0/2 ans

Combien de langes par jour
pour des fesses nettes ?

Langer bébé, une des premières leçons données à la maternité. Pourtant, il existe différentes techniques et de nouvelles modes. Dernière en date : changer moins souvent les couches de nos bébés pour limiter les dépenses et les déchets. Tout bon pour la planète. Et pour les petites fesses ?

Combien de langes par jour pour des fesses nettes ?

« Trois changes par jour devraient suffire car, aujourd’hui, on fabrique des langes plus grands qu’il y a quelques années ». Selon le fabricant de langes Ontex, on change donc trop souvent les bébés. Une déclaration certes intéressante pour limiter la quantité monstrueuse de déchets engendrés par les langes jetables, mais une déclaration à prendre avec des pincettes. Car les petites fesses de nos bébés risquent fort de s’irriter si elles baignent trop longtemps dans des excréments. Actuellement, il n’y a pas de recommandations officielles de l’ONE ou autre quant à la fréquence de changement des langes. Tout dépend du type de langes utilisé (jetables ou lavables), de sa capacité d’absorption mais, surtout, des caractéristiques du bébé et de son âge. Chaque bébé est unique, certains font pipi et vont à la selle plus fréquemment ou plus abondamment que d’autres.
« On le voit dans notre crèche. Certains font plusieurs ‘explosions’ par jour, d’autres ne salissent quasiment pas leur couche. On change dès qu’il y a un caca, et systématiquement au coucher et au lever de sieste. Pour le reste, ça dépend des enfants », explique Nora, puéricultrice à Bruxelles. « Moi, j’utilise entre six et huit langes par jour, compte Sophie, maman d’un petit garçon de 1 an. Sauf en cas de diarrhée, où c’est presque un par heure. Heureusement, ça ne dure pas. »

Pas de lingette pour des fesses proprettes

Pas de règle générale, donc. On observe notre bébé, s’il se tortille, si sa couche est gonflée, si elle émet un fumet suspect…
Côté matériel aussi, on déborde parfois de produits dont on n’est pas sûr d’avoir besoin. « La crème n’est pas indispensable à chaque change si les fesses sont nettes, déclare Lutgarde, infirmière en maternité. On utilise quand même du liniment en néonat’ et du Néo-cutigénol pour les bébés qui ont les fesses irritées. En temps normal, de l’eau et un gant de toilette suffisent amplement. Pas besoin non plus de ces lingettes qui vous sont offertes. »
Concernant les lingettes jetables, on vous épargne le débat sur les substances plus ou moins cracras qu’on y retrouve pour résumer en un conseil : quand on peut s’en passer, c’est mieux. Même son de cloche du côté de l’ONE qui préconise de réserver l’utilisation des lingettes aux rares occasions où les parents n’ont pas accès à un point d’eau.
« Au quotidien, nous recommandons de laver le siège de l’enfant avec un gant de toilette individuel et du savon doux, liquide en distributeur, sans parabène, sans parfum ni colorant. Bien rincer et sécher avec un essuie-éponge individuel, nous répond Benoît Parmentier, administrateur général de l’ONE. Ces recommandations ont pour but de prévenir les réactions allergiques et les eczémas fessiers. »
Et pour les bébés qui gigotent ou qui rouspètent, pas toujours simple de les changer en douceur… Certains n’aiment pas être pris par surprise. Donc, on anticipe, on leur explique chaque étape du change, en les regardant dans les yeux. Tout en restant attentif au change, au risque de se faire joyeusement arroser par son petit pompier. Lui glisser un petit jouet dans les mains ou lui chanter une chanson au moment du change peut être une parade intéressante pour éviter une séance de catch.

Bébé participe

Et lorsque bébé grandit, il pourra même participer à son change. Couché sur le dos, demandez-lui de poser ses pieds bien à plat sur la table à langer, jambes pliées, puis de pousser sur ses pieds pour soulever son popotin. Et hop, comme lorsque maman travaille ses fessiers à la kiné-post-natale. Votre petit sera tout fier de participer et ça vous évitera de devoir soulever ses fesses et ses jambes pour enlever le lange souillé et glisser le nouveau.

Estelle Watterman

En savoir +

L’érythème fessier

Comment l’éviter ?

  • Bien sécher les fesses de votre bébé lors de chaque change.
  • Lavez et essuyez toujours de l’avant vers l’arrière, surtout chez les petites filles.
  • Si vous optez pour des couches jetables, privilégiez des superabsorbantes, et testez plusieurs marques. Si vous utilisez des langes lavables, privilégiez des modèles en microfibre, bambou ou chanvre, plus absorbants que ceux en coton.
  • Dans tous les cas, laissez le plus souvent possible ses fesses à l’air pour qu’elles sèchent et ne s’irritent pas.
     

Quand s’inquiéter ?

Difficile d’y échapper totalement, même si les bébés allaités semblent moins sujets à l’érythème fessier que les autres. Il suffit d’une diarrhée, parfois d’une poussée dentaire ou d’une prise d’antibiotiques pour que le siège d’un bambin rougisse, chauffe, se couvre de petits boutons ou de plaques et devienne douloureux. Un noisette de crème achetée en pharmacie pendant deux jours et un change fréquent et soigneux devraient suffire. Pensez à tapoter délicatement la peau irritée plutôt que la frotter pour la sécher.
Si après quatre jours, l’érythème persiste et que les petits boutons rouges sont toujours là et bien vifs, consultez un médecin. Un microscopique champignon s’incruste parfois.

BON PLAN

Certaines mutuelles remboursent l’achat de langes jusqu’à un certain montant. Il existe également des primes communales qui encouragent les parents à investir dans des langes lavables. Renseignez-vous auprès de votre mutuelle et de votre commune, ça en vaut la peine !

Sur le même sujet

Les couches lavables, on aime… ou on déteste

Pour la planète, y a pas photo, les couches lavables, c’est top. Pour les douces fesses de nos bambins aussi. Mais pour nous, parents, concrètement, c’est faisable ? Deux mamans témoignent.

 

Tout ce qui les fait grandir : du 1er jour à 2 ans et demi

Bébé est né et découvre son environnement au fil des jours. D’abord dans les bras de ses parents, il plonge son regard dans le leur, retrouve une odeur familière près du sein de sa mère. Il découvre ensuite son lit, souvent préparé avec soin et amour. Puis le bain, son tapis de jeux… et part à l’aventure du monde en porte-bébé ou en poussette. Avant qu’il ne se mette lui-même sur ses pieds pour poursuivre son chemin de découvertes. Tant d’étapes qui nous épatent et suscitent certaines interrogations.