Vie de parent

Christine Mahy : « Les oublié·e·s
des oublié·e·s »

Impossible de parachever ce dossier sans l'expérience d'une personne de terrain. Pour comprendre, pour construire, pour agir. En cela, Christine Mahy, secrétaire générale du Réseau wallon de lutte contre la pauvreté (RWLP), et sa connaissance aiguë des ménages monoparentaux nous aident à mieux cerner les réalités. Elle nous donne des pistes pour organiser une solidarité avec certaines familles monoparentales, afin qu'elles ne ressortent pas épuisées, isolées et fragilisées de cette crise.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Sur le même sujet

Plus jamais isolé·e·s

« Pandémie », « confinement » et, maintenant, « déconfinement ». Trois mots que l'on avait jusqu'alors à peine prononcés dans nos vies et qui se sont imposés comme des réalités. Réalités compliquées pour beaucoup de parents. Réalités d'autant plus douloureuses pour les parents solos. Elles surtout, ils plus rarement, sortent de ces deux mois lessivé·e·s, angoissé·e·s, avec un sentiment d'invisibilité. Et si nous leur apportions (un peu) d'invincibilité ?

 

Près d’une maman solo sur quatre est au chômage

Dans son dernier numéro, le magazine le Ligueur met en avant les difficultés rencontrées par les familles monoparentales. Celles-ci sont singulièrement éprouvées par la crise que nous traversons. Ce n’est que la conséquence d’une situation socio-économique qui préexistait à l’irruption du Covid-19 dans nos vies. Isolement et précarisation font mauvais ménage. Surtout lorsqu’on est une maman seule.