Vie de parent

Confinement : « Lorsque tout cela sera terminé, la santé mentale de votre enfant sera bien plus importante que son niveau scolaire »

C’est un texte qui va faire du bien aux parents qui s’inquiètent pour la scolarité de leur·s enfant·s. Il a été posté ce week-end par un directeur d’école dont le message se veut apaisant, plein de bon sens et, surtout, tourné vers le bien de l’enfant. Un message qui fait mouche. Sur la page Facebook de ce directeur bienveillant, ce texte s’est offert plus de mille partages et des centaines de likes. On voulait aussi vous en faire profiter.

Un texte de Christophe Lambert, directeur d'école « attentif au bien-être des parents et des élèves »

Confinement : « Lorsque tout cela sera terminé, la santé mentale de votre enfant sera bien plus importante que son niveau scolaire »

Chers parents, Chers élèves,

Avant tout, mes enseignant(e)s et moi-même espérons que vous allez tous bien ainsi que vos proches.

Je vois et j’entends nombre d’entre vous inquiets du retard scolaire que prendraient vos enfants suite à ce confinement… Ne vous inquiétez pas pour le retard scolaire, tous les enfants sont dans le même bateau et ils vont tous gérer ! Quand nous reviendrons en classe, nous nous adapterons à leur niveau ! Mes enseignant(e)s sont des experts en la matière !

Ce dont vos enfants n’ont pas besoin actuellement, c’est qu’on leur déverse de la matière dans leur cerveau, mais c’est bien plutôt de se sentir en sécurité et aimés par leurs proches.

Vos enfants ont tout aussi peur que vous en ce moment. Non seulement ils entendent tout ce qui se passe, mais ils ressentent également votre tension et votre peur constantes. Ils n'ont jamais rien vécu de tel. Oui, ils aiment l'idée de plusieurs semaines de congé et ils ont probablement l'idée que ce seront de très belles vacances, sans se rendre compte que la réalité est qu'ils sont coincés à la maison ou dans l’appartement sans voir leurs amis.

« Ayez l'idée que tout fonctionnera »

Avec la prolongation annoncée du confinement jusqu’au 19 avril 2020, vous pourriez voir apparaître de plus en plus de problèmes de comportement. Que ce soit la peur, la colère ou la protestation parce qu'ils ne peuvent rien faire de « normal ». Ils vont faire plus de crises, de crises de colère et de comportements contraires dans les semaines à venir. Ceci est normal et à prévoir dans ces circonstances. Ayez l'idée que tout fonctionnera. Cela peut signifier oublier votre emploi du temps parfait et permettre à vos enfants d'être un peu plus des enfants.

Si pendant cette période de confinement vous prenez du temps pour eux, vous verrez qu’ils ne prendront aucun retard !

Parlez-leur en leur donnant les mots de vocabulaire correct (exemple : un économe et non pas le « truc » qui sert à éplucher) ; un enfant qui a du vocabulaire est un futur adulte qui sera plus à même de se défendre dans la vie.

Parlez « correctement », dites-leur : il faut que tu fasses et NON pas que tu « fais » et vous verrez que le jour où ils découvriront le subjonctif, ils ne devront pas l’étudier car cela aura été utilisé à la maison.

« La cuisine est un lieu de découverte »

Cuisinez avec eux : éplucher, écosser, battre les œufs, pétrir… sont des activités qui développent leur motricité globale ainsi que fine (importante pour la tenue correcte du crayon).

Cuisez avec eux : ils découvriront que l’eau se transforme en vapeur, que l’eau au congélateur devient de la glace… ce sont des leçons de sciences… Pourquoi ne pas les vivre à la maison…

Réalisez des recettes avec eux : avoir une recette pour 4 personnes alors que vous êtes 6. Apprenez-leur alors à utiliser la règle de 3.

Bref, la cuisine est un lieu de découverte pour de nombreuses leçons (vocabulaire, lecture, sciences, mathématiques…).

« Effectuez en famille des recherches sur internet »

Faites-les participer aux tâches ménagères : balayer, faire la vaisselle, plier le linge, dresser ou débarrasser la table, faire leur lit… tout ceci développe leurs compétences motrices et affine leur organisation spatiale (notions importantes en mathématiques et en lecture).

Jouez à des jeux de société : c’est excellent pour la mémoire, le contrôle de soi, la coopération, le vocabulaire, les mathématiques… Il ne faut pas des jeux compliqués ; avec un jeu de cartes on peut déjà faire beaucoup ! Il existe aussi sur Internet de nombreux sites pour construire vos propres jeux avec du matériel se trouvant à la maison et… pourquoi ne pas construire votre propre jeu en famille ?

Pour celles et ceux qui ont une cour, un jardin, une terrasse… des tas d’observations peuvent s’y faire ! Vos enfants adorent les petites bêtes : vers de terre, mouches, araignées, abeilles… c’est l’occasion de les observer, de les dessiner et d’effectuer en famille des recherches sur Internet… puis d’apprendre le vocabulaire (ailes, pattes, abdomen…), leurs caractéristiques, leur évolution…

Pour celles et ceux qui ont des animaux de compagnie, c’est aussi l’occasion de s’intéresser à eux d’une manière plus scientifique…

« Ils ne se sentent pas prêts pour les mathématiques ou le français »

Racontez-leur des histoires, chantez-leur des comptines… Cela permet à vos enfants d’acquérir du vocabulaire, des structures de phrases.

Au niveau physique : dansez avec eux, jouez au professeur de gym avec eux, créez un « tour du monde » dans votre salon…

Mais de grâce, ne discutez pas avec eux, ne les obligez pas car ils ne se sentent pas prêts pour les mathématiques ou le français. Ne leur criez pas dessus s'ils ne respectent votre horaire idéal. En ce moment, ne les obligez pas à apprendre 2 heures s'ils ne le souhaitent pas.

« La santé de votre enfant sera bien plus importante que son niveau scolaire »

Si je peux vous dire une chose, c'est ceci : lorsque tout cela sera terminé, la santé mentale de votre enfant sera bien plus importante que son niveau scolaire. Qu'ils se sentent bien maintenant, car ils se souviendront longtemps de ce qu'ils ont fait exactement au cours de ces semaines. Gardez cela à l'esprit tous le jours !

En espérant vous avoir soulagés de vos diverses inquiétudes, je vous souhaite un bon confinement !

Prenez bien soin de vous et de vos proches !

Sur le même sujet

« De ma chambre, je compte les ambulances »

Voilà un texte coup de poing, une rage exprimée en quelques mots contre le coronavirus, mais aussi contre l'insouciance. Ce texte est de Dominique Costermans, elle est malade du Covid-19. Elle a fait une rechute, elle qui avait rédigé une brochure de vulgarisation sur le virus destinée aux enfants dont on vous a déjà parlé ici. Voici l'expression d'une colère qui fait mouche.

Un texte de Dominique Costermans, écrivaine, auteure de nouvelles et de nombreuses publications didactiques, notamment sur la santé, destinées aux enfants et aux enseignants.

 

Confinement : le travail scolaire source de conflit à la maison pour 3 parents sur 5

L’école stresse les parents en ces temps de confinement. Selon une étude de la FAPEO, la Fédération des associations de parents de l’enseignement officiel, près d’un parent sur trois s’inquiéterait de la réussite scolaire de ses enfants confinés. Et trois sur cinq jugent le travail scolaire à la maison source de conflit. Ce sont les premiers résultats d’une enquête lancée la semaine dernière à laquelle 4 500 personnes ont répondu en 4 jours.

 

Proposition des experts pour un retour à l’école : la Ligue des familles réagit

Ce matin, le rapport des experts mandatés par le Conseil national de sécurité pour fixer les contours du déconfinement en Belgique a fuité. Une date pour une reprise progressive des cours a été avancée. Ce serait le 18 mai. Une rentrée échelonnée. Pour certaines années d’abord, avec des mesures spécifiques. Le tout devant encore être précisé. Ce ne serait qu’un cadre. Mais la Ligue des familles a pris les devants et a déjà réagi.

 

Confinement : lettre d'une grand-mère à ses petits enfants

Mireille Pauluis est une psychologue que les lecteurs du Ligueur connaissent bien. Elle apporte souvent son éclairage sur les relations parents/enfants. Ici, c'est la grand-mère qui parle. Elle partage une lettre adressée à ses petits-enfants. Entre souvenirs familiaux et enseignements de confinement.

 

Témoignage d’un directeur : « Notre priorité, c’est le suivi des élèves en difficulté »

Alors que la reprise partielle des cours s’annonce pour le 18 mai, l’ambiance est plutôt lourde et contrastée. Certains établissements ont décidé de ne pas ouvrir. Des parents craignent pour la santé de leurs enfants. Des professeur·e·s s’interrogent sur la faisabilité et l’intérêt de cette reprise. C'est dans ce contexte que nous avons rencontré le directeur d’une école secondaire namuroise. Il prépare cette « drôle de rentrée », mais, surtout, entend poser les fondations de demain.