6/8 ans

Cantines scolaires :
la qualité au rendez-vous ?

Chacun garde dans un coin de sa mémoire un souvenir de dîner chaud, parfumé aux odeurs de réfectoire… pas toujours très appétissantes. Aujourd’hui, qu’en est-il de la qualité des cantines ? Réponse aux questions que se posent les parents avec Marie-José Mozin (Club européen des diététiciens de l’enfance).

Cantines scolaires : la qualité au rendez-vous ?

Comment sont élaborés les menus des cantines ?

Cela dépend d’une école à l’autre. Si l’école cuisine elle-même, ce sera en général le cuisinier qui fera les menus. Dans les écoles faisant appel à des sociétés de catering, les menus sont élaborés par des diététiciens qui tiennent compte des besoins nutritionnels des enfants. Dans ce cas-là, des normes assez strictes sont respectées, tant en termes de produits qu’en termes de portions. Aujourd’hui, quand il y a un problème, il se situe surtout au niveau de la quantité. Les portions servies aux enfants sont quelquefois trop importantes.

Y a-t-il généralement trop de sel dans les repas ?

C’est un problème réel qui ne se présente pas qu’à l’école. À la maison, les parents ont tendance aussi à trop saler les plats. Sans compter les en-cas très riches en sel, comme des petites boîtes de céréales, des saucisses ou des petits paquets de chips que les enfants dévorent devant la télé, entre les repas. C’est à ce niveau-là qu’il faut être attentif et essayer de choisir des en-cas plus sains.

Donne-t-on assez de temps aux enfants pour manger ? 

À l’école, le temps consacré au repas de midi (entre 15 à 30 minutes) est insuffisant. Les enfants doivent manger vite et dans un environnement souvent peu approprié. Pire ! Pour les amener à manger rapidement, on évite de leur donner des salades ou des viandes à couper et on leur sert pâtes, purée, viande hachée, légumes en sauce. Bref, tout ce qui est mou et s’avale facilement. Certaines cantines d’école primaire proposent même un repas composé uniquement de frites une fois par semaine, sans viande ou poisson, ni légumes !

Est-ce bien de manger chaud à midi ?

Manger chaud à midi ne pose pas de problème. C’est même plutôt conseillé, à condition d’opter pour un repas plus léger le soir. Si le menu n’est pas trop gras, il n’y a pas de risque de somnolence. Seuls les enfants qui manquent de sommeil s’endorment en classe.

Les « Journées sans viande » : une bonne idée ?

Il est vrai que les enfants d’aujourd’hui mangent beaucoup trop de viande. Mais à côté de cela, ils ont aussi des besoins en protéines très importants. La viande apporte du fer et du zinc que l’on ne retrouve pas de manière bien assimilable dans d’autres aliments. Si on supprime la viande, il faut alors la remplacer par du poisson ou des œufs.

Cantine ou tartines, que choisir ? 

Il est impossible de répondre à cette question, car la qualité des repas servis varie très fort d’une école à l’autre. Si le parent a un doute sur la qualité de la cantine, un repas tartines bien équilibré vaut mieux qu’un repas chaud dont on ne connaît pas la composition.

Quel menu proposer le soir ? 

Un repas léger contenant un féculent, des protéines et des légumes. Cela peut, par exemple, être des tartines trempées dans une soupe ou un œuf à la coque accompagné de pain et d’une petite salade. Ce n’est pas parce que l’enfant mange chaud à l’école que les parents sont dispensés de cuisiner. Une crêpe au sucre ou une tartine au choco ne constitue en aucun cas un souper équilibré.

Gaëlle Hoogsteyn

En pratique

LA BOÎTE À TARTINES IDÉALE

  • Un féculent (pain, biscottes, pâtes ou riz)
  • Un peu de matière grasse (du beurre, de préférence)
  • Une source de protéines (viande, fromage, poisson, œufs)
  • Un légume
  • Un fruit
  • Un produit laitier du type yaourt.

Vous pouvez dès lors opter pour les classiques tartines au jambon, accompagnées d’une portion de légumes (carottes râpées, concombre, tomates…) et d’un fruit. Mais si votre petit loup en a marre du pain, pensez aussi aux salades composées (salade de pâtes, de pommes de terre, de riz) dans lesquelles vous pouvez ajouter des petits morceaux de viande, de poisson, d’œufs durs, de légumes, de fromage, de noix… et varier ainsi les plaisirs.

Zoom

L’ÉCOLE ET L’ALIMENTATION : 7/10

  • 4 écoles sur 5 offrent la possibilité de manger un repas chaud, mais seuls 22 % des enfants en profitent.
  • 1 école sur 2 fait appel à un traiteur extérieur pour préparer les repas.
  • Dans le cas où les repas sont organisés dans l’école, c’est le plus souvent le cuisinier qui établit les menus (90 % des cas). 60 % d’entre eux sont détenteurs d’un diplôme approprié.
  • 1 école sur 4 fait appel à un diététicien externe pour établir les menus.
  • 3 écoles sur 4 ne proposent jamais ou presque de fast-food.
  • Dans 80 % des établissements interrogés, la soupe et les légumes sont au menu 4 fois par semaine. Les frites et les pâtes, 1 fois par semaine.
  • 70 % des écoles proposent un accès gratuit à l’eau. Il faut cependant relativiser cet accès, car celui-ci prend la forme d’un verre d’eau à la demande de l’enfant ou un robinet dans les toilettes.
  • Les fruits en guise de dessert ou de collation ne sont proposés que 2 fois ou moins par semaine.

(Source : Étude menée en 2012 par l’Administration avec l’aide du Sipes auprès de 1 000 écoles).

Sur le même sujet

Alimentation à l’école : plus de sodas à l’école : vous êtes 67% à être d’accord

La qualité de l’alimentation des enfants et des jeunes est un enjeu de santé publique. Près d’un adolescent sur cinq est en surcharge pondérale ou est obèse. L’école a un rôle à jouer à ce niveau. Les enfants y passent au moins la moitié de leur journée et y prennent des repas. Une nourriture de qualité à l’école les aide donc à être en bonne santé et à apprendre les bases d’une alimentation saine.

 

Ce que coûte une rentrée scolaire : le temps du midi

Impossible ici de calculer combien ce poste vous coûte sur l’année. Entre les enfants qui ne fréquentent pas la cantine, les enfants qui y mangent une, deux ou trois fois par semaine, il y a évidemment des différences. Nous avons donc plutôt privilégié, à partir des réponses des parents qui participaient à notre enquête, la comparaison du prix d’un repas, ce qui nous semble plus judicieux. Vous pourrez ainsi comparer avec votre situation.

 

Marc, chef de cantine 4 étoiles

Il ne figurera probablement jamais dans le Gault et Millau. Il ne crèvera pas l’écran de l’émission Top Chef. Aussi le Ligueur a-t-il choisi de l’élire chef 4 étoiles des cantines scolaires de Wallonie-Bruxelles. Tous les jours, Marc Den Blinden propose une cuisine savoureuse, créative, à base de produits locaux, aux élèves et au personnel de son école.

 

Un midi à l’école communale du Blocry

L’entrée en maternelle apporte son lot de nouveautés. Parmi elles: la cantine. Pour les parents, l’envie de s’incarner en  petite souris le temps d’un repas peut être très forte. Juste pour voir ce que mange l’enfant, si le réfectoire n’est pas trop bruyant, si les plus petits sont aidés, si les repas sont équilibrés…

Reportage le temps d’un dîner chez les petits élèves de l’école communale du Blocry à Louvain-la-Neuve.

 

Stop au gaspillage à la cantine

Chaque année, nous gaspillons des kilos de nourriture, particulièrement dans les écoles. En cette semaine européenne de lutte contre le gaspillage alimentaire, tentons de réduire les quantités de denrées jetées à la poubelle.

 
Le Ligueur utilise des cookies pour faciliter la navigation sur ce site web et permettre l’utilisation de ses fonctionnalités. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies. J'accepte l'utilisation des cookies
En savoir plus