Vie de parent

Camps, plaines et activités d’été : réponses aux questions des parents

Les activités estivales pour les jeunes et les enfants pourront donc se dérouler dès le 1er juillet. Les « protocoles » pour l’organisation de ces événements viennent de sortir. Ils ont été envoyés aux organisateurs d'activités pour qu’ils se conforment à toute une série de règles. Nous les avons parcourus pour répondre à plusieurs de vos questions.

Camps, plaines et activités d’été : réponses aux questions des parents

Voilà ce qui ressort donc de ces « protocoles » qui vont régenter les activités pour les jeunes et les enfants durant l’été, c’est-à-dire du 1er juillet au 31 août. Ils sont valables pour les plaines de vacances, les camps, les activités des maisons de jeunes, des organisations de jeunesse ou des centres culturels. Vous, parents, nous avez transmis des questions. Voici les réponses.

► Si mon enfant tousse pourra-t-il aller au stage ou à la plaine ?

Non. Un enfant doit rester à domicile et ne peut pas fréquenter l’accueil s'il est malade ou présente, au moins, l’un des symptômes majeurs suivants : fièvre, toux, difficulté respiratoire. D’autres symptômes moins faciles à identifier chez les jeunes enfants sont aussi à prendre en compte : douleurs thoraciques, perte de goût et d’odorat.

Un enfant devra aussi rester à la maison s’il présente au moins deux des symptômes mineurs suivants : fatigue, écoulement ou encombrement nasal, maux de gorge, anorexie, diahrrée aqueuse, maux de tête. Il ne pourra pas non plus fréquenter le stage s’il est victime d’une aggravation de symptômes respiratoires chroniques (comme l’asthme par exemple).

► Si mon enfant a moins de 12 ans, devra-t-il respecter les distanciations physiques ?

Non, la règle est la suivante : « Au sein d’une bulle de contact, aucune distanciation physique n’est requise pour les enfants qui fréquentaient l’enseignement maternel ou primaire durant l’année scolaire 2019-2020 ».

► Les bulles de contact concernent-elles uniquement les enfants ?

Non, ces fameuses bulles de maximum 50 personnes sont aussi valables pour le personnel encadrant. Celui-ci est d’ailleurs comptabilisé dans le nombre limite de 50. L’encadrement est fixe, même si le personnel d’accueil peut être modifié dans le courant de la journée (équipe du soir et du matin, par exemple). Chaque bulle est isolée des autres, elles ne peuvent entrer en contact.

► Lors des activités sur plusieurs jours (genre camps) les visites seront-elles autorisées ?

Non. Le principe est d’éviter des contacts avec des personnes extérieures.

► Vais-je être informé·e des mesures pour la remise/reprise des enfants ?

Oui, Un protocole doit être rédigé par les organisateurs et communiqué aux parents. Les mesures de sécurité sanitaire sont aussi rappelées aux parents lorsqu’ils viennent déposer leurs enfants la première fois.

► Devrais-je porter un masque lorsque j’emmènerai mon enfant ?

Oui. Le port du masque est obligatoire pour les parents, tout comme le respect des mesures de distanciation physique. Il faudra également rester à l’extérieur du bâtiment.

► Quelles précautions seront prises pour le transport éventuel des enfants ?

Le chauffeur porte un masque. Tout comme les accompagnateurs ou les enfants s’ils sont âgés de plus de 12 ans. Le moyen de transport est nettoyé tous les jours.

► Le sport sera donc bien autorisé ?

Oui, sauf contrordre, toutes les activités physiques et sportives pourront être pratiquées par les enfants et les jeunes à partir du 1er juillet. À l’extérieur comme à l’intérieur. Il est toutefois conseillé d’éviter les activités où il y a un contact intense entre les enfants, un conseil surtout de mise chez les + de 12 ans.

► Pour les plus petits, des siestes seront bien organisées ?

Oui, bien sûr, et encadrées comme il se doit. Chaque enfant aura sa couchette et ne pourra pas en changer durant toute la semaine. Les parents amèneront couvre-lit, oreiller et doudou.

► Les repas chauds sont-ils autorisés ?

Oui. Quoiqu’il en soit, les repas seront toujours pris au sein de la bulle de contact, à l’intérieur ou à l’extérieur. Le nettoyage des tables sera effectué avant et après les repas.

► Y aura-t-il une supervision médicale ?

Chaque organisateur doit disposer d’un « référent médical ». Il s’agit d’un médecin ou d’une maison médicale qui est joignable durant la préparation et le déroulement de l’activité.

► Et si mon enfant tombe malade durant l’activité, que se passe-t-il ?

Vous venez le chercher le plus rapidement possible. En attendant, votre enfant restera avec un adulte « en isolement », dans un local aéré prévu à cet effet. Ce local sera évidemment nettoyé et désinfecté entre chaque occupation.

► Quels sont les arguments rassurants que peuvent avancer les experts ?

À ce jour, les enfants semblent moins touchés par l'épidémie et semblent également moins contagieux.
Il est important d'équilibrer le risque épidémiologique avec les besoins de santé mentale, de bien-être et d'apprentissage de tous les enfants.
Les expériences d'autres pays par rapport à la réouverture des écoles sont encourageantes et n’ont pas relancé de manière significative le virus. Cependant, une attention particulière a été accordée à la constitution de bulles de contact et à l'hygiène.
L'épidémie continue de décliner et évolue de manière positive, même si plusieurs centaines de cas sont découverts quotidiennement. Très peu d'enfants sont effectivement détectés avec une infection symptomatique au Covid-19.

T. D.

REMARQUE

Tout ceci constitue un cadre qui doit encore se concrétiser sur le terrain en fonction des caractéristiques propres à chaque activité. N'hésitez pas à demander plus d'explications aux organisateurs de camps, de plaines et de stages. Chacun comprendra qu'il y a besoin d'expliquer et de rassurer.

Sur le même sujet

Mesures sanitaires : les libertés reprennent (peu à peu) leurs droits

La phase 3 du plan de déconfinement va être lancée la semaine prochaine. Les réunions de famille seront plus faciles à organiser. Les excursions en Belgique seront autorisées. Et les loisirs vont être, peu à peu, plus nombreux. Voici un résumé de la situation.

 

Camps d’été en mode « bulle de 50 » : une pétition fait un carton

Fin mai, le feu vert a été donné pour les camps d’été organisés par les mouvements de jeunesse. Un feu vert, mais assorti de consignes. Les règles d’hygiène ont été rappelées, évidemment, certaines activités ne sont pas autorisées (comme les hikes). Mais la restriction la plus controversée concerne « la jauge ». Il faut respecter des bulles de 50 personnes maximum. Résultat, des patrouilles, des sections se retrouvent dans l’embarras. Et des parents aussi.

 

« Oups, le stage ADEPS des enfants est annulé cet été ! »

L’Adeps, qui organise nombre de stage sportifs durant l’été, est en train de contacter des parents qui avaient réservé des places pour les grandes vacances. Avec, à la clé, parfois une mauvaise nouvelle. Plusieurs stages sont annulés et il s’agit de trouver des formules de rechange.

 

Camps d’été : « la bulle des 50 » reste la norme

La bulle des 50 personnes pour les camps estivaux devra être scrupuleusement respectée par les mouvements de jeunesse. Une pétition avait été lancée par des parents qui voulaient que cette règle soit aménagée pour permettre d’élargir le cercle des participant·e·s. Les 19 000 signataires ont été entendu·e·s, mais pas leur revendication…