3/5 ans

Comment éviter (et soigner)
les maux de l’hiver

Gorge qui gratte, toux qui traîne ou nez qui coule : chaque année, l'hiver amène son lot de désagréments chez nos enfants. Des petits maux bien souvent soulagés à coups de médicaments. Mais est-ce vraiment la seule solution ? Décryptage mal par mal et analyse des solutions.

Comment éviter (et soigner) les maux de l’hiver

Mal de gorge

Souvent d'origine virale, le mal de gorge peut aussi être d'origine bactérienne, mycosique ou provoqué par divers facteurs tels que le reflux, le tabagisme passif ou encore l’inhalation de produits irritants. La plupart du temps, chez les adultes, le mal de gorge est un trouble bénin qui guérit spontanément après quelques jours.
Méfiance, malgré tout, si votre enfant se plaint de maux de gorge car, chez les enfants de 3 à 15 ans, les infections bactériennes à streptocoque A sont très fréquentes. Bien que les complications dues à la bactérie soient rares, elles sont lourdes de conséquences puisqu’elles peuvent notamment provoquer des rhumatismes articulaires ou encore la scarlatine. Jusqu’à 15 ans, en cas de maux de gorge, une consultation médicale est donc recommandée pour exclure le streptocoque A.

⇒ Comment le soigner ?

Après une visite chez le médecin, ce dernier pourra éventuellement prescrire des pastilles et un spray pour la gorge. Important : veillez à bien respecter la posologie et les indications concernant l'âge requis pour l'utilisation du produit. Autre petit rappel, au passage : le paracétamol reste le premier choix pour tout type de douleurs, même les douleurs locales de type oro-pharyngées.
En parallèle, n’oublions pas les bons vieux remèdes (naturels) de grand-mère qui - à tout âge - aident aussi à soulager la gorge irritée :

► Boire régulièrement (boissons chaudes ou glacées).
► Sucer des bonbons (il en existe sans sucre), simplement parce que l'action de succion augmente la production de salive aux vertus antimicrobiennes et immunitaires. Elle a aussi un effet émollient sur la muqueuse pharyngée.
► Humidifier l'air de la chambre.
► Privilégier des aliments mous, plus facile à avaler en cas de gorge irritée.

Vilaine toux

Bien que fréquente, la toux est souvent passagère et bénigne chez l'enfant. Rappelons que le fait de tousser est un mécanisme réflexe de protection : quand les voies aériennes sont irritées ou obstruées, cette action a un rôle de nettoyage des voies respiratoires afin que la respiration se fasse normalement. Comme le mal de gorge, la toux peut avoir des origines multiples : infections des voies respiratoires, reflux, inhalation d'un corps étranger, asthme.
Chez le très jeune enfant (moins de 2 ans), une visite chez le médecin est recommandée afin d'établir un diagnostic précis. Chez les plus grands, il faut consulter au moindre signal alarmant (difficultés respiratoires, douleurs thoraciques, expectorations sanguinolentes) ou si la toux devient chronique (plus de trois ou quatre semaines).

⇒ Comment la soigner ?

Qui dit toux dit souvent sirop. Important cependant, avant de faire avaler ce dernier à votre enfant : distinguer une toux grasse d’une toux sèche. Alors que la première est productive car elle débarrasse les voies respiratoires des poussières et de l'hypersécrétion de mucus, la seconde ne l’est pas. En résumé : une toux grasse doit être respectée et même facilitée tandis qu’une toux sèche, qui est d’ailleurs très fatigante, peut être coupée.
Les sirops antitussifs ne seront donc utilisés qu'en cas de toux sèche. Attention, cependant, nombre d'entre eux ne peuvent pas être utilisés avant l'âge de 6 ans. Le sirop de glycérol sera le plus sûr et le plus utile. En cas de toux grasse, il faudra opter pour un sirop expectorant qui fluidifie les sécrétions et facilite leur expulsion.
Les mesures non médicamenteuses - les remèdes naturels - sont les mêmes que celles prises en cas de maux de gorge (voir ci-dessus). En effet, le mal de gorge et la toux sont souvent liés : soulager une gorge qui gratte a souvent pour conséquence de calmer la toux.

Nez qui coule

Le nez bouché est le premier symptôme (et parfois le seul) du rhume. Cette affection principalement virale est fréquente, surtout chez l'enfant qui en souffrira davantage que l’adulte, soit en moyenne trois à huit fois par an (voir encadré). La plupart du temps, le nez bouché n'a aucune conséquence sur la santé de l'enfant mais peut, par contre, être très dérangeant. Par contre, si un nez bouché s'accompagne de fièvre, d'éruption cutanée, de mauvais état général, de difficultés respiratoires… il est conseillé de consulter rapidement.
Première chose à faire en cas de nez bouché : laver les fosses nasales. Ce nettoyage participe à une bonne hygiène du nez et permet l'évacuation des mucosités et des impuretés.
De nombreux produits, disponibles en pharmacie, existent pour aider au lavage du nez :

► Le sérum physiologique en flapule : souvent utilisé chez le nourrisson, il peut aussi être utilisé à tout âge.
► Le spray d'eau salée, à choisir en fonction de l'âge de l'enfant : celui-ci doit être à faible pression pour les nourrissons et jeunes enfants.
► La douche nasale peut être préconisée à tout âge et pour toute la famille.

Le nettoyage des fosses nasales passe aussi par un mouchage efficace. Après l'utilisation de sérum physiologique ou d'un spray d'eau salée, il est important de bien se moucher afin d'évacuer les sécrétions. Avant 3 ans, il est généralement difficile pour un enfant de se moucher seul : un mouche-bébé peut alors être utile. Par après, si le mouchage s'avère encore compliqué, des petits jeux existent pour aider à expulser l'air par le nez. Par exemple, faire voler une plume ou faire de la buée sur les vitres à l'aide de l'air expulsé par le nez.

⇒ Comment le soigner ?

C'est seulement après le lavage et le mouchage du nez qu'on administrera éventuellement un spray nasal décongestionnant. Les principes actifs contenus dans ces sprays vont permettre à l'enfant de respirer correctement par le nez si celui-ci est encore bouché. Important : l’utilisation de ces sprays pour le nez doit rester ponctuelle et surveillée - soit deux à trois fois par jour, maximum cinq jours d'utilisation - pour éviter les effets d’accoutumance.

Charlotte Costenoble

La question

Pourquoi les enfants ont-ils (plus) souvent des rhumes ?

Le rhume est une affection fréquente, notamment durant la période hivernale. L'adulte en souffre, en moyenne, deux à trois fois annuellement. Tandis que l'affection se manifeste jusqu'à huit fois par an chez l'enfant. Pourquoi cette énorme différence ? C’est la faute à la trompe d'Eustache !
C’est grâce à ce fin canal reliant l'oreille moyenne au nasopharynx - la partie supérieure de la gorge - que l’oreille interne est aérée. La trompe d’Eustache a aussi pour rôle de maintenir constante la pression de l'air à l'intérieur et à l'extérieur de l'oreille moyenne. Or, les infections de la gorge et du nez peuvent envahir ce canal et atteindre l'oreille.
Chez le jeune enfant, la disposition horizontale plutôt qu'oblique de la trompe d'Eustache fait que le drainage est parfois insuffisant. Si votre enfant souffre régulièrement de rhumes, c'est donc normal car physiologique. Ce problème se résoudra avec le temps, en grandissant. Attention, cependant, si votre enfant développe des infections (sécrétions colorées pendant plus de 5 jours) ou des otites à répétition. Dans ce cas, parlez-en à votre pédiatre.

À savoir

Aïe, mon enfant mouche vert ?

Pas de panique : l'apparition d'un écoulement nasal épais, purulent, coloré et croûteux dans les narines de votre bambin n'est pas signe que son rhum s’aggrave et tourne mal. Bien au contraire : c’est même l'évolution normale d'un rhume, pour autant que cette phase ne dure que quelques jours. Contrairement à ce que l’on croit souvent, l’usage des antibiotiques (locaux ou oraux) n'est donc pas justifié dans ce cas.

Les parents en parlent...

Otites en cascade

«  À la crèche, puis en 1re et 2e maternelle, Anaïs a multiplié les rhumes, qui se terminaient systématiquement en otites. L’ORL a fini par nous proposer la pose de drains pour solutionner le problème. Nous avons hésité à cause de l’anesthésie générale, mais finalement ça a été une opération salutaire. Anaïs est encore enrhumée de temps à autre, mais elle n’a plus eu aucune otite depuis deux ans. »
Claudia, maman d’Anaïs, 6 ans et demi

Gloire au sérum phy !

Je ne jure que par le sérum physiologique pour mes petits, depuis toujours. Et pour les plus grands, après 6 ans, on passe au bête mélange eau et sel fait maison. Et chacun se sert d’une poire médicale pour faire le lavage.
Alina, maman de quatre enfants