Vie de parent

Confinement : 64 % des parents
pour un congé spécifique

Les parents réclament un congé spécifique, rémunéré, pour se consacrer à la garde de leurs enfants. C’est ce qui ressort d’une enquête menée par Ligue des familles auprès de centaines de familles. La situation est particulièrement critique chez les parents qui télétravaillent. Près de 80 % d’entre eux estiment qu’ils ne réussissent pas à bosser comme il le faudrait. Ce sont les plus nombreux à réclamer ce congé spécifique.

Confinement : 64 % des parents pour un congé spécifique

Nous vous avons déjà parlé de cette enquête réalisée par la Ligue des Familles censée cerner la façon dont les parents vivent le confinement. Près de 3 500 parents y ont participé répondant à des questions sur leur organisation, sur leur façon de concilier vie privée et boulot, sur leur sentiment face à cette mesure sans précédent.

Les résultats définitifs ont été livrés ce mardi. En consultant ceux-ci, on se rend vite compte que la situation des télétravailleurs forcés pose un gros problème. Le sentiment est là, ils n’ont pas l’impression d’être aussi efficaces qu’il le faudrait. Ils sont plus de 8 sur 10 dans ce cas. Parviennent-ils mieux à gérer leurs enfants ? Un peu. Mais ça reste tendu. Ils sont plus de la moitié à indiquer qu’ils ne réussissent pas s’en occuper de façon satisfaisante.

Aller simple vers le burn-out

La situation est donc préoccupante. Pas étonnant dès lors que 7 parents sur 10 qui travaillent à la maison réclament un congé spécifique pour sortir de cette double insatisfaction professionnelle et privée qui risque de les mener tout droit vers un burn-out. C’est un peu plus que pour l’ensemble des parents (64 %).

Ce congé est réclamé par la Ligue des familles depuis près de trois semaines et a fait l’objet d’une pétition qui a déjà recueilli plus de 10 000 signatures en moins de quatre jours. Ce congé exceptionnel permettrait aux parents de mieux prendre en charge leurs enfants, tout en préservant leur santé mentale.

Les parents en confinement sont souvent en situation de stress. Près de la moitié ressent le besoin de passer plus de temps seul. Plus préoccupant, 13 % souhaitent un soutien psychologique. Un pourcentage qui monte à 19 % pour les parents solo et 21 % pour les parents d’enfants en situation de handicap. La Ligue des familles y voit le « signe de l’importance de mettre en place des dispositifs de soutien aux familles, sous peine de devoir faire face, dans l’après-crise, à des burn-out et autres difficultés en puissance, bien plus néfastes pour la Sécurité sociale et notre économie qu’un congé spécifique de quelques semaines ».

T. D.

Sur le même sujet

Confinement et télétravail : épuisement en vue pour les parents de jeunes enfants

Avec les risques de prolongation de confinement, les parents qui se retrouvent dans l’impossibilité de télétravailler ou d’être mis en chômage pour force majeure s’interrogent sur la position délicate dans laquelle ils se trouvent. Ils nourrissent de grosses inquiétudes. Surtout ceux qui sont déjà dans des situations difficiles ou précarisées.

 

Confinement : les témoignages de parents «entre enfer et paradis»

Depuis le lancement de son enquête sur la façon dont les parents vivent le confinement, la Ligue des familles reçoit des centaines de réponses. Pour l’instant, pas de données objectives à partager. Ça, ce sera pour la semaine prochaine. En attendant, un constat : vous vivez très, très différemment ce confinement. Parfois les positions sont radicalement opposées. Voici le résumé des 2 000 premières réponses reçues.

 

Confinement : « Mais de quoi vous plaignez-vous ? »

Au départ, il y a ces réactions de pères et de mères à une enquête de la Ligue des familles. La confrontation à plus de 2 000 petites phrases déposées dans le cadre d’une question ouverte. Des mots pour exprimer leurs sentiments face au confinement. « Entre enfer et paradis » qui s’impose comme un titre explicite. Miroirs de perceptions radicalement différentes. Avec à la clé, un constat : inégalités et incompréhensions font trop bon ménage.

 

Confinement et congé spécifique des parents : une pétition est lancée

La Ligue des familles et le Gezinsbond passent la vitesse supérieure dans leur demande d’un congé spécifique pour les parents qui ne s'en sortent plus entre travail et garde des enfants pour cause de confinement. Les deux associations lancent une pétition.

 

Coup de pouce fédéral pour les familles monoparentales ? Trop « light » juge la Ligue des familles

Alors que Ligue des familles et Gezinsbond montraient hier toute leur déception face au gouvernement fédéral qui refusait de les entendre sur un congé « coronavirus » pour les parents. La ministre de l’Emploi semble désormais prête à faire un geste pour les familles monoparentales. Mais si la Ligue des familles se réjouit que les choses bougent, mais elle se veut critique par rapport au cadre de la mesure.

 

Congé parental spécial : cette fois, une avancée plus large

Depuis le mois de mars, la Ligue des familles revendiquait un congé spécial pour les parents afin de s’occuper de la garde de leurs enfants. Une pétition avait été lancée pour soutenir cette demande. Mardi, un premier pas a été fait par la ministre de l’Emploi, Nathalie Muylle, au profit des familles monoparentales. Une mesure qu’elle a décidé d’élargir à un éventail plus large de parents salariés.

 

Congé parental spécial : des précisions

On s’est penché sur l’extension de la mesure annoncée, hier, par la ministre de l’emploi, Nathalie Muylle. Cette mesure « Covid-19 » d’abord réservée aux familles monoparentales va donc s’élargir à toute une série d’autres parents. Mais elle reste restrictive, notamment parce qu’elle se base sur « le congé parental classique » qui exclut déjà beaucoup de parents. Explications.