Vie de parent

Confinement : quatre outils sur le web pour aider les parents

Dans ce confinement qui s’incruste, il est bon d’avoir des outils d’information sous la main (outre le Ligueur, bien sûr) pour répondre à des questions et besoins immédiats. Nous avons isolé quatre initiatives qui couvrent l’éventail de votre vie de parents confinés. Quatre liens à mettre dans les favoris de votre moteur de recherche…

Confinement : quatre outils sur le web pour aider les parents

C’est vrai qu’il est bon, de temps en temps, d’avoir des « bonnes adresses » en ces temps de crise. Des sites de références qui apportent solutions et réponses concoctées par des professionnel·le·s, des acteurs de terrain… Du sérieux, donc, mais qui reste aussi accessible et connecté aux réalités des familles. Objectif de la sélection ? Vous aider dans les défis psychologiques, vous donner un coup de pouce pour expliquer le coronavirus, vous partager des idées pour occuper les enfants et, enfin, vous informer sur les dernières mesures de confinement prises au niveau du gouvernement fédéral.

► Pour la gestion du quotidien

On vous a déjà parlé de la ligne SOS Parents lancée par Isabelle Roskam et Moïra Mikolajczak, toutes deux spécialistes du burn-out parental à l'UCLouvain. En guise de complément, l’institut de recherche en sciences psychologiques de la même université a sorti toute une panoplie de fiches de soutien aux parents en cette période de confinement. Tout est regroupé par thème de façon claire et permet d’aborder des sujets aussi d’actualité que « la gestion du stress et de la colère », « la question de l’ennui et de la gestion de l’espace », « l’organisation pendant le confinement ».

► Pour répondre aux questions sur la maladie

Deux fascicules ont été édités par les hôpitaux de la Province de Liège pour expliquer le coronavirus aux enfants. Il existait une version pour les petits avec l’ours Hospi, dont on vous a déjà parlé. Voilà que sort aussi une version pour les ados toujours rédigée par l’écrivaine Dominique Costermans qui elle-même a été touchée par le virus et a rédigé un texte brut de décoffrage pour convaincre les récalcitrants de rester chez eux.
Ici, une nouvelle fois, avec la complicité de la graphiste du CHU de Liège, cette brochure « en accordéon » répond aux questions que se posent des enfants de 12 à 17 ans sur le coronavirus. On vous explique la façon dont cela a été concocté un peu plus bas.

► Pour avoir des idées d’activités

Depuis le début du confinement, les sites ou pages Facebook qui proposent des activités pour les enfants ont fleuri comme les primevères en ce début de printemps. On relèvera l’initiative de la Fédération nationale des patros qui donne accès à ses fiches d’activités très prisées par les animateurs du mouvement. Les explications sont claires et les animations ont pu être testées avec succès sur le terrain. Pour l’occasion, le dossier a été enrichi de nouvelles fiches. Il propose des activités tant à l’intérieur qu’à l’extérieur (pour ceux qui ont la chance de disposer d’un jardin).

► Pour bien être au courant des mesures de confinement

Important pour votre vie de parent : connaître les mesures qui sont prises par le Conseil national de sécurité. L’adresse de référence reste info-coronavirus.be qui dispose d’une page spéciale consacrée aux questions les plus fréquemment posées (FAQ). Le document va parfois très loin dans le détail. Même la question « La location de château gonflable est-elle possible ? » est posée. La réponse est lapidaire : « Non ».
Plus sérieusement, l’avantage de cette liste c’est qu’elle est actualisée et définit clairement ce qui est autorisé ou pas. Ainsi on peut lire, par exemple, concernant les déplacements, que ceux « en voiture en vue de s’aérer sont autorisés pour les familles avec enfant jusqu’à 5 ans compris ». Autant le savoir.

Thierry Dupièreux

Zoom

Dominique Costermans a donc rédigé un fascicule d’information sur le coronavirus destiné aux ados. Qu’a-t-il de spécifique ? Comment a-t-il été imaginé ? On a posé la question à l’auteur.

« J’ai travaillé directement avec les ados. Je leur ai posé deux interrogations : « Quelles sont les questions que vous vous posez au sujet du Covid ? », « Que pensez-vous qu'un dépliant sur le sujet devrait expliquer aux enfants/ados de votre âge ? ».

Du coup, la moisson de questions des ados oriente le discours, dans le contenu, dans le choix des mots et aussi, ce qui est très intéressant, cela permet de se connecter à leur vision du Covid, d'identifier leurs positions, leurs attitudes par rapport à ça ? Les enfants ont besoin d'être rassurés. Quand ils se rendent compte que nous, les adultes, les parents, on n'a jamais vécu ça non plus, qu'on n'a pas le mode d'emploi, ça rajoute à leur inquiétude. Mais on peut laisser venir cette inquiétude-là, la laisser s'exprimer, s'y associer : c'est déjà une réponse.

Les ados ont (comme les enfants) des demandes 'scientifiques' et deux autres types de questions. Une question relevant de la vie relationnelle et affective (voir mes ami·e·s) et des questions très concrètes sur l'école, les vacances, les voyages, les festivals... des frustrations. Là aussi, il faut dire que l'on n'a pas de réponse, mais que les inquiétudes et les frustrations sont bien légitimes. Et en fait, ça, c'est une réponse en soit.

Sur la forme, les personnages et le graphisme sont différents. Pour les enfants, on a repris un nounours qui avait déjà été utilisé dans l'Hôpital expliqué aux enfants, Hospi. C'est un médiateur rassurant, complice. Pour les ados, c'était un peu compliqué. Le discours d'autorité ne marche pas, les discours infantilisants ou moralisateurs non plus. Les conseils doivent être portés par des pairs, ce qu'a bien compris le CHU en demandant des capsules vidéo à Roméo Elvis et à Axel Witsel. Ce sont des vedettes, mais ce sont des potes. J'ai imaginé de faire porter les conseils par deux jeunes soignants, à peine plus âgés que le public, qui disposeraient d'une autorité scientifique, mais ne se positionneraient pas en surplomb de mon public. Beatrice Duculot, la graphiste, a mis cela en images d'une façon épatante.

Pour les deux dépliants, j'ai travaillé non seulement avec des enfants et des jeunes, mais avec les psys du CHU de liège et le service de pédopsychiatrie qui ont validé le concept, les textes et la forme. »

Sur le même sujet

5 initiatives qui pourraient rendre le confinement plus agréable

On ne peut que saluer la façon dont certain·e·s se servent de la force du web comme fenêtre sur le monde. De cette première semaine de confinement, voici les très bonnes initatives que l'on retient, à partager sans modération avec vos enfants.

 

15 idées pour faire travailler les enfants pendant le confinement

Et alors, comment faire le pont entre l'école et la maison ? Nous avons demandé aux profs de nous dresser une liste des références gratuites de soutien scolaire dignes de leur confiance. Voici cette liste non exhaustive et quelques trucs, histoire de maintenir la flamme. Pas la flemme...

 

Confinement : trois façons de transformer sa fenêtre en moyen d’évasion

C’est en sortant pour « une promenade de confiné » qu’est venue l’idée de cet article. Aux fenêtres d’une maison, les œuvres d’enfants forcés de rester à la maison. Une espèce de galerie d’art improvisée livrée au regard des passants. Ces fenêtres, uniques ouvertures physiques vers le monde extérieur, pourraient-elles dépasser leur simple mission de transparence et doper la créativité ? La réponse est oui.

 

Coronavirus : dix conseils pour éviter le burn out des parents

Être parent en plein confinement peut être source de stress. Boulot en télétravail, garde des enfants… Quelle charge ! Face à cela, il y a quelques conseils tout simples qui permettent de rester plus serein et confiant. Deux chercheuses de l’UCL ont isolé 10 astuces pour éviter le fameux « burn out parental ».

 

Coude à coude : 8 initiatives solidaires

Elles bourgeonnent partout comme il se doit en ce début de printemps. Les initiatives positives et solidaires pour aider chacun à mieux vivre le confinement sont nombreuses et belles. Elles se construisent dans l’urgence. Pleines d’énergie stimulante, elles tentent de contrer solitude et tristesse. Elles créent du lien et donnent du sens. En voici quelques-unes, épinglées par les membres de la rédaction.  

 

Idées d'activités : la nature lance des défis confinés

En ces temps de confinement, pourquoi ne pas observer la nature ? Cette question, elle est posée par Natagora. L’association va, évidemment, au-delà du simple questionnement et invite les familles à découvrir la biodiversité à la maison. Pas de jardin ? Pas de problèmes, une fenêtre, un balcon, une connexion internet suffisent.

 

Covid for Kids : Un nouvel outil pour expliquer le Covid aux enfants

À l’approche de la rentrée scolaire, il n’est sans doute pas superflu de se repencher sur ce qu’est réellement le Covid-19. Entre fake news et approximations diverses, il n’est pas toujours facile d’expliquer aux enfants ce qu’est, réellement, le coronavirus. Un projet éducatif vient d’être lancé par un groupe de jeunes pédiatres de l’ULB et les pédiatres infectiologues de l’HUDERF, l’Hôpital Universitaire des Enfants Reine Fabiola. Son nom ? Covid For Kids !