qu’il y a trop de chlore dans la piscine. Les gaz de chlore sont essentiellement présents à la surface de l’eau, ils irritent donc les baigneurs qui respirent fort, ceux qui hyperventilent en plein effort et ceux qui boivent la tasse.

Pas d’obligation légale pour les piscines privées

On l’aura compris, il n’est pas question de verser au pif quelques pastilles chlorées dans l’eau de sa piscine de vacances sans avoir mesuré la concentration de chlore et de Ph au préalable. Alors, quelles sont les normes ? « Une piscine publique contient 1,5 ppm de chlore, détaille le toxicologue. Une piscine privée peut contenir 0,3 ou 0,4 ppm. Or, on en voit certaines qui contiennent 2 ppm et parfois même 3 ou 4 ppm. C’est dix ou vingt fois de trop ».
D’autant plus qu’il n’y a aucune obligation légale à mettre du chlore dans sa piscine. Ceux qui veulent s’en passer peuvent se tourner vers des alternatives (cf. encadré). Mais le chlore à lui seul ne rend pas l’eau d’une grande piscine propre. Il faut qu’elle soit équipée d’un filtre pour éviter que l’eau ne stagne et pour empêcher la prolifération de bactéries et d’algues.
« Un filtre est essentiel dans une piscine : pour les feuilles, les insectes… Il faut aussi nettoyer le fond du bassin, de temps en temps. En règle générale, dès que l’eau est trouble, il faut la jeter. Une eau trouble et chaude permet un développement de micro-cultures et de pas mal de pathogènes. Conséquence : un risque de gastro-entérite, de légionnelle ou même plus rarement de grippes sporadives », détaille encore le professeur.
Quelques bonnes habitudes peuvent également être instaurées pour garder une eau propre : couvrir le bassin la nuit, ramasser à l’aide d’un filet les feuilles ou les insectes qui seraient tombés dans la piscine et prévoir une petite bassine pour que les baigneurs se rincent les pieds avant d’entrer dans l’eau.

Estelle Watterman

Help

Sos piscine trouée

Comment la réparer ? Écouter le sifflement ou repérer les bulles qui s’échappent du boudin qui se dégonfle. Éventuellement, badigeonner les boudins de savon ou de produit de vaisselle. La fuite sera d’autant plus facilement repérable que les bulles seront plus nombreuses. Ensuite sécher la toile et y coller un patch en PVC.
Si un chat ou tout autre griffu assoiffé se promène dans votre jardin, prévoyez un autre point d’eau fraîche. Ça lui évitera de venir planter ses griffes dans un boudin de la piscine et d’y laisser quelques poils.

Attention

Sécurité !

Remplie de quelques centimètres ou pleine à ras bord, une piscine ne peut jamais rester sans la surveillance d’un adulte quand des enfants sont dans les parages.
« Le premier conseil à donner aux parents qui décident d’installer une piscine dans leur jardin, c’est d’en interdire l’accès aux enfants qui ne savent pas nager, déclare le toxicologue Alfred Bernard. Il faut installer des barrières ou barricades autour de la piscine. C’est valable pour les piscines creusées mais aussi pour celles qui sont hors sol avec une échelle. En Belgique, on a chaque année une ou deux noyades dans une piscine privée et c’est absolument dramatique. Après une noyade, on ne veut plus voir sa piscine. Donc la première chose, c’est de s’assurer que les enfants n’y ont pas accès. Même hors saison, la piscine doit être inaccessible aux enfants. Quand les enfants barbotent ou nagent, il faut qu’ils soient continuellement sous la surveillance d’un adulte. Même s’ils sont plusieurs à jouer. Un parent doit les surveiller. »

Zoom

Une alternative au chlore ?

Pour les piscines gonflables que la majorité d’entre nous peut installer sur un petit bout de jardin ou de terrasse, pas besoin de rajouter de produit dans l’eau, on se contente de la changer tous les 2-3 jours si les grosses chaleurs durent plus que cela.
Pour les piscines en dur, on a cherché s’il existait une alternative au chlore. Certains utilisent du sel pour désinfecter leur piscine. Pratique et moins cher que le chlore, le sel produit quand même du chlore au contact de l’eau. Pas terrible donc si l’on veut s’en passer. Heureusement, deux Liégeois passionnés de poissons et de faune aquatique ont mis au point différentes formules naturelles d’assainissement d’eau pour des étangs, des fontaines et des piscines. Infos sur aquatic-science.be.
Il existe enfin une solution plutôt luxueuse que nous souffle notre expert : « On peut utiliser du peroxyde d’hydrogène ou du cuivre-argent, mais là on entre dans du haut de gamme ».
Mais n’oublions pas que si l’on met très peu de chlore dans l’eau, les baigneurs ne risquent rien.

Les parents en parlent... 

Plouf, pin-pon

« L’aprèm’ était magnifique et chaude. Les enfants ont joué dans la piscine des voisins, nous, on prenait l’apéro, c’était super gai. Par contre, on a fini la journée aux urgences, Mattéo avait de la fièvre et une forte diarrhée… On a su plus tard qu’il s’était ramassé une bactérie dans la piscine. L’eau y croupissait depuis plus d’une semaine. »
François, papa de deux garçons de 2 et 4 ans