Vie de parent

Coronavirus : un revenu
de remplacement assoupli
pour les indépendants

Un peu d'oxygène pour les parents qui sont indépendants et sont frappés de plein fouet par la crise sanitaire. Ce mardi, en commission des Affaires sociales à la chambre, un assouplissement du revenu de remplacement les concernant a été voté. Ceux qui sont forcés d’arrêter leur activité pendant sept jours consécutifs pourront bénéficier de ce revenu. Normalement, il faut attendre un mois avant de profiter de celui-ci.

Coronavirus : un revenu de remplacement assoupli pour les indépendants

C’est donc une aide bienvenue pour ceux qui, par exemple, sont désormais obligés de fermer le week-end. Le revenu de remplacement s’élève à 1 291,96€. Il est majoré pour ceux qui ont charge de famille. Là, la somme monte à 16 14,10€.

Normalement, c’est donc un mois qu’il faut attendre avant d’avoir accès de ce « droit passerelle pour cause de force majeure ». L’assouplissement, tel que voté ce mardi, est limité dans le temps et couvre les mois de mars et d’avril. Dans l’esprit, cette mesure devrait, en fait, selon le ministre des Indépendants et des PME, s’appliquer « aussi longtemps que subsistent les mesures sanitaires. »

Un coup de pouce pour l’horeca, mais pas que

Selon la proposition votée, « Cette mesure vise tout le secteur de l’horeca, ainsi que les restaurateurs qui continuent de travailler (take away, livraison à domicile, traiteur), mais qui ne peuvent plus assurer de service en salle. Il en va de même des gérants d’hôtels qui cessent leurs activités de bar et de restaurant, ainsi que des commerçants qui ferment leurs portes le week-end et de toute autre activité impactée par les mesures sanitaires prises pour limiter la propagation du coronavirus ».

Le texte ajoute que « la réduction permettra par ailleurs aussi aux indépendants non visés par les situations précitées mais néanmoins contraints d’interrompre leur activité pendant sept jours consécutifs sur le mois en raison du Covid-19 de bénéficier du revenu de remplacement. »

Un point qui ravit l'UCM, l'Union des Classes Moyennes: « Ce sera notamment utile dans beaucoup de professions libérales. Les fédérations des dentistes, des kinés et des psychologues notamment ont invité leurs affiliés à fermer leur cabinet.»

+ Bon à savoir

Les indépendants qui ont des questions sur les mesures relatives à leur statut social prises en raison du coronavirus (ex. : cotisations et prestations), peuvent contacter gratuitement le Call center Corona de l’INASTI.

Le Call center est joignable gratuitement du lundi au vendredi de 8h à 20h au 0800 12 018.

Qui peut se renseigner auprès du call center ?

Les travailleurs indépendants qui rencontrent des difficultés en raison du coronavirus peuvent faire appel à diverses mesures. Pour toute question concernant ces mesures, ils peuvent s'adresser au Call center de l'INASTI.

Il s'agit de questions concernant les mesures suivantes :

  • le report du paiement ou la réduction de leurs cotisations sociales provisoires,
  • l'exonération de leurs cotisations sociales,
  • les indemnités du droit passerelle,
  • la renonciation aux majorations.
Sur le même sujet

Besoin urgent de congés : quelles sont les possibilités ?

École fermée à cause du coronavirus, les enfants sont à la maison. Il faut donc s'en occuper. Certains recourent au télétravail pour garder un œil sur eux. Mais tous les métiers ne s'y prêtent pas... et tous les enfants non plus ! Le télétravail, ça reste compliqué avec une progéniture en bas âge dans les jambes. 

 

Coronavirus : congés spécifiques pour les parents forcés de se mettre en congé, la Ligue insiste

La Ligue des familles revient à la charge sur la situation des parents qui sont confrontés à des problèmes de garde et sont obligés de se mettre en congé. À l’origine de sa réaction, la position du groupe des 10 qui rassemble patrons et syndicats. Une position où les parents, selon la Ligue des familles, sont oubliés.

 

Confinement et télétravail : épuisement en vue pour les parents de jeunes enfants

Avec les risques de prolongation de confinement, les parents qui se retrouvent dans l’impossibilité de télétravailler ou d’être mis en chômage pour force majeure s’interrogent sur la position délicate dans laquelle ils se trouvent. Ils nourrissent de grosses inquiétudes. Surtout ceux qui sont déjà dans des situations difficiles ou précarisées.

 

Coronavirus : l’idée d’une indemnité parentale défendue aussi en Flandre

Le combat pour obtenir une indemnité parentale pour les parents qui sont dans l’impossibilité de concilier télétravail et garde d’enfants a désormais un relais de poids côté flamand. Le Gezinsbond, pendant flamand de la Ligue des Familles, a décidé de supporter la revendication que celle-ci porte depuis bientôt deux semaines. Les deux associations viennent de lancer un communiqué commun.

 

Tension entre télétravail et garde d'enfant, une maman témoigne

Parmi les nombreux messages reçus de parents qui sont coincés entre le télétravail et la garde de leurs enfants, pour cause de coronavirus, nous avons eu l’attention attirée par celui de Mariem. Elle explique de façon claire, précise, sans pathos, les choix et les dilemmes auxquels sont confrontés certains papas, certaines mamans qui attendent une position du fédéral quant à l'instauration d'une indemnité parentale. Celle-ci leur permettrait de s’écarter temporairement de leur boulot, afin de s’occuper de leurs enfants, sans stress financier.

 

Confinement : familles, répondez, vous êtes sondées

Depuis hier, la Ligue des familles mène un sondage. Pour cerner la façon dont les familles vivent le confinement. Du côté de l’UCLouvain, aussi, on sonde. Là, c’est une vaste enquête menée sur la santé mentale en cette période de crise sanitaire qui est organisée. À quoi ça sert ? Réponse.

 

Congé parental corona pour les indépendants : un projet va être déposé

Voilà une nouvelle qui va réjouir plus d'un parent qui travaille en tant qu'indépendant·e·s. Ce matin dans le quotidien L’Echo, le ministre Denis Ducarme a annoncé qu’il déposerait la semaine prochaine un projet d’arrêté royal les concernant : un congé parental coronavirus pour les indépendant·e·s. Une nouvelle avancée qui réjouit la Ligue des familles.