0/2 ans

Chien et bébé, une amitié surveillée

« Bi-bou », « Waf slurp »… ils sont trop mignons. Et s’ils faisaient une gaffe ? Une patte écrasée, un enfant bousculé ou un coup de dents perdu. On n’ose pas trop y penser, mais pourtant il vaut mieux anticiper pour éviter un accident.

Chien et bébé, une amitié surveillée

« Comment va-t-il réagir en voyant notre bébé ? Et quand il l’entendra pleurer ? ». Les premières questions concernant la cohabitation d’un chien et d’un bébé germent parfois avant la naissance de l’enfant. Certains parents se donnent un mal de chien pour préparer leur toutou à l’arrivée du bébé. Mais est-ce vraiment nécessaire de lui montrer des petits habits ou de lui faire renifler des couches sales avant que maman et bébé reviennent de la maternité ?
« Les couches qui passent dans la maison et qui vont à la poubelle suffisent, répond Joël Dehasse, vétérinaire comportementaliste. Le chien a un odorat un million de fois plus développé que l’homme. Donc, ce n’est pas nécessaire de lui mettre des grenouillères et des couches sous la truffe. Et, surtout, il ne faut jamais lui donner des couches à déchirer. Car le bébé en porte sur lui et cela pourrait signifier que le chien peut déchirer le bébé. »
Pas de préliminaire odorant, donc, avant la rencontre entre chien et bébé. Ils feront connaissance ensemble, en direct et en présence d’un adulte. « Quand je suis revenue à la maison avec mon fils dans les bras, le chien était fou de joie, il sautait partout, voulait absolument voir et lécher ce nouveau copain qu’on apportait », nous raconte Saara, maman de deux enfants.
« Nul besoin de venir lui mettre le bébé sous le nez, on voit que le chien vient lui-même le renifler quand il en a envie. C’est ainsi que ça se fait dans la nature, explique Joël Dehasse. Parce qu’au départ, le chien ne comprend pas que cette petite chose est un humain. Pour lui, c’est une espèce différente. Mais il voit que ce bébé appartient aux adultes, qu’il ne peut pas y toucher et il comprend qu’il doit le respecter comme il est lui-même respecté. »
Après la rencontre, le chien s’habituera à ce nouveau coloc’. Et tant qu’un adulte attentif reste dans les parages, ils peuvent jouer ensemble, le risque d’accident ou de morsure est faible.

Waff, fais gaffe !

Mais le risque existe, même - et hélas, surtout - avec un chien que l’enfant connaît bien. « La majorité des morsures sont faites par un chien de la famille, des amis ou du voisinage de l’enfant mordu. Et 30 % des personnes mordues sont des enfants de moins de 4 ans », constate le vétérinaire.
Heureusement, à l’aide de quelques précautions, la cohabitation se passera très bien. Tout dépend du caractère du chien et du comportement de l’enfant. « Il existe différentes personnalités de chiens, comme chez les humains. Certains chiens sont anxieux, d’autres hyperactifs, parfois dépressifs… Un chien sur mille est très tolérant avec les enfants et accepte des petits doigts dans les yeux ou dans l’anus. Pour les 999 autres, il faut prendre des précautions », conseille Joël Dehasse.
Donc, si un chien n’aime pas du tout le contact et semble incommodé par votre enfant, ne les forcez pas à sympathiser et respectez l’intolérance du chien. Comment ? En prévoyant des pièces séparées, en installant une barrière de sécurité, un parc pour l’enfant ou une cage dans laquelle le chien pourrait se réfugier. Avec toujours un adulte près de l’enfant.

Le chien détourne la tête s’il ne veut pas qu’on l’embête

« La situation la plus risquée, c’est lorsque l’enfant va vers le chien et qu’il s’impose à lui alors que le chien est occupé à jouer, à manger ou à dormir et qu’il n’a pas envie d’être dérangé, explique encore le vétérinaire. Un signe très clair montre que le chien veut stopper ce contact : il détourne le regard. Le chien ne regarde pas l’enfant et tourne la tête ailleurs, parfois vers un adulte pour lui demander d’éloigner l’enfant. Ce détournement de regard précède les grognements. Mais avant 5 ans, un enfant ne peut pas intégrer ça. Donc, si un chien détourne la tête quand un enfant s’approche de lui, il faut stopper immédiatement l’enfant. »
Autre précaution utile pour une harmonieuse cohabitation entre toutou et bébé : apprendre aux enfants à s’approcher du chien avec les mains en avant. Spontanément, ils arrivent vers un chien la tête en avant, comme pour l’embrasser. C’est donc forcément l’endroit le plus souvent mordu chez un bambin. « Si un enfant veut jouer avec un chien, le mieux, c’est que l’enfant l’appelle. Et si le chien vient, le risque d’accident est très, très faible », précise le vétérinaire.

Plus doux, les matous ?

Il y a moins d’accidents domestiques avec un chat qu’avec un chien. « Le chat a tendance à éviter le bébé, à le fuir, alors que le chien est plus réactif. Et puis le gabarit du chien est également plus imposant que celui d’un chat », explique encore Joël Dehasse. Donc, à moins qu’un chat ne soit coincé dans un appartement sans possibilité de fuir, un accident sera rarissime. Et si le chat se défend, ce sera plutôt avec ses griffes, pas avec ses crocs.

Estelle Watterman

En savoir + 

L’ONE a publié une brochure intitulée L’enfant et le chien, de la sécurité à la complicité. Elle est téléchargeable gratuitement sur leur site.
Côté livre, on épingle le bouquin : Pourquoi un chien intelligent fait-il des choses stupides ? du vétérinaire comportementaliste Joël Dehasse.
Et on évite les blogs américains qui proposent aux futurs parents de jouer avec une poupée devant le chien pour le préparer à la venue du bébé.

Sur le même sujet

Chacun cherche son chien

Vous avez usé de tous les arguments, mais rien à faire, vous voici au pied de la niche : les enfants veulent un chien. Vous capitulez, la meute va s’agrandir. Passons à l’étape suivante, celle de l’adoption. On lève la patte et on le jure, tout va se passer au poil.

 

Son chat a été écrasé : elle a 4 ans et ne s’en remet pas…

La mort d’un animal aimé peut être un réel choc pour un jeune enfant. Elle peut même l’attrister pendant six à huit semaines, précisent les psychologues. En fait, la mort d’un animal domestique est souvent le premier décès auquel un petit est confronté. Un premier deuil à affronter.

 
 
 
Le Ligueur utilise des cookies pour faciliter la navigation sur ce site web et permettre l’utilisation de ses fonctionnalités. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies. J'accepte l'utilisation des cookies
En savoir plus