Vie de parent

Congé parental spécial :
cette fois, une avancée plus large

Depuis le mois de mars, la Ligue des familles revendiquait un congé spécial pour les parents afin de s’occuper de la garde de leurs enfants. Une pétition avait été lancée pour soutenir cette demande. Mardi, un premier pas a été fait par la ministre de l’Emploi, Nathalie Muylle, au profit des familles monoparentales. Une mesure qu’elle a décidé d’élargir à un éventail plus large de parents salariés.

Congé parental spécial : cette fois, une avancée plus large

C’est dans le cadre d’une réponse à une députée que Nathalie Muylle a apporté cette (importante) précision, ce jeudi. La mesure annoncée mardi qui n’était valable que pour les parents « solo » sera aussi valable pour toute une série d'autres parents salariés. « Bonne nouvelle », estime la Ligue des familles qui reste néanmoins un peu sur sa faim.

L’organisation familiale tique toujours sur le montant alloué pour la rémunération du congé. Celle-ci se monte à 765 € par mois. Sans majoration, la Ligue des familles doute que ce soit une véritable solution pour toutes les familles. On soulignera aussi, au-delà, de la perte de revenus assez sèche, que l'attribution reste néanmoins assez restrictive. Tout le monde, loin de là, n'y a pas accès.

Concrètement, c’est quoi ce congé ?  Il s’agit d’un congé parental classique, à 1/5e temps ou à ½ temps (donc pas à temps plein). Ce qui fait la différence, c’est que les parents qui choisissent cette option conservent leur droit au congé parental normal. Pour rappel, celui-ci est de quatre mois à temps plein à prendre jusqu’aux 12 ans de l’enfant.

Une mesure encore à améliorer ?

Dans son communiqué, la Ligue des familles rappelle qu’elle plaide pour ce congé depuis le tout début de la crise. Pour les parents qui téletravaillent avec enfants en bas âge, mais aussi pour ceux qui bossent à l’extérieur et qui n’ont pas de solution de garde. Une pétition a recueilli plus de 18 000 signatures pour appuyer cette demande.

Christophe Cocu, le directeur général de la Ligue des familles, se réjouit dans le message envoyé à la presse : « Grâce à la mobilisation de la Ligue des familles, chaque jour apporte sa petite avancée. Les nouvelles modalités du congé parental bénéficieront désormais à tous les parents et c’est une bonne chose. Mais il reste un élément central : la rémunération ! Le congé parental est rémunéré 765 € par mois, c’est beaucoup trop faible : de nombreuses familles ne peuvent pas se permettre de le prendre. Il est encore indispensable de revoir cet aspect de la mesure ».

Les contours de cette mesure ne sont pas encore très clairs. Nous attendons des précisions du cabinet de la ministre de l'Emploi. Il n'y a pas encore de date officielle pour mise en oeuvre. Pour l'introduction de la demande, cela devrait sans doute se faire via l'Onem comme le congé parental classique

T. D.

Sur le même sujet

Confinement : 64 % des parents pour un congé spécifique

Les parents réclament un congé spécifique, rémunéré, pour se consacrer à la garde de leurs enfants. C’est ce qui ressort d’une enquête menée par Ligue des familles auprès de centaines de familles. La situation est particulièrement critique chez les parents qui télétravaillent. Près de 80 % d’entre eux estiment qu’ils ne réussissent pas à bosser comme il le faudrait. Ce sont les plus nombreux à réclamer ce congé spécifique.

 

Confinement et congé spécifique des parents : une pétition est lancée

La Ligue des familles et le Gezinsbond passent la vitesse supérieure dans leur demande d’un congé spécifique pour les parents qui ne s'en sortent plus entre travail et garde des enfants pour cause de confinement. Les deux associations lancent une pétition.

 

Confinement et congé spécifique pour les parents : pétition cherche signataires

Un congé spécifique pour les parents par temps de confinement ? Les choses frémissent. La pétition de la Ligue des familles n’attend plus qu’un peu plus de 3 000 signatures pour remplir son objectif. Et une partie du monde politique semble de plus en plus réceptif à la chose. Le sujet devrait être sur la table ce week-end.

 

« On vit entre le noir et le blanc. Sans les enfants, il manque la couleur »

C’est en signant la pétition pour un congé spécifique de la Ligue des familles que Stéphane a découvert les témoignages de parents en période de confinement. Il ne se retrouve dans aucun d’eux. Avec sa femme, ils ont choisi de se séparer de leurs enfants pour continuer à travailler, lui dans l’agro-alimentaire, elle en tant qu’infirmière.