Vie de parent

Coronavirus : les crèches désormais
au même régime que les écoles

L’accès aux crèches va être restreint. La décision est tombée ce jeudi au gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Comme pour les écoles, seuls les parents qui exercent une fonction « cruciale » pourront déposer leurs enfants.

Coronavirus : les crèches désormais au même régime que les écoles

C’est un communiqué du cabinet de Bénédicte Linard, ministre de l’Enfance du Gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles, qui a précisé les contours de la nouvelle mesure. La voici, in extenso :

Comme pour les écoles, l’accueil dans les crèches est maintenu mais limité aux enfants dont les parents exercent une fonction « cruciale », à savoir des fonctions de première ligne (les médecins, les professionnel·le·s de la santé, le personnel soignant dans les maisons de repos, les services de sécurité, etc.) ou de soutien à cette première ligne (personnel d’accueil de l’enfance, enseignant·e·s, personnel des transports publics, des magasins d’alimentation, etc.). Il en va de même pour les enfants qui relèvent de situations sociales spécifiques (mandat SPJ…), ainsi que pour les enfants de parents qui relèvent eux-mêmes d’une situation sociale particulière ou qui n’ont d’autres choix que de confier la garde de leurs enfants aux grands-parents qui sont un public fragile.

Au-delà de ces situations, il est demandé aux parents de garder leurs enfants au domicile familial.

Tenant compte de ces précisions, il va de soi qu’il ne revient pas aux milieux d’accueil d’opérer une sélection à l’accueil des enfants. Il faut compter sur le sens civique des parents qui souhaitent maintenir l’accueil de leurs enfants.

Ces mesures seront d’application jusqu’au 5 avril. 

Le gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles prend la pleine mesure du caractère vital pour le personnel des milieux d’accueil de continuer à percevoir un revenu, de la nécessité de protéger les acteurs les plus fragiles du secteur et aussi d’atténuer les conséquences de la crise sur le budget des familles.

Dans ce contexte, et après consultation du secteur de l’accueil, le gouvernement a pris plusieurs décisions ce jeudi :

► Les parents qui ne mettent plus leurs enfants à la crèche depuis ce lundi 16 mars ne devront en aucun cas justifier leur absence et ne devront pas payer les milieux d’accueil pour les jours où les enfants ne sont pas présents.
► Les milieux d’accueil subventionnés et non subventionnés bénéficieront d’une indemnisation via le fonds d’urgence mis en place par la Fédération.
► Le gouvernement s’engage à mettre tout en œuvre pour préserver l’emploi et les rémunérations du personnel des milieux d’accueil. Il est impératif d’éviter les faillites qui engendreraient structurellement des pertes de places. Les modalités du soutien au secteur seront concertées avec l’autorité fédérale et les Régions.
► La Fédération veillera à la viabilité de l’ensemble des milieux d’accueil et des personnes qui les font vivre, en particulier ses acteurs les plus fragiles.

Il est également rappelé les mesures sanitaires qui restent en vigueur, à savoir :

► Les enfants présentant le moindre symptôme d’infection doivent être gardés à domicile. C’est une question de responsabilité de la part des parents et de solidarité vis-à-vis du personnel encadrant.

► Il est important de limiter strictement les contacts entre le milieu d’accueil et l’extérieur. Les entrées de personnes externes au sein de la crèche sont interdites. L’accès pour les parents lors du dépôt du ou des enfants est limité à une personne et leur circulation au sein de la crèche sera également restreinte.

► Il est demandé au personnel et aux parents de respecter strictement les mesures d’hygiène préconisées et rappelées sur le site info-coronavirus.be

Sur le même sujet

Coronavirus : congés spécifiques pour les parents forcés de se mettre en congé, la Ligue insiste

La Ligue des familles revient à la charge sur la situation des parents qui sont confrontés à des problèmes de garde et sont obligés de se mettre en congé. À l’origine de sa réaction, la position du groupe des 10 qui rassemble patrons et syndicats. Une position où les parents, selon la Ligue des familles, sont oubliés.

 

Coronavirus : des congés payés spécifiques pour les parents ?

En France et en Italie, des mesures pour lutter contre la propagation du Covid-19 ont entraîné la fermeture d’établissements scolaires. Au niveau belge, pas encore de mot d’ordre à ce sujet, le Conseil national de sécurité estime même, à ce stade, « qu’il n’est pas conseillé de fermer les écoles ». Mais certaines d’entre elles commencent à se voir dans l’obligation de le faire. D’où des problèmes de gestion, en perspective, au sein des familles. Faut-il prévoir des congés payés spécifiques ?

 

Besoin urgent de congés : quelles sont les possibilités ?

École fermée à cause du coronavirus, les enfants sont à la maison. Il faut donc s'en occuper. Certains recourent au télétravail pour garder un œil sur eux. Mais tous les métiers ne s'y prêtent pas... et tous les enfants non plus ! Le télétravail, ça reste compliqué avec une progéniture en bas âge dans les jambes. 

 

Baby-sitting : ce n’est plus autorisé

Nous avons reçu pas mal de questions de parents concernant le baby-sitting. La Ligue des familles qui organise un tel service s'est vue signifier que le baby-sitting n’était plus autorisé. À quelques exceptions près…

 

Confinement et télétravail : épuisement en vue pour les parents de jeunes enfants

Avec les risques de prolongation de confinement, les parents qui se retrouvent dans l’impossibilité de télétravailler ou d’être mis en chômage pour force majeure s’interrogent sur la position délicate dans laquelle ils se trouvent. Ils nourrissent de grosses inquiétudes. Surtout ceux qui sont déjà dans des situations difficiles ou précarisées.

 

Campus fermés jusqu'à la fin juin : ce que disent les recteurs

Voilà une info qui va chambouler l’organisation de fin d’année de nombreux étudiants. Les universités francophones ont décidé de rester « virtuelles » jusqu’à la fin de l’année. De l’autre côté de la frontière linguistique, la même mesure a été prise.