Vie de parent

Coronavirus : « Prenez soin de vous
et des autres »

De la bienveillance, mais des mesures sévères. De l’émotion, mais de la détermination. Loin du vocabulaire guerrier du président français Emmanuel Macron, la Première ministre Sophie Wilmès a annoncé, hier soir, que la Belgique rentrait dans une période de « confinement strict » dès mercredi 12h, et cela jusqu’au 5 avril. Les familles vont devoir s’organiser.
 

Coronavirus : « Prenez soin de vous et des autres »

Lorsqu’elle s’adresse au peuple belge, une pointe d’émotion. Tout comme lorsqu’elle évoque le personnel hospitalier en première ligne. Sophie Wilmès a l’autorité humaine. Elle n’est pas économe en mercis. Félicitant les citoyens pour leur respect des premières mesures prises la semaine dernière. Mais ce n’est pas assez. Il faut monter d’un cran. Et ça va changer la vie de tous les jours. Fondamentalement.

► Rester chez soi ?

Oui, c’est le mot d’ordre. Sauf pour se rendre au travail et lorsqu’il s’agit d’effectuer des déplacements indispensables pour aller chez le pharmacien, à la banque, au magasin d’alimentation, etc.

Sortir en famille ?

Oui, mais en comité hyper réduit. Dans l'absolu, il est recommandé de prendre l’air. Mais lorsqu’on le fait, c’est seulement avec les membres de la famille qui vivent sous le même toit ou avec un ami, mais là un seul. On respecte les distances physiques de mise. Et les rassemblements de plusieurs personnes sont strictement interdits.

► Récupérer ses enfants dans le cadre des gardes alternées ?

Pas de souci. Déplacement autorisé. « Pas question de priver un parent de ses enfants », lâche la cheffe du gouvernement lors des réponses à la presse qui suivent la déclaration générale. Cette question taraudait pas mal de nos lecteurs et lectrices. La réponse a été claire, limpide.

► Aller au boulot ?

Oui. Mais les entreprises doivent s’efforcer de développer le télétravail pour toutes les fonctions où c’est possible de le faire. Si ce n’est pas le cas, l’entreprise doit se conformer aux règles de distanciation sociale. Si l’entreprise ne peut répondre à ces exigences, elle doit fermer ou elle sera frappée d’amendes. Les secteurs dits cruciaux (comme les soins de santé) ne sont évidemment pas concernés.

► Fermeture des écoles ?

La situation reste identique. Les citoyens semblent avoir bien compris l’importance de garder les enfants à la maison. Les garderies n‘accueillent qu’un pourcentage minime d’élèves.

► Les crèches ?

Elles restent ouvertes. 

► Aller faire les courses ?

La plupart des magasins vont fermer. Quelques exceptions : l’alimentaire, les pharmacies, les librairies, les magasins pour animaux. Pour ceux qui restent ouverts, des mesures strictes encadreront l’accueil de la clientèle, toujours centrées autour de la « distanciation sociale ». Parmi les consignes : se rendre seul au magasin, ne pas rester plus de 30 minutes dans les supermarchés. Les marchés sont fermés.

► Partir en voyage ?

Non. Les déplacements en dehors de la Belgique sont interdits jusqu’à la fin de la période. Du moins s’ils ne sont pas considérés comme essentiels.

⇒ Bref, ce sont de nouvelles habitudes à intégrer. Suite logique de ce qui avait déjà été décidé la semaine dernière. Et de ce qui s’était déjà mis spontanément en place dans de nombreuses entreprises et commerces à travers le royaume. Les maître-mots ? « Unité, solidarité, entraide » Un triptyque esquissé dès l’entame de la conférence de presse. Un confinement plus sévère, oui, mais destiné à « prendre soin de soi et prendre soin des autres ». Un message finalement assez positif dans cette crise sanitaire historique qui n’en finit pas de chambouler nos vies.

Sur le même sujet

JOURNAL DE BORD | Mardi 17 mars. École fermée, on s'adapte

Ciel bleu, température clémente. La nature sort le bout de ses bourgeons, alors que l'humain, lui, se confine. Toutes ses activités culturelles et sociales sont annulées jusqu'au 3 avril. Depuis hier, lundi, la vie professionnelle est déclinée en mode télétravail. Les crèches ne sont pas encore fermées. Les écoles, oui, mais avec un système de garderie. Moins de 5 % des enfants y ont été conduits. Ceux dont les parents n'avaient pas le choix. Sinon, ils auraient suivi le message entourant la photo de profil de leurs amis sur Facebook. « Soyez responsables ! Restez à la maison ! Protégez les autres ! ». Derrière ces mots, toute une nouvelle organisation à mettre en place. Journal de bord de quatre familles belges. 

 

Télétravailleurs, télétravailleuses et… parents

Chapeau, les parents ! Moins de 2 % d’élèves en maternel et primaire. Presque 0 % en secondaire. Le message de prudence lancé par les autorités est bien passé. Ainsi que l’appel à privilégier le télétravail quand c’est possible. Oui, mais travailler et s’occuper des gosses, voilà qui change nos habitudes.

 

Petit manuel de survie, côté enfants - côté parents

Dès l'annonce du confinement jeudi dernier, les résaux sociaux se sont mis à fleurir de chartes et autres modes d'emploi en tous genres. Dès lors, nous avons glâné auprès de vous, parents, tout un tas de conseils qui vont - à coup sûr - vous permettre de vivre en osmose dans ce huis clos infernal... euh... parental. Manuel de survie.

 

J2. Les pépites des parents pour occuper leurs enfants

Confinement oblige, l’équipe du Ligueur a épinglé pour vous quelques idées d’activités à la maison, testées et approuvées par la communauté des parents. Confinés, oui. Mais pas en panne d’idées pour autant.