6/8 ans

Comment venir à bout des poux ?

Dynamisés par les vacances scolaires, les poux sont de retour, prêts à se propager dans les crèches et les écoles. Heureusement des remèdes existent pour en venir à bout.

Comment venir à bout des poux ?

« Qu’on se le dise, les traitements préventifs n’existent pas ! ». Le chef du service dermatologie de l’hôpital Saint-Luc, Dominique Tennstedt, ne va pas par quatre chemins. Au moins les choses sont claires, vous voilà prévenus. Certes, les produits et autres shampooings pour éviter les poux font fureur en pharmacie, mais ils ne servent absolument à rien.
« C’est du vent », nous confirme-t-il. Autrement dit, tant que votre enfant ne se gratte pas de manière suspecte, hors de question de sortir l’artillerie lourde. Ce qui ne veut pas dire non plus qu’il n’y a pas quelques règles à respecter si vous voulez éviter que votre chérubin se transforme en « sac à puces ».

PRÉVENTION : DEUX OU TROIS CHOSES…
Premier point sensible, les vêtements et autres accessoires qu’on échange à la récréation ou au vestiaire :

  • on ne dépose pas les bonnets et les écharpes dans le même panier ;
  • on évite de superposer les manteaux au porte-manteau ;
  • on n’emprunte pas la brosse de sa copine après le cours de gym.

En cas de simple doute de présence de poux et donc de lentes :  

  • faites le grand nettoyage à la maison ;
  • les taies d’oreiller, les draps et les housses de fauteuils seront soigneusement brossées pour éliminer les cheveux potentiellement infectés, et passez tout à la machine, histoire de tuer les lentes qui seraient tombées.

En cas d’alerte, même la photo de classe est à éviter. L’équipe des enseignants sait bien qu’il est préférable d’éviter tout contact trop rapproché.
Mais ces premières mesures ne suffiront pas à éliminer l’ennemi. Il faut dire que le pou est un adversaire sournois, pratiquement invisible à l’œil nu. Résultat des courses, si votre enfant continue à se gratter derrière les oreilles et sur la nuque, et que vous observez des petits boutons sur le haut de son dos, c’est sans doute trop tard, alerte rouge ! Monsieur et madame pou ont pris leurs quartiers dans la chevelure soyeuse de votre angelot.
C’est donc maintenant qu’il faut sortir les grands moyens. Vous aurez tout de même pris la peine de confirmer vos craintes en regardant de plus près avec une loupe. Si les lentes sont à plus de deux centimètres du crâne et blanches, elles sont vides, l’ennemi a quitté son cocon. Si elles se trouvent à moins d’un centimètre du crâne et de couleur grisâtre, elles sont dites « pleines », autrement dit vivantes et donc à tuer.

TRAITEMENT : QUELLES ARMES ? 
Lorsque votre bambin se gratouille dans tous les sens, cela indique que madame pou pond. Et comme c’est une courageuse, elle peut pondre une centaine d’œufs (ou lentes) au cours de sa vie !
Tout d’abord, il faut savoir que le traitement se fait en deux étapes. Lorsque les fourbes sont démasqués, il est fort probable qu’ils aient déjà pondu pour assurer la relève (le pou vit en moyenne un mois). Il faudra donc commencer par tuer les premiers colonisateurs au moyen de produits, ou les détacher des cheveux mouillés au moyen d’un peigne.
Il faudra ensuite passer au deuxième round pour s’attaquer aux lentes (qui éclosent après sept à dix jours), en les mettant en contact avec des produits qui les tuent, ou alors en les détachant avec un peigne trempé dans du vinaigre. Vous l’aurez compris, mieux vaudra vous armer de patience.
Mais au-delà de la démarche fastidieuse qui vous attend, vous vous demandez peut-être si ces produits capables d’exterminer des minuscules bêtes n’abîmeront pas la peau fragile de votre petit monstre à vous ? Une crainte tout à fait légitime dans le cas du traitement aux insecticides (à base de pyréthrine et de malathion) qui sont largement utilisés pour leur efficacité prouvée.
Ils peuvent effectivement présenter des effets secondaires, tels qu’irritations cutanées, picotements et démangeaisons. Ils ne peuvent par ailleurs pas entrer en contact avec les yeux ni être avalés et, cerise sur le gâteau, ils sont inflammables. Mais « tous les enfants ne réagissent pas mal, rassure le docteur Tennstedt, je conseille d’ailleurs à mes patients d’utiliser un après-shampooing pour limiter les irritations éventuelles. »
Par contre, bonne nouvelle pour ceux qui rechignent à enduire la tête de leur adorable pouilleux de produits irritants, il existe des alternatives moins toxiques à base de silicone (diméticone), qui enveloppent le pou et qui l’étouffent. Et pour ceux qui refuseraient catégoriquement les traitements chimiques, il reste une dernière méthode largement utilisée : le peigne à poux sur cheveux mouillés.
Il faut tout de même savoir que cette méthode n’est pas aussi efficace que les insecticides ou la diméticone, qu’elle demande du temps et de la patience. Le mélange eau-vinaigre blanc (moitié-moitié) aidera par contre à détacher les lentes.
Si les symptômes persistent au bout de deux traitements, ou que des ganglions (petites boules) apparaissent dans la nuque, consultez un spécialiste.
Libre à vous d’alterner les différentes techniques, il est par contre déconseillé d’utiliser les produits qui combinent la pyréthrine et la malathion, parce qu’ils pourraient favoriser la résistance des poux aux deux produits. « Il y a quelques années, une seule application de ces substances suffisait pour venir à bout de pédiculose, explique le dermatologue, mais comme tout organisme vivant, le parasite s’est adapté. Aujourd’hui, une deuxième application est devenue incontournable. »

UNE MAYONNAISE FAITE MAISON

Pas envie de silicone ou de produits chimiques dans les cheveux de vos petiots? Il existe une solution naturelle que nous a soufflée une lectrice : utiliser de l'huile d'olive éventuellement mélangée à du vinaigre. "Il suffit de bien enduire les cheveux de l'enfants, de lui mettre un bonnet de natation, d'attendre une heure et tous les poux et lentes sont étouffés. Ensuite, on passe le peigne fin et on décolle, avec un peu de patience, les lentes collées à la base des cheveux avec les doigts. J'ai testé sur ma fille et ça a super bien marché, tout est parti en une fois, sans jamais revenir. Et l'huile d'olive, ça coûte quand même vachement moins cher que ces produits... en plus, ses les cheveux sont magnifiques après!", nous confie cette maman.

Julie Robin

POUR EN RIRE

DES LIVRES POUR SE CONSOLER…

  • Marcel a des poux, Christian Noyer, Actes Sud junior : porteur de poux, Marcel en parle à son amie et bientôt, toute l’école est au courant. Il se retrouve vite seul, isolé comme un pestiféré. Dès 6 ans.
  • Rendez-moi mes poux ! , Pef, Folio Benjamin : Mathieu décide de devenir l’ami des poux qu’il porte sur la tête, malgré le désaccord de ses parents. Dès 7 ans.
  • Beurk ! Des poux…, Aurélie Pollet, Éditions Blop : Pourquoi faudrait-il adhérer sans cesse à l'idée d'éradiquer les poux ? Ne peut-on essayer de le découvrir sous toutes ces coutures avant de vouloir en finir avec lui ?

EN SAVOIR +

L’opération Stop aux poux de Scoléo donne des conseils aux parents d’élèves :

Danse avec les poux pour tout savoir sur le traitement et sur le droit scolaire en la matière.

Sur le même sujet

Les porteurs de poux, ces mal-aimés à l'école

Malgré vos précautions et vos consignes, votre enfant n’a pas résisté à la tentation d’essayer le nouveau bonnet Spiderman de son copain de foot. Et le voilà qui se gratte frénétiquement. Catastrophé, vous vous imaginez déjà devoir prendre congé pour garder votre petit contagieux à la maison. Rassurez-vous…