Vie de parent

Besoin urgent de congés :
quelles sont les possibilités ?

École fermée à cause du coronavirus, les enfants sont à la maison. Il faut donc s'en occuper. Certains recourent au télétravail pour garder un œil sur eux. Mais tous les métiers ne s'y prêtent pas... et tous les enfants non plus ! Le télétravail, ça reste compliqué avec une progéniture en bas âge dans les jambes. 

Besoin urgent de congés : quelles sont les possibilités ?

Si la Ligue des familles réclame des congés payés spécifiques pour les parents obligés de rester à la maison, ce n'est pas (encore ?) à l'ordre du jour. Alors quelles sont les solutions de rechange ? On fait le point pour les parents salariés.

► Les congés pour raison impérieuse

Derrière ce mot pompeux, 10 jours à prendre en cas de maladie ou d'une hospitalisation d'une personne habitant sous le même toit que vous. Si votre enfant présente des symptômes, vous pouvez donc recourir à ce type de congé. Idem s'il s'agit de votre beau-fils ou votre belle-fille dans le cas d'une famille recomposée. Ce congé doit être pris d'un commun accord avec votre employeur. Et dernière précision mais pas des moindres : il n'est pas rémunéré.
En savoir + :  toutes les infos sur le site du SPF Emploi, Travail et Concertation sociale

► Les congés parentaux

Chaque parent qui travaille à temps plein a droit à quatre mois de congé parental depuis la naissance de son enfant jusqu'à ses 12 ans. Les temps partiels y ont droit aussi au prorata de leurs jours de prestation. Ce congé n'est rémunéré qu'à hauteur de 750 € par mois. Mais vous n'êtes pas obligés de le prendre d'un seul coup. Vous pouvez les étaler dans le temps. Dans ce contexte, il ne sera pas évident à mettre en place dans l'immédiat, car il faut normalement prévenir son employeur au moins deux mois à l'avance par lettre recommandée. Il est toutefois peut-être possible de s'arranger avec lui.
En savoir + : le congé parental, mode d'emploi,du SPF Emploi, Travail et Concertation sociale

  •  Le crédit-temps

Ce type de congé parental concerne le secteur privé. Il est possible de s'absenter pour motif de soins à son (bel-)enfant de moins de 8 ans. Le terme « soin » ne doit pas être pris au sens médical du terme. Il est donc possible de le prendre dans ce contexte sans avoir pour autant un enfant qui présente des symptômes. Vous avez droit à une allocation pendant ces jours de congé. Le montant varie en fonction de votre barème.
À retrouver ici dans les feuilles info de l'Onem

  • L'interruption de carrière

C'est l'équivalent du crédit-temps mais dans le secteur public. Les conditions d'octroi sont différentes en fonction du secteur.
En savoir + sur le site de l'Onem

► Les congés sans solde

Comme son nom l'indique, pas de rémunération si vous prenez un congé sans solde. Votre employeur doit donner son accord au préalable.

► Les congés payés

On n'a bien sûr pas envie d'aller piocher dans cette précieuse enveloppe, mais elle existe : minimum 20 jours légaux.

À noter que ces types de congés ne s'appliquent pas au personnel statutaire ni aux indépendants pour qui il n'y a pas vraiment de solution. « Il est d'autant plus crucial pour eux de prévoir une indemnisation spécifique pour cette période-ci », plaide la Ligue des familles.

Enfin, il est aussi possible que la demande vienne de votre employeur en cas de chômage économique. C'est ce qui touche actuellement l'Horeca. Le gouvernement a prévu des indemnisations pour ces jours difficiles dans ce secteur, mais elles ne touchent malheureusement pas toutes les professions et ne seront peut-être pas suffisantes.

Marie-Laure Mathot

Sur le même sujet

Coronavirus : un revenu de remplacement assoupli pour les indépendants

Un peu d'oxygène pour les parents qui sont indépendants et sont frappés de plein fouet par la crise sanitaire. Ce mardi, en commission des Affaires sociales à la chambre, un assouplissement du revenu de remplacement les concernant a été voté. Ceux qui sont forcés d’arrêter leur activité pendant sept jours consécutifs pourront bénéficier de ce revenu. Normalement, il faut attendre un mois avant de profiter de celui-ci.

 

Coronavirus : congés spécifiques pour les parents forcés de se mettre en congé, la Ligue insiste

La Ligue des familles revient à la charge sur la situation des parents qui sont confrontés à des problèmes de garde et sont obligés de se mettre en congé. À l’origine de sa réaction, la position du groupe des 10 qui rassemble patrons et syndicats. Une position où les parents, selon la Ligue des familles, sont oubliés.

 

Coronavirus : les crèches désormais au même régime que les écoles

L’accès aux crèches va être restreint. La décision est tombée ce jeudi au gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Comme pour les écoles, seuls les parents qui exercent une fonction « cruciale » pourront déposer leurs enfants.