Vie de parent

Coronavirus : comment le Ligueur s’organise pour vous informer

Pour continuer à informer les parents, le Ligueur a adapté son mode de fonctionnement depuis le week-end dernier. L’organisation a été chamboulée pour répondre aux impératifs de la crise sanitaire, mais surtout aux besoins des parents. Voici l’envers du décor.

Coronavirus : comment le Ligueur s’organise pour vous informer

On ne vous le cache pas, comme partout, le confinement, on le vit de façon un peu bizarre au Ligueur. La rédaction est plutôt du genre « famille » (qui l’eut cru ?). Martine, Michel, Clémentine, Yves-Marie, Alix, Romain, Marie-Laure et Thierry vivent au quotidien dans une ambiance de travail constructive où l’éclat de rire, la tape sur l’épaule et la taquinerie voisinent cette conviction ultime que le journalisme est le plus beau métier du monde. Depuis, lundi, malgré le confinement, tout cela est préservé. Mais s’exprime de façon différente.

Une rédaction virtualisée et néanmoins humaine 

Depuis jeudi dernier, jour de l’annonce des premières mesures de confinement sévères, l’équipe du Ligueur s’est organisée pour informer en continu les parents. Lundi, elle a définitivement mis en place un dispositif plus radical. Adoptant des règles qui allaient parfaitement épouser les décisions du Conseil de sécurité national prises le mardi soir. Recourant au numérique pour poursuivre un « journalisme de solution » auquel nous tenons. Adoptant le télétravail, la communication à distance.

Résultat, nos réunions de rédaction partagées autour d’un bol de biscuits ou de chocolats se déroulent désormais via des systèmes genre « Skype ». C’est moins gourmand, mais, par contre, cela nous permet de rester proches et cela permet aussi de découvrir les intérieurs de chacun. Michel et ses livres rangés, Marie-Laure et la télé de sa coloc, Romain et ses enfants… Cela change les habitudes, c’est pas toujours facile, mais c’est nécessaire. Cela nous oblige à sortir de notre zone de confort et à adopter des modes de communication que nous intégrerons sans doute lorsque nous sortirons de cette crise.

Qu’avons-nous décidé ?

En fait, nous avons estimé qu’il était de notre devoir d’investir d’avantage le web et les réseaux sociaux en ces moments de doute. Nous avons reçu de nombreux appels de parents, souvent inquiets, par rapport à la situation qu’ils traversent. Des questions qui demandent des réponses rapides. Des questions qui recouvrent tous les aspects pratiques de ce confinement. Que ce soit dans l’accompagnement des enfants ou dans la gestion plus administrative du quotidien. Nous sommes attentifs à cela. Et nous « montons » nos sujets en fonction des priorités que vous nous aidez à discerner.

Chaque jour, nous publions au moins deux articles de fond sur des thématiques particulières, tout en vous informant sur les mesures prises au jour le jour qui vous interpellent. Plus que jamais nous voulons profiter de cette intelligence collective qui nous fait tous progresser, qui nous permet de trouver et d’imaginer, ensemble, des solutions constructives.

Ces articles sont disponibles sur notre site internet leligueur.be. Nous avons décidé, exceptionnellement, de les placer en accès libre. Tout le monde peut avoir accès aux sujets liés au coronavirus sans forcément être abonné. Nous estimons que cette crise sanitaire sans précédent impose cette exception. La plupart des articles rédigés feront l’objet d’une annonce sur notre page Facebook.

Votre apport est essentiel

Pour notre rédaction, cette crise est aussi un révélateur. Elle donne tout son sens à la communauté de parents, de psychologues, de scientifiques qui s’est constituée autour du Ligueur. Les parents apportent leurs témoignages, leurs vécus, leurs questionnements. Les psychologues expliquent, globalisent, rassurent. Les scientifiques apportent des réponses claires, précises.

On l’a compris, vos témoignages de parents sont vitaux dans notre travail. Ils orientent nos recherches, enrichissent notre réflexion, inspirent d’autres parents. Nous ne pouvons que vous inciter à nous contacter sur notre page Facebook en commentaires ou en messages privés. Une adresse mail est aussi à votre disposition : redaction@leligueur.be.

Actuellement, nous nous attachons, à côté de nos sujets destinés au web, à la réalisation du prochain numéro du Ligueur. Il devrait sortir le 1er avril. Pour l’instant, la version papier est maintenue. Si l’imprimerie ou la Poste ne pouvaient assurer leurs prestations (ce qui n’est pas à l’ordre du jour pour l’instant), nous mettrions à votre disposition une édition numérique.

Prenez soin de vous,

La rédaction.

Sur le même sujet

Coronavirus : dix conseils pour éviter le burn out des parents

Être parent en plein confinement peut être source de stress. Boulot en télétravail, garde des enfants… Quelle charge ! Face à cela, il y a quelques conseils tout simples qui permettent de rester plus serein et confiant. Deux chercheuses de l’UCL ont isolé 10 astuces pour éviter le fameux « burn out parental ».

 

Humeur : coronavirus, la solidarité avant tout

Ce lundi matin, les rues sont franchement désertes. Les transports en commun sont boudés. Les entrées d’école sont étrangement calmes. Les décisions prises par le Conseil de sécurité national sont bien suivies. La solidarité et la sérénité semblent s’être imposées. Il le faut. Cette crise ne peut que s’accompagner d’un élan citoyen.

 

Coronavirus : « Lorsque l’on est inactif, on est inquiet »

Dans le Ligueur frais du jour, nous livrons quelques conseils pour ne pas tomber dans une psychose (que l'on a dénoncé dans notre humeur de la semaine). Ce qui est en train de muer en phénomène de société peut se dépasser en famille. Natalie Maroun, consultante de crise en risques sanitaires au cabinet Heiderich à Paris, nous aide à soigner le virus de la peur avec des paroles rassurantes.

 

Parler du Coronavirus aux enfants : la chouette initiative du JDE

La rédaction de nos consoeurs du JDE (Journal des enfants) a réalisé un dossier pour expliquer « Les Virus ». Crise sanitaire oblige, ils ont eu la bonne idée de le mettre à disposition de tous, gratuitement. On vous explique l'initiative.

 

Coronavirus : ces initiatives qui donnent la banane

Certaines voix s’élèvent pour critiquer les médias qui en feraient trop autour du coronavirus. Ils nourriraient l’angoisse, sèmeraient un négativisme plombant. Bon, en même temps, l’actu est ce qu’elle est. De plus, en lisant les quotidiens de ce week-end, il y a des raisons d’espérer. Notamment dans la nature humaine. Et les familles y trouvent leur compte.