Vie de parent

Camp scout : quels bienfaits ?

À l’approche des grandes vacances, ils seront des milliers, inscrits dans les mouvements de jeunesse, à prendre la route du camp d’été. Au-delà des deux semaines de fun et d’aventures qu’il représente, ce camp a aussi des vertus insoupçonnées pour votre ado. Avec Noëlline, ancienne guide et chef, on vous explique.

Camp scout : quels bienfaits ?

 

► On se met sur off !

Alors que les études révèlent que les adolescents (13-19 ans) passent en moyenne 13 heures et demi par semaine sur Internet, le camp scout représente LA bonne occasion de se déconnecter totalement. La plupart des troupes interdisent le téléphone pendant le camp, ou l’autorisent avec une utilisation limitée. Et de toute façon, perdus au milieu des bois, l’ambiance n’est pas propice aux petits écrans. Résultat : deux semaines sans réseaux sociaux, sans whatsapp entre copines ou photos sur Instagram. Une détox qui ne peut qu’être bénéfique !

Lâcher prise

Qui dit déconnexion dit aussi lâcher-prise, notamment en matière d’horaires. « L’idée du camp est aussi que le jeune se laisse guider par les activités et que la journée ne soit pas régie par un horaire fixe comme elle l’est dans sa vie quotidienne », explique Noëlline. « Il vit avec une autre vision du temps, se réfère aux chefs pour les repas ou autres. Les animés nous disent souvent que cela leur fait du bien. »

► Un bon bol d’air

Le camp scout est aussi le moment de s’aérer et de passer du temps à l’extérieur. Entre les nuits sous tente, le bain dans la rivière, les balades en forêts et les feux de camps, le scoutisme offre aussi une proximité avec la nature enrichissante et méconnue par certains jeunes. On y apprend à respecter la nature, conformément à la philosophie de Baden-Powell, selon laquelle un scout doit respecter l’environnement et ne doit rien laisser sur son passage.

Un moment précieux pour les ados, particulièrement si, comme le souligne Noëlline,  « certains enfants ont d’autres vacances prévues sur leur été mais, pour d’autres, le camp scout représente le seul moment d’évasion, la seule période où ils ne sont pas à la maison ou en stage ».

► Le vivre-ensemble

Passer 15 jours en côtoyant en permanence des jeunes de son âge – ou les chefs plus âgés – apprend également la vie en communauté. Car en camp, il n’est pas juste question de se laisser vivre : les jeunes y sont encouragés à prendre des décisions ensemble, à collaborer pour construire les pilotis, pour trouver leur chemin lors des jeux, pour participer à l’entretien du campement, etc. Cette proximité crée souvent une ambiance conviviale très forte, un sentiment de solidarité et apprend la tolérance envers ceux qui ne fonctionnent pas forcément comme nous.

Débrouille-toi, c’est pour ton bien

« Le camp apprend au jeune à retomber sur ses pattes quelle que soit la situation. Il n’est pas chez lui avec son petit confort, il ne choisit pas ce qu’il mange et ne dort pas dans un bon lit, mais il doit faire avec. Cela lui permet de s’endurcir, de s’adapter à différentes situations », explique l’ancienne chef. Ainsi, le jeune apprend à se débrouiller et à vivre sans ses parents, loin du confort matériel de son quotidien. Bien qu’étant sous la tutelle des chefs, il est malgré tout livré à lui-même pour certains gestes du quotidien, ce qui représente un apprentissage naturel et sain, utile à son épanouissement.

M.L. Mattern

+ d’infos

► Jeux de pistes, guitares, feux de camps, baignades et montages de tentes? Ils veulent essayer? Toutes les réponses à leurs questions sur les mouvements de jeunesse sur le site des scouts, celui des guides, des patros, des scouts et guides pluralistes ou des faucons rouges.

Sur le même sujet

Camps d’été en mode « bulle de 50 » : une pétition fait un carton

Fin mai, le feu vert a été donné pour les camps d’été organisés par les mouvements de jeunesse. Un feu vert, mais assorti de consignes. Les règles d’hygiène ont été rappelées, évidemment, certaines activités ne sont pas autorisées (comme les hikes). Mais la restriction la plus controversée concerne « la jauge ». Il faut respecter des bulles de 50 personnes maximum. Résultat, des patrouilles, des sections se retrouvent dans l’embarras. Et des parents aussi.