Vie de parent

Ces vacances, c'est... à la maison,
mais pas pareil

Donner un air de vacances au quotidien. S’autoriser un rythme plus estival. Aérer les jours. Facile à écrire, mais, concrètement, comment procéder ? On a toqué à la porte des parents pour leur demander leurs trucs les plus dépaysants. Piochez sans aucune modération. 

Ces vacances, c'est... à la maison, mais pas pareil

► Dormez à la belle étoile

C’est un papa aventureux qui nous souffle l’idée. Dans un appartement, au cœur de l’été, sans jardin, sans terrasse démentielle, mais juste avec un balcon suffisant pour trois âmes, lui et ses filles ont sorti les sacs de couchage, les lampes frontales, les piles de bandes dessinées. Ils ont embarqué pour une nuit magique à regarder le ciel, converser des étoiles, avant de plonger dans les bras de Morphée. Ils ont réitéré l’expérience. Toujours avec joie et entrain. Vous n’avez rien chez vous qui vous permet de dormir au grand air ? Voyez avec des personnes de votre entourage qui vous ouvriront les portes de leur petit camping improvisé avec amusement. 

► Plantez le décor 

Tous les ans, l’idée revient. Cette année, elle a même été expérimentée par beaucoup de parents pendant le confinement : on réaménage l’appartement. C’est-à-dire qu’on bouge les meubles, qu’on se refile les chambres, qu’on monte des tentes, qu’on fait une jungle avec les plantes. Les idées ne manquent pas. L’idée générale, vous l’aurez saisie : se donner l’impression qu’on part. Plus précisément, rompre avec le quotidien. Tant pis pour le bazar ambiant ou l’équilibre Feng shui du salon-salle à manger. Osez le tipi au milieu du salon, les chaises longues à la place des fauteuils, les coins lecture ou relaxation à droite et à gauche. À la rentrée, tout reviendra à la normale. Et vous aurez presque l’impression d’être partis longtemps en vous réinstallant. 

► Pique-niquez où bon vous semble 

Recommandés par tous les parents qui ont passé des vacances d’été à domicile : les pique-niques. C’est une maman de deux garnements qui nous a inspirés. Pour elle, le pique-nique est une façon de rompre le rythme quotidien des repas. Tous les soirs, on sort. Dans un parc, dans une forêt, au bord d’une fontaine. On peut même varier. En plus, si on s’y prend bien, c’est l’occasion de faire manger sainement ses enfants. Tomates cerise, concombre, salade de légumes… Pas mal. Les repas dehors, dans l’insouciance des soirs d’été, peu importe où l’on se trouve, c’est ça, la magie des vacances. 

► Faites les touristes 

Cet été, une partie des citoyens compte participer à l’économie locale en profitant des richesses touristiques du pays. Peu importe d’où vous nous lisez, il existe forcément des pépites autour de vous. On pense au patrimoine, aux musées, certes. Mais également aux panoramas, aux lieux insolites, aux promenades… aux mille et une beautés à côté de chez vous que vous n’avez pas encore explorées. Cet été, quoi qu’il se trame, vous avez tout un circuit passionnant qui vous attend. Enfilez vos chapeaux de paille, vos plus belles espadrilles, des lunettes de soleil et jouez les touristes au pied de chez vous. À la rentrée, vous ne verrez plus le théâtre quotidien de la même manière. 

► Jouez au grand air 

Pendant les grandes vacances, qu’est-ce que l’on fait ? On s’amuse. Qui dit amusement, dit jeu. Alors pour s’aérer l’esprit, pour passer du temps et sortir la tête de l’écran, sortez jouer. Et pour cela, pensez jeux fédérateurs. Une super partie de pétanque en famille, une longue manche de croquet, un Mölkky… Vous pouvez même organiser un parcours de billes géant avec plein de passages plus incongrus les uns que les autres. Le quotidien, ce terrain de jeu grandeur nature. 

 ► Dehors, les enfants 

Plusieurs d’entre vous, avec ces trois mois écoulés ont (re)découvert leur quartier. Et dans la foulée, toutes les bandes de copains et copines. On vous pousse depuis des années à faire jouer vos enfants dehors. Voilà peut-être l’aspect positif du confinement : revoir des gamins jouer les uns et les autres ensemble. Ça manquait. Alors que vous restiez, que vous soyez entre deux voyages, poussez vos enfants à ça. C’est-à-dire se faire des copains dans le quartier ou prolonger les amitiés. Vous aussi, parents, vous risquez de faire de chouettes rencontres. Et c’est même ainsi que peut éclore une forme de solidarité ou, tout du moins, de force collective dans votre quartier. L’été 2020 ? Il doit se passer au grand air, avec des tas de cris d’enfants qui s’amusent au loin en fond sonore. 

Souquez ferme, moussaillons 

Qu’est-ce que l’on aime plus que tout l’été dans une large majorité ? Le soleil. Selon les prévisions, nous n’en manquerons pas pendant ces deux mois. À quoi on aime l’associer ? À l’eau, bien sûr. En plus de votre petit coin d’eau secret pas loin de chez vous, pourquoi ne pas partir faire une petite virée ? En mer ? Mouais. Notre Royaume possède une richesse sous exploitée : ses canaux et leurs innombrables péniches. Sacrés terrains de jeux potentiels. Baladez-vous du côté des écluses les plus proches de chez vous. Repérez les capitaineries et voyez quelles sont les conditions pour aller faire un tour. Embarquez à la vitesse d’un Namurois au galop. Peut-être la meilleure façon de profiter du pays. 

► Plongez-vous dans le cinéma familial 

Le soir, à la nuit tombée, après une journée bien animée, il est grand temps de se regarder un film. Seulement, vous avez épuisé le stock pendant le confinement et vous voilà en panne d’idées. Plutôt que les dessins animés produits par le géant aux oreilles de souris, pourquoi ne pas s’aventurer dans les grandes comédies familiales. On pense à Nos jours heureux du duo Toledano et Nakache pour son ambiance de colonies de vacances vintage. La série du Gendarme avec Louis de Funès pour faire rire les petits. L’argent de poche de Truffaut qui dépeint une ambiance de gamins. L'été de Kikujiro, à partir de 9 ans, pour son langage fleuri, Cinéma Paradiso pour la nostalgie à l’italienne. Et si vous en voulez plus, n’hésitez pas à demander à votre magazine préféré, nous ne sommes jamais avares de recommandations. 

► Mettez l’été en musique 

Vous l’aurez peut-être constaté par vous-même, encore plus avec ce confinement : l’importance de la bande-son. C’est revenu beaucoup dans les discussions :  le comment parents, ados et enfants se partagent la playlist. Question encore plus pertinente pendant la trêve estivale. Testé et approuvé, plongez-vous dans le répertoire des vieux tubes Mento de la Jamaïque des années 50. Il existe plein de compilations sur le web sur toutes les plateformes d’écoute. De quoi vous plonger dans un état festif et insouciant. Louise Bennett, Hubert Porter ou Bernie King deviendront vite vos meilleurs amis. Là encore, si vous en voulez plus, le Ligueur jouera avec un plaisir non dissimulé le DJ de votre été. 

► Inventez votre chanson de l’été 

Habile transition avec le chapitre suivant qui vous donne l’inspiration pour mener des projets en famille. L’idée ici est tellement simple qu’on s’en veut de ne pas y avoir pensé avant : vous prenez tout ce qui peut servir d’instrument de musique. C’est encore mieux si vous y mêlez les jouets des enfants. Et vous avez un été pour composer une chanson ensemble. Des paroles à l’instrumentation. Un air qui parle de vous, de votre famille, de ce que vous traversez. Un chant faux, beau, profond, absurde, dénué de sens… peu importe tant que vous vous y mettez tous ensemble. Et bien sûr, on veut entendre les résultats sur redaction@leligueur.be

Yves-Marie Vilain-Lepage

Le regard de...

Alain Decrop, professeur de marketing spécialisé en tourisme à l’UNamur 

La limitation de nos déplacements et la fermeture des frontières liées à la crise du coronavirus ont fortement contraint nos habitudes de loisirs et de vacances. À l’heure du déconfinement, l’envie d’évasion et de découverte en est d’autant plus forte… Pour beaucoup, le « staycation » sera de mise cette année : multiplier les excursions touristiques depuis sa maison. Le tourisme wallon, qui vit essentiellement de sa clientèle belge, peut tirer profit de cette situation.

Sur le même sujet

Des vacances post-chamboulement

Les grandes vacances... Allez, le Ligueur ose les aborder. Nous n’irons pas jusqu’à parler de tabou, mais il persiste comme une petite gêne dans l’atmosphère dès qu’on aborde les plans pour juillet-août. On assiste souvent à ce dialogue entre parents : « Et vous, alors, cet été ? Comment ça se passe, vous partez ? ». Réponse de l’interlocuteur par une moue incertaine.