9/11 ans

Carnet de vacances : pour ou contre ?

Les carnets de vacances ont plus que jamais la cote cet été. A tel point que certains se déclinent désormais aussi en version numérique. Faut-il vraiment faire réviser son enfant durant les grandes vacances afin qu'il ne perde pas ses bonnes habitudes ou qu'il se mette à niveau dans une matière qu'il maîtrise mal ? Des parents témoignent.

Carnet de vacances : pour ou contre ?

POUR

Ana : « Depuis que ma fille est en 2e primaire, on a pris l’habitude de lui acheter un carnet d’exercices de vacances. On ne veut pas qu’elle perde la main, qu’elle soit trop perdue à la rentrée. Les exercices les plus faciles, elle les fait seule, les autres, elle nous demande de l’aider et on s’y colle avec elle. Plus petite, elle aimait plutôt cela : elle prenait ces exercices comme un jeu. Cet été, c’est plus difficile. On doit être derrière elle pour qu’elle s’y mette. Elle nous répète sans cesse : ‘M’man, c’est pas nécessaire, je connais déjà tout’. Peut-être qu’elle a raison. Et que ces cahiers servent surtout à nous rassurer, nous, les parents. »

Léo : « Plutôt que de faire de ‘bêtes’ révisions qui font trop penser à l’école, on a suivi le conseil de l’institutrice de notre aîné qui a de petits soucis en français : depuis le début des vacances, on lui lit des livres à voix haute. Bien sûr, il sait déjà lire tout seul, mais cette méthode va l’aider à mieux rédiger et à comprendre un texte. Et puis, surtout, ce rendez-vous qui s’installe chaque jour devient un vrai moment de complicité et de bonheur partagé. Là, on vient de lire toute la collection du Petit Nicolas. Je ne vous raconte pas les fous rires… »

Olga : « Mon fils est très volontaire à l’école mais, malgré tout, il a des problèmes en maths et en orthographe. Je voudrais tellement qu’il s’en sorte à l’école. Moi, j’ai des difficultés pour l’aider car le français n’est pas ma langue maternelle. J’ai acheté le cahier de vacances de son année. Cela me rassure car je sais que c’est la bonne matière et que les corrections seront justes. »

Alicia : « Au départ, je n’étais pas pour l’idée de réviser durant l’été. Mais voilà qu’en faisant les courses pour la rentrée début août, notre cadet a voulu qu’on lui achète un carnet de vacances. Faut dire qu’ils prennent tellement de place dans les magasins cette année qu’il est impossible de les ignorer. On se culpabiliserait presque de ne pas en avoir ! Notre fils est donc rentré avec son carnet, fier comme tout de pouvoir travailler comme sa grande sœur qui bloque pour sa seconde sess’. Tant qu’il y prend du plaisir, cela ne peut pas lui faire de mal. »

CONTRE

Anne : « Faire réviser mon fils pendant l’été ? Quelle drôle d’idée : étonnant que l’on puisse même se poser la question. Moi, je n’y ai même jamais pensé. C’est vrai que, jusqu’à présent, il n’a pas de difficultés à suivre en classe. Je fais surtout confiance à l’école, à son organisation, à son rythme. Si deux mois de vacances ont été prévus en été, c’est que c’est bon et utile pour les enfants. Et puis, à la rentrée, les cours reprennent en douceur, avec les révisions nécessaires pour aborder la nouvelle matière. »

Pierre : « Les carnets de vacances, quelle horreur ! J’en ai un tellement mauvais souvenir lorsque, petit, je ramais à l’école et que j’étais obligé de m’y coller sans rien comprendre, que jamais je ne ferais subir cela à mes enfants. Pour l’instant, leurs résultats sont bons, donc pas d’inquiétude. Je crois que si cela change, j’essaierais plutôt de trouver une personne qui puisse les aider à se remettre à niveau et repartir du bon pied dès la rentrée. Comme un cours particulier, par exemple. »

Marc : « En vacances, on ne pense pas à l’école, tout cela nous semble tellement loin. Mais quand on est enseignant, on ne se refait pas. Depuis que nos enfants sont petits, on détourne leurs jeux pour qu’ils apprennent, sans en avoir l’air. Nos jumeaux sèchent en maths. Comme pour l’instant, ils sont dans une phase jeux de société, on en profite. Et on les charge de compter les points, de préparer les cartes et les pions… À deux, quelle émulation ! Idem lorsqu’on fait la cuisine, avec les quantités ou les volumes. Rien de tel que d’apprendre, sans s’en rendre compte. »

Manu : « Chez nous, les vacances, c’est jusqu’à la dernière minute, on veut en profiter un max et basta, l’école ! Les enfants ont besoin de souffler… et nous aussi. On ne fait même pas les cartables avant le 31 août, c’est dire. Alors, les révisions, faut même pas nous en parler. Pas de stress, on fait confiance à nos enfants. Malgré tout, à chaque veille de rentrée, je fais la même réflexion à mon mari : c’est fou, leurs progrès durant les vacances. Comme quoi, les stages, les excursions, les visites au musée avec les grands-parents, les camps… sont aussi formateurs. »

Anouck Thibaut

En bref :

Pour résister à la tentation de l'achat d'un carnet de vacances, rappelez-vous que :

- Les acquis scolaires de votre enfant ne s'envoleront pas durant les vacances. Au contraire, les activités de l'été (lectures, visites, camps scouts, musées, jeux libres ou en famille, stages, cuisine...) lui permettra de revisiter, de manière pratique, ses connaissances. Donc de progresser sans en avoir l'air.

- En primaire, l'année scolaire reprend généralement en douceur, en révisant les matières apprises l'année précédente.

- Durant l'été, votre enfant a besoin de se (re)poser, d'oublier l'école... et même de s'ennuyer car de l'ennui naît la créativité, ce qui aide aussi à grandir.

- Si votre enfant a effectivement de (petites) lacunes, le laisser seul face à un carnet de vacances peut faire pire que mieux : sécher face à ses devoirs de vacances altèrera encore sa confiance en lui et ne fera que renforcer son manque d'attrait pour l'école. Mieux vaut combler ses lacunes en maths ou en français de manière détournée, par exemple via un jeu de société ou en faisant la cuisine.

Sur le même sujet

Stages : comment faire le bon choix ?

Les congés de Carnaval approchent à grands pas... et vous n'avez toujours pas de lieu de stage pour vos gamins. Dans ce mini-dossier, on vous donne des clés pour faire le bon choix, en fonction de l’âge de vos enfants. De quoi déjà aussi anticiper les congés de Pâques.

 

Vacances studieuses : la bonne idée ?

« Quoi ? Le Ligueur parle déjà de rentrée ! Et puis quoi, encore ? ». Pas d’affolement. On vous laisse respirer, c’est promis. Mais pour les parents qui aiment anticiper, éviter le stress de la rentrée, on propose quelques bonnes idées, trucs et astuces testés par des parents et d’enfants très organisés. De quoi vous inspirer peut-être...