Vie de parent

Cartable numérique :
les lunettes des dyslexiques

Dyslexique, dyscalculique ou dyspraxique ? Le Ligueur du 5 octobre se penche sur les besoins spécifiques des enfants « dys ». Votre petit a droit à un accompagnement particulier tout au long de sa scolarité. Dans le caddy de la rentrée, ne bannissez pas tablettes et ordinateurs, pour lesquels un échantillon de parents connectés a dressé un inventaire de logiciels utiles.

Cartable numérique : les lunettes des dyslexiques

Outre la prise en compte par le corps enseignant des aménagements « généraux » à envisager (s’assurer que les consignes sont bien comprises, les reformuler, alléger les dictées, engager la solidarité des autres élèves, etc.), pensez aux outils digitaux, adjuvants indispensables tout au long de la scolarité de votre enfant à besoins spécifiques.
Pour Nathalie, tout a commencé par la découverte des livres audio.  « Emma avait décidé que la lecture, ce n’était pas pour elle. Au bout de quelques minutes, elle abandonnait le livre ou la BD entamés. Elle avait tant de mal à déchiffrer et à saisir le sens de ce qu’elle lisait que le découragement était toujours le plus fort. Parfois, j’avais le temps ou le courage de lire à voix haute pour elle, mais il fallait une solution pour la rendre autonome ».
Et cette solution, elle l’a trouvée grâce à l’Apeda, qui propose de télécharger des livres audio en ligne ou de les emprunter en bibliothèques publiques ou en médiathèques. Cette première étape franchie, lire à la maison a cessé d’être une punition. Et Nathalie a poursuivi ses recherches de « lunettes spéciales » pour les autres aspects de l’apprentissage. Sur le web, elle découvre des outils testés par d’autres familles et relayés sur les sites des associations et fondations pour enfants en difficulté d’apprentissage.

Évaluation des besoins en compensation

Vous êtes prêts à explorer, vous avez peut-être trouvé le soutien financier nécessaire. Faites évaluer les besoins en compensation de votre enfant ! Découvrez les logiciels qui facilitent les apprentissages : frapper au clavier, lire les documents, corriger les fautes, organiser les cours, construire un plan, dessiner des images géométriques sur ordinateur…
Progrès technologiques, avancées de la recherche, avis des utilisateurs : voici le cartable numérique possible pour la rentrée, au contenu testé par des parents et thérapeutes enthousiastes.

Tour d’horizon des boîtes à outils

Word Sprint Dyslexie : lecture de textes avec suivi, vitesse de lecture, modes de lecture, écho oral lors de la frappe, etc.
Cogni-Sciences : une présentation complète et assez scientifique sur les processus du développement, d’acquisition et d’apprentissage, dont le langage oral.
littératureaudio.com : plus de 5 000 livres audio - téléchargeables au format mp3 - gratuits sur ce site créé par l’association Des livres à Lire et à Entendre. L’association lance un appel aux « donneurs de voix », qui sont tous bénévoles.
Gerip :  composée d’orthophonistes et d’informaticiens qui mettent à jour des programmes proposant des exercices ludiques, progressifs et paramétrables selon le niveau de difficulté souhaité, cette société propose des logiciels de rééducation efficaces et faciles à utiliser.
Kurzweil 3000 : un logiciel universel de compensation de Sensotec qui propose toute une série d’outils combinés. Il lit à voix haute et soutien la compréhension de textes avec des dictionnaires parlants illustrés. Cet outil permet aussi d’écrire, d’étudier et de passer des examens. Seul bémol : son coût (pas loin de 1 000 €), mais vous pourrez télécharger une version d’essai gratuite.
► Il existe d'autres logiciels comme Korectdys, Cordial, etc. pour aider les enfants à corriger orthographe et grammaire. Le site français de l'Apeda les a testés pour vous.

Aya Kasasa

Bon plan

Des associations recyclent les ordinateurs pour les vendre à moindre coût. C'est le cas de Solidarité Informatique Sans Frontières ou encore d'Oxfam.

Sur le même sujet

Dans la peau d’un enfant à besoins spécifiques

En tant que parent d’un enfant « dys » (dyslexique, dyscalculique, dyspraxique…), de nombreuses questions surgissent tout au long du parcours sinueux de son enfant. Questions qui ne trouvent pas toujours de réponses, puisque d’un enfant à l’autre, les différences sont nombreuses. Rencontre avec Perrine Bigot, une orthopédagogue spécialisée dans le suivi d’enfants « dys ».

 

 

La dyslexie n’est pas une maladie

Si la dyslexie était totalement inconnue et donc ignorée il y a trente ou trente-cinq ans, on sait maintenant que chaque classe compte un ou deux enfants atteint(s) de ce trouble de l’apprentissage. Dans notre société, 5 à 10 % de personnes sont concernées. Un pourcentage imprécis puisque la dyslexie n’est pas systématiquement identifiée. Mais la dyslexie, c’est quoi exactement ?