Vie de parent

Confinement prolongé jusqu’au 3 mai, le CEB passe donc à la trappe

Ce n’est pas une surprise, la Première ministre Sophie Wilmès a annoncé ce mercredi que les mesures de confinement étaient prolongées jusqu’au 3 mai. Il y a quelques aménagements, mais les règles de base restent de mise. Pour un retour à la normale, il faudra patienter. En attendant, les épreuves certificatives (CEB, CESS) passent logiquement à la trappe.

Confinement prolongé jusqu’au 3 mai, le CEB passe donc à la trappe

Le rendez-vous était planifié et attendu. Chaque point du Conseil national de sécurité revêt un côté très officiel et protocolaire, un marqueur dans la crise sanitaire traversée. Ce mercredi soir, la nouvelle date butoir s’est posée au 3 mai. Jusqu’à cette date, le confinement sera maintenu, quoiqu’il en soit. Quelques petits aménagements toutefois.

Les magasins de bricolage et de jardinage pourront désormais ouvrir leurs portes comme c’était déjà pour le cas des magasins d’alimentation. Les règles sanitaires y seront identiques. Jauge limitée. Respect des distances. Etc. Hier aussi, Sophie Wilmès a précisé qu’il n’était « pas interdit d’ouvrir les parcs à conteneurs ».

Le ton reste néanmoins  ferme. Il y a des règles, elles doivent être connues et respectées sous peine de verbalisation.

Un peu moins de solitude pour certains

Au niveau des relations sociales et familiales, une mesure importante. Pour atténuer la solitude des personnes dans les maisons de repos, les visites seront désormais permises, dès lundi, mais dans un cadre très précis. Le visiteur sera toujours la même personne, identifiée comme non porteuse du virus. La règle s’appliquera aussi pour les visites de personnes isolées ou handicapées.

Sur la suite, question date, Sophie Wilmès reste vague au-delà de la prochaine réunion du Conseil national de sécurité, qui se déroulera la semaine prochaine. Lors de cette réunion, sera abordée la façon d’organiser le déconfinement dans ses moindres détails. Une échéance précise a toutefois déjà été communiquée, il n’y aura aucune festivité de masse (genre festival musical) autorisée avant la fin du mois d’août.

Notons que le prolongement du confinement au 3 mai à une conséquence pour l'organisation de la fin de l'année dans le primaire et le secondaire. Selon les scénarios exposés par la Fédération Wallonie-Bruxelles la semaine dernière, ce prolongement induit que toutes les épreuves certificatives (CEB, CESS...) sont annulées. Les conseils de classe seront chargés d’évaluer la réussite des élèves. Cela se fera sur base du travail régulier. 

Les masques de plus en plus « conseillés »

Sophie Wilmès a évoqué le rôle du masque en tissu qui pourrait être important dans la gestion du déconfinement. Son utilisation sera « conseillée », à un point tel qu’il s’agira de s’organiser pour en produire en suffisance.

Pour exposer cela, la Première se basait sur un rapport finalisé par des institutions de santé comme le Conseil supérieur de la santé, Sciensano, l’Agence fédérale des médicaments et des produits de santé, le SPF Santé publique ou encore les organisations germanophone et flamande de la santé. Ce rapport avait été éventé un peu plus tôt dans la journée par la RTBF.

Dans ce rapport, un point concernerait les enfants. Les masques ne seraient pas recommandés pour les bambins dans les crèches et les élèves dans les écoles primaires. Pour le reste, le texte présenterait les masques comme un moyen ad hoc pour prévenir, dans certains cas, la transmission du virus. Un masque qui n'est efficace qu'à partir du moment où il est utilisé convenablement et assorti des règles d'hygiène de base

Thierry Dupièreux

Sur le même sujet

Fin d’année dans le primaire et le secondaire ? Trois scénarios sur la table

Les ministres de la Fédération Wallonie-Bruxelles étaient réunis ce mardi. Au cœur des discussions, la gestion de la fin de l’année scolaire. Les épreuves certificatives du primaire et du secondaire sont en sursis.

 

Enseignement supérieur : des prolongations possibles jusqu’au 10 juillet ?

Ce mardi, la ministre de l’Éducation, Valérie Glatigny, va déposer une note au gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Il y sera question de pistes pour l’aménagement de la fin de l’année dans l’enseignement supérieur. Parmi les propositions, la latitude donnée aux établissements de faire les prolongations jusqu’au 10 juillet.

 

Campus fermés jusqu'à la fin juin : ce que disent les recteurs

Voilà une info qui va chambouler l’organisation de fin d’année de nombreux étudiants. Les universités francophones ont décidé de rester « virtuelles » jusqu’à la fin de l’année. De l’autre côté de la frontière linguistique, la même mesure a été prise.

 

Est-ce que l'école est prête à redémarrer ?

Syndicats, parents et professeurs font entendre leurs voix : hors de question de remettre les enfants sur le sentier de l'école telle qu'on l'a quitté le 13 mars. Les parents ne sont pas rassurés pour leurs enfants. Les profs ne veulent pas assumer une décision inconséquente. Alors que le Conseil national de sécurité vient annonçer qu'il allait plancher sur la planification d'un futur déconfinement, il y a comme un petit parfum de sédition autour de cette hypothétique rentrée qui pourrait aussi concerner l'école.

 

Déconfinement : vendredi, il s’agira d’être clair

C’est le mot du moment. Déconfinement. Alors qu’il devrait être synonyme de libération pure, il inspire inquiétudes et questionnements. Notamment au niveau des parents. Comment ce déconfinement va-t-il s’opérer ? Quel va être son impact sur la vie des familles ? Quid des écoles, de la crèche ? Questions sans réponses. Tourments sans apaisements. Raison de plus pour garder son esprit critique et faire entendre sa voix.