Vie de parent

Congé parental : en hausse, la part du père

Changement de mentalités, mutations sociétales et cadre légal en évolution : en 14 ans, 14 fois plus de pères ont réduit leur temps de travail pour se consacrer à leurs enfants. À encourager !

Congé parental : en hausse, la part du père

Le congé parental  offre la possibilité à chaque parent de s’occuper davantage de son ou ses enfants tout en conservant son emploi. Selon le nouveau coup de projecteur de l'ONEM sur la question, les papas sont de plus en plus nombreux à y adhérer, la part des pères passant à 31 % en 2017.
En toile de fond, une société qui change, des valeurs qui évoluent. Pas question pour les jeunes parents d'aujourd’hui d’axer leur vie autour du seul travail : les papas entendent participer à l’éducation de leurs enfants, mieux se consacrer à leur famille. Papy et Mamy ne sont plus aussi disponibles qu’avant, ils travaillent plus longtemps, l’âge de la retraite a reculé, eux aussi sont plus sollicités par toutes sortes d’activités. La structure des familles se modifie : familles recomposées, parents solos, gardes alternées, les papas doivent dégager plus de temps pour leurs enfants. Enfin, le cadre légal est devenu plus flexible : il est possible de réduire le temps de travail d’un cinquième, formule favorite des pères, qui trouvent plus simple de s’organiser en s’absentant une journée par semaine.

Encore du chemin

Mais tout n’est pas gagné, nuance Delphine Chabbert, secrétaire politique de la Ligue des familles. C’est très positif, même si ce n’est pas une révolution, plutôt une tendance qui se confirme : « L’augmentation est régulière, mais elle s’étale tout de même sur quinze années. Il y a de quoi se réjouir, car cette tendance témoigne d’un meilleur ancrage, d’une plus grande ‘envie de famille’, les hommes revendiquent de passer plus de temps avec leurs enfants en bas âge, ce qui illustre une évolution certaine ».
Oser le congé parental, c’est également mettre en pratique la soif d’un meilleur équilibre entre la vie de famille, la vie professionnelle et soi en tant que citoyen, « C’est se permettre de participer à plusieurs sphères à la fois. Les hommes existaient traditionnellement par le travail. Aujourd’hui, la reconnaissance est plus large ».
Si l’on se félicite de cette hausse constante, le congé parental concerne toujours plus les mères, et certaines statistiques indiquent qu’il reste du chemin à parcourir : « En effet, les recherches du SPF sur l’emploi et ses répercussions dans la famille  indiquent que depuis vingt ans, rien n’a changé du côté des tâches ménagères. Les femmes continuent à en supporter presque exclusivement le poids, c’est la fameuse charge mentale », souligne Delphine Chabbert.
Et parfois, le choix est contraint, le manque de places en crèches ou la flexibilité accrue du travail peuvent pousser les pères à transformer le congé parental en « congé tampon », le temps de trouver une solution. L’indemnisation étant faible, il en résulte une diminution des revenus.
Ces quelques bémols considérés, vous persistez, et c’est bien ! Prêts à sauter le pas ? Renseignez-vous…

Aya Kasasa et Yves-Marie Vilain-Lepage

En pratique

Le congé parental est spécifiquement destiné à la conciliation des vies professionnelle et familiale. En effet, alors que les congés de maternité et de paternité sont destinés à la période qui entoure la naissance de l’enfant, le congé parental peut-être pris jusqu’aux 12 ans de l’enfant et ce, de manière fractionnée.
Il est également important de rappeler que chaque parent a droit individuellement au congé parental. Libre au père comme à la mère de prendre, par exemple, une partie du congé immédiatement après la naissance de l’enfant et une autre lors de l’entrée à l’école maternelle.
De plus, ce congé peut être pris sous la forme d’une interruption à temps plein, à mi-temps ou d’une réduction de 1/5e temps de l’activité professionnelle.
Depuis 2012, le congé parental est de 4 mois pour une interruption « à temps plein », fractionnable en mois ; de 8 mois à mi-temps, fractionnables en périodes de 2 mois ; de 20 mois à 4/5e temps, fractionnables en périodes de 5 mois.

EN SAVOIR +

Conditions, modalités, législation : tout sur le congé parental sur le site de l’ONEM.

Sur le même sujet

En père et contre tous


Une pression sur les papas ? Impliqués, actifs, parfois à la barre du navire famille, ils s’évertuent à occuper une place jusque-là laissée vacante par les générations précédentes. Sans verser dans des thèses masculinistes, ce rôle est-il facile à prendre ? Quid du regard des pairs ? Le combat est-il gagné dans tous les milieux sociaux ? On en discute avec Brian, papa de deux petits garçons, et Bernard Fusulier, sociologue à UCLouvain et au FNRS.