Vie de parent

Coronavirus : ces initiatives
qui donnent la banane

Certaines voix s’élèvent pour critiquer les médias qui en feraient trop autour du coronavirus. Ils nourriraient l’angoisse, sèmeraient un négativisme plombant. Bon, en même temps, l’actu est ce qu’elle est. De plus, en lisant les quotidiens de ce week-end, il y a des raisons d’espérer. Notamment dans la nature humaine. Et les familles y trouvent leur compte.

Coronavirus : ces initiatives qui donnent la banane

C’est un exercice qui se transforme en bouffée d'oxygène : plonger dans la presse du jour pour y dégoter ces petites nouvelles qui vous donnent du baume au cœur en ces temps de confinement. Bonne surprise, ces infos-là, elles sont nombreuses et variées. À coté des bilans qui s’alourdissent et des mesures de sécurité qui se renforcent, elles viennent offrir un peu d’air. Il est question de solidarité, d’inventivité, de créativité. Allez, hop, petit tour du propriétaire. Good news, les familles ne sont pas oubliées.

L’Avenir

Dans L’avenir, on épingle une initiative locale à Auvelais. Un comité de quartier (celui des Ternes) a décidé d’organiser des courses solidaires. Les membres du comité vont faire les commissions des personnes âgées ou plus fragilisées. La page Facebook du comité sert de plateforme d’échanges, d’offres de service.

À l’UCLouvain, les étudiants précarisés qui ont perdu leur job (nécessaire pour financer le suivi de leurs études) vont recevoir un revenu de remplacement. C’est l’extension d’une aide financière qui existait déjà pour les étudiants fragilisés. Lorsque que ceux-ci ne peuvent plus assumer leur job parce qu’ils sont malades, par exemple, ils reçoivent une compensation. La perte d’un emploi étudiant pour cause de coronavirus rentrera désormais dans le périmètre des interventions. 

Le Soir

Restons dans les unifs avec une plateforme collaborative lancée par l’ULB. Celle-ci s’appelle E.COL.E (pour expérience collective pour l’enseignement). La plateforme est ouverte à tous (enfants, élèves, parents et enseignants). On y trouve des activités pour apprendre les maths, les sciences, l’informatique et même se renseigner sur le coronavirus. Tout cela de 3 à 18 ans.

Pour ceux qui ont des problèmes de vélo, bonne nouvelle. Les services de dépannage et les réparations urgentes figurent dans la liste des services nécessaires établie par le gouvernement fédéral. Normal quand on sait que le vélo est utilisé par les services de livraison et… les médecins.

La Dernière Heure

Petit coup de projecteur sur l’horeca avec le « café solidaire ». Le principe de cafesolidarite.be est ainsi expliqué dans la DH. Vous sélectionnez le nombre de bières que vous souhaitez payer à l’avance. Une fois le paiement confirmé, le montant est transféré au propriétaire du café choisi. Cela permet aux propriétaires de recevoir des moyens supplémentaires pour traverser une passe difficile.

Toujours dans la DH, Béatrice et Flavio sont mis à l’honneur. Leurs âges ? 70 et 76 ans. À la retraite, ils ont décidé de fabriquer des masques en tissu pour participer aux « grands mouvements de solidarité ».  Une façon solidaire, peut-être, de tromper l’absence de leurs petits-enfants qui leur manquent beaucoup.

L’Echo

Le journal L’Echo témoigne, de son côté, de la solidarité du monde économique. Épinglées, notamment, les deux entreprises pharmaceutiques Teva et Sanofi qui vont offrir une molécule potentiellement efficace contre le coronavirus à des hôpitaux. Beau geste, même si l’efficacité de la dite molécule divise encore les experts.

Intéressante, cette initiative autour des start-up belges. Ces entreprises innovantes offrent leurs services et des solutions gratuites pour aider ceux qui en ont le plus besoin. Les familles sont notamment concernées. Le tout est coordonné par Startup Vie, un média dédié à l’actualité des start-up. L’initiateur du projet espère rallier une centaine d’entreprises dans les plus brefs délais.

La Libre

Comme beaucoup de journaux, le quotidien liste les mesures d’urgence prises ces derniers jours. On épinglera celle-ci. Les jours de chômage temporaire pour force majeure allant du 2 février au 30 juin 2020 seront pris en compte pour le calcul des vacances annuelles. Toujours bon à savoir.

Du côté de la Poste on se félicite d’une opération lancée jeudi. Elle permet via l’application cartes postales d’envoyer une carte à ses proches durant la pandémie de coronavirus. En un jour, la poste a recensé 11 000 envois. Il est possible d'envoyer jusqu'à dix cartes gratuitement via le code promo 'LOVEYOU'. Le mot d’ordre « Pensez aux autres » n’est pas tombé dans l’oreille d’un sourd.

Sud Presse

Touring a décidé de dépanner gratuitement tout le personnel qui se rend sur son lieu de travail. Policiers, pompiers, militaires « qui oeuvrent également contre l’épidémie seront également assistés sans frais ». La mesure court jusqu’au 5 avril.

Enfin, Sud Presse fait lui aussi un tour de « ces bonnes nouvelles qui nous amènent de l’espoir ! » Parmi celles-ci, il y en a une assez cocasse. En Pologne, un produit pas comme les autres va être remis gratuitement aux services qui désinfectent bâtiments, locaux et autres moyens de transport. Il s’agit de vodka de contrebande et d’alcool pur produits illégalement. Il est quand même question d’un demi-million de litres. Santé ?

Voilà un petit tour non exhaustif « d’espaces bleus entre les nuages ». Des infos positives qui sentent bon la prise conscience citoyenne, l’esprit d’initiative et la débrouille solidaire.

Thierry Dupièreux

Sur le même sujet

Coronavirus : comment le Ligueur s’organise pour vous informer

Pour continuer à informer les parents, le Ligueur a adapté son mode de fonctionnement depuis le week-end dernier. L’organisation a été chamboulée pour répondre aux impératifs de la crise sanitaire, mais surtout aux besoins des parents. Voici l’envers du décor.

 

Coronavirus : des livres jeunesse en coups de pouce

Face à cette crise inhabituelle, les parents peuvent se sentir démunis pour aborder la question de l’hygiène et trouver les bons mots avec leur enfant. Voici, par tranches d’âge, quelques titres d’albums jeunesse sympas et de livres pour vous aider et aussi dédramatiser, tout en étant précis…

 

Papa et acteur, il sort une vidéo pour sensibiliser au confinement

Il s’appelle Vincent Pagé. Il est facteur et comédien. Ce week-end, il a publié une vidéo pour sensibiliser les citoyen·ne·s à respecter les mesures de confinement. Un petit message tout simple, calqué sur la mélodie des Restos du cœur. On l’a contacté chez lui, où il vit avec ses trois enfants.

 

Et si la formule du confinement aboutissait à E=mc² ?

On s'en souviendra... les beaux jours reviennent, après des semaines de pluie et de vents violents, et nous voilà confinés ! Il faut maintenant réapprendre à vivre tous ensemble tous les jours, toute la journée, dans l'espace familial qui n'est pas prévu pour une occupation à temps plein.

Carte blanche de Mireille Pauluis, psychologue

 

Cinq idées de jeux pour transformer la maison en monde imaginaire

Lorsqu’on reste enfermé chez soi, l’important c’est de préserver et d’entretenir son pouvoir d’imagination. C’est lui qui vous permet de vous évader, de traverser, tel un garou-garou virtuel, les murs qui vous entourent. Pour les enfants, c’est pareil. Et c’est là que vous avez un rôle à jouer. Bonne nouvelle. C’est fun et motivant !

 

Des brises d’optimisme dans vos quotidiens de confinés

Comme le week-end dernier, nous avons parcouru les différents quotidiens belges francophones pour y dénicher des motifs de se réjouir, de se reconnecter avec l’humain, de retrouver cette lumière à laquelle il est beau de croire dans la nuit. Petit tour d’horizon certifié non exhaustif.