Vie de parent

Confinement : éloge de la lecture
en ces temps bouleversés

Le confinement et la lecture font bon ménage. Cette dernière permet de s'évader par le pouvoir des mots, de stimuler la réflexion, d'aller au-delà du moment présent pour penser, déjà, le futur. Voilà un bel hommage à la lecture, complice bienvenue en ces moments de « chacun chez soi » forcé.

Une carte blanche de Colombine Depaire,
formatrice en littérature jeunesse et membre du comité de prospection du Prix Versele

Confinement : éloge de la lecture en ces temps bouleversés

« La vertu paradoxale de la lecture est de nous abstraire du monde pour lui trouver un sens ». Cette citation de Daniel Pennac dans Comme un roman témoigne de l’importance de la lecture pour prendre du recul sur la situation et mettre ses peurs à distance. Face aux bouleversements du monde et du rythme familial, le livre est rassurant, car l’écrit ne change jamais : c’est un objet concret et l’histoire qu’il contient est toujours la même. L’enfant jubile de la permanence des mots, très précieuse dans un temps marqué par la discontinuité (du rythme, du cours de la vie ordinaire qui s’est brutalement modifié...). Il anticipe les actions de la page suivante, là où, dans le réel, toute projection dans l’avenir est enrayée, sans certitude.

Lire, cette liberté à portée d'yeux

Histoires qui font rire ou qui font peur, tous les voyages littéraires sont permis ! Dans les albums réalistes, les enfants retrouvent un décor familier, y compris celui de l’école et de la ville. Autant de repères dont ils ont besoin en ce moment : la possibilité de retour à du connu (l’univers d’avant le confinement n’a pas disparu).

Avec des aventures imaginaires, ils trouveront la bouffée d’oxygène et d’évasion qui améliore le moral, qui donne du courage en éveillant des rêves et des projets. L’on peut aussi souhaiter un climat de mystère, de fantastique ou d’horreur : les monstres des pages, aussi effrayants qu’ils soient, restent confinés dans le livre, et pouvoir contrôler leur apparition/disparition en tournant la page, c’est un exutoire et c’est libérateur !

La lecture pour dépasser le sentiment d’impuissance

À ce titre, l’engouement des adolescents pour la dystopie est parlant. Ces histoires de fin du monde, marquées par des catastrophes naturelles et des privations de libertés, font particulièrement écho à l’actualité. Ne risquent-elles pas de conduire les jeunes à relativiser le réchauffement climatique et la pandémie due au Covid-19 ? On pourrait le craindre, mais, au contraire, si ces univers leur plaisent autant, c’est parce qu’ils permettent d’imaginer des issues possibles, des futurs potentiels et apportent des exemples d’initiatives responsables, solidaires et durables. Grâce au processus d’identification que permet la lecture, les jeunes héros et héroïnes qui sauvent le monde aident à tempérer, voire à dépasser, le sentiment d’impuissance induit par le virus, quand la seule chose à faire est de rester chez soi.

En famille, le livre peut aussi être un tremplin pour discuter ensemble de cette période étrange que l’on traverse. Les personnages aideront les plus jeunes à exprimer leurs propres émotions, à les reconnaître et à les nommer. L’adulte doit alors être à l’écoute des enfants pour apporter réconfort et dédramatiser la situation vécue en l’expliquant par des mots simples. D’ailleurs, la presse jeunesse est une ressource précieuse pour répondre aux questions des enfants, même lorsqu’ils n’osent pas les formuler à voix haute.

Un tremplin vers le jeu et l’apprentissage

Quel défi d’assurer la continuité pédagogique avec nos enfants, tout en télétravaillant… Les livres permettent d’aménager des temps de loisirs autonomes alliant plaisir et apprentissage. Albums, romans, documentaires, bandes dessinées… apportent tous des connaissances, en contribuant à l’acquisition du langage, à l’apprentissage de la lecture, ainsi qu’à la détente, essentielle pour le corps et l’esprit !

Les livres peuvent également inspirer des activités créatives : jouons à imaginer la suite d’une histoire ou une fin alternative, à dessiner un personnage ou le passage que l’on a préféré, et comparons nos réalisations en famille ! Le projet « Colorie c’est du belge » permet d’imprimer des coloriages gratuits réalisés par des illustrateurs célèbres. Certains auteurs et dessinateurs publient également des défis sur les réseaux sociaux. Pour partager ces jeux entre ami·e·s malgré la distance, réalisez aussi des bookfaces ou reproduisez dans votre salon le décor d’un livre en mimant ses personnages, le temps d’une photo ! Vos proches relèveront peut-être le défi, s’ils ne sont pas occupés à noter le titre du livre qui vous aura inspiré. Cette liste de souhaits sera précieuse dès que les librairies réouvriront, pour se faire plaisir en aidant ces commerces de proximité et bénéficier de leurs conseils avisés.

D’ici là, relisons nos livres favoris, explorons ceux que l’on a oubliés dans un coin, téléchargeons des livres numériques… Bibliothèques et éditeurs proposent aussi sur leurs sites et réseaux sociaux des histoires à lire ou à écouter, pour tous les âges et toutes les oreilles.

Colombine Depaire

Sur le même sujet

Une BD gratuite en ligne pour parler du coronavirus avec les enfants

Voilà qu’une BD sort sur le coronavirus. Déjà me direz-vous ? Oui, c’est que l’auteure de cet ouvrage se retrouve, confinée, comme beaucoup d’autres parents. C’est son fils de 3 ans et demi qui lui a inspiré La petite maladie. Elle a voulu faire œuvre utile. Dessiner un livre. Et puis le donner gratuitement à lire. On vous explique ici son cheminement et comment accéder à l’ouvrage.

 

Le virus de la lecture au secours des parents

Jamais nos enfants n’ont entendu autant les mots virus, microbes, épidémie, etc. Comment leur parler de maladies, d’hygiène et de santé de manière précise, en évitant de les effrayer ? Nous avons repéré pour vous quelques documentaires, albums et romans.

 

Cinq idées de jeux pour transformer la maison en monde imaginaire

Lorsqu’on reste enfermé chez soi, l’important c’est de préserver et d’entretenir son pouvoir d’imagination. C’est lui qui vous permet de vous évader, de traverser, tel un garou-garou virtuel, les murs qui vous entourent. Pour les enfants, c’est pareil. Et c’est là que vous avez un rôle à jouer. Bonne nouvelle. C’est fun et motivant !

 

« De ma chambre, je compte les ambulances »

Voilà un texte coup de poing, une rage exprimée en quelques mots contre le coronavirus, mais aussi contre l'insouciance. Ce texte est de Dominique Costermans, elle est malade du Covid-19. Elle a fait une rechute, elle qui avait rédigé une brochure de vulgarisation sur le virus destinée aux enfants dont on vous a déjà parlé ici. Voici l'expression d'une colère qui fait mouche.

Un texte de Dominique Costermans, écrivaine, auteure de nouvelles et de nombreuses publications didactiques, notamment sur la santé, destinées aux enfants et aux enseignants.

 

Confinement : « La solidarité entre parents, c'est essentiel »

Sandra Edinger est illustratrice. Elle vient de sortir, en version numérique, une BD consacrée à la crise du coronavirus et au confinement. Son travail, elle le donne à lire gratuitement. C’est son fils de 3 ans qui lui a inspiré son récit.