Vie de parent

Coude à coude : les conseils de pros
aux familles sinistrées

Votre logement a été touché par les inondations ? Questions-réponses avec Yves Szabo, courtier en assurances, et Julien Vermeiren, avocat à la société Geradin.

Coude à coude : les conseils de pros aux familles sinistrées

Je suis propriétaire d’un logement sinistré par les inondations, suis-je couvert automatiquement ?

Si vous disposez d’une assurance « habitation », oui. Cette assurance appelée aussi « assurance incendie » couvre les incendies et les catastrophes naturelles.

Attention : cette assurance n’est pas une obligation légale, contrairement à la responsabilité civile quand on est propriétaire d’un véhicule. Dans les faits, une majorité de propriétaires en dispose car lorsque vous contractez un crédit hypothécaire auprès d’une banque, celle-ci conditionne l’octroi à cette prise d’assurance.

Mon contenu est-il aussi assuré ?

Si vous disposez d’une assurance habitation contenu, oui. Celle-ci est une option au contrat habitation.

L’assurance contenu peut être prise par le propriétaire ou par le locataire contrairement à l’assurance habitation qui n’est d’application que pour le propriétaire.

Que dois-je faire ?

  1. Déclarer votre sinistre au plus vite auprès de votre courtier d’assurance ou directement à la compagnie.
  2. Un·e expert·e se rendra à votre logement pour estimer les dégâts et remettre une offre d’indemnisation.

Conseils de Julien Vermeiren, avocat : profitez de ce laps de temps entre la déclaration et la visite de l’expert·e pour préparer cette visite. Comment ?

  1. Faites l’inventaire complet des pertes : recensez le contenu qui est perdu, regroupez les preuves d’achat.
  2. Faites des photos de tous les dégâts.
  3. Recensez le temps passé à nettoyer, le nombre de personnes mobilisées, le matériel acheté pour nettoyer/protéger/préserver le bien.
  4. Rassemblez un maximum d’informations pour expliquer comment était la maison avant (matériau utilisé, des devis pour travaux à entreprendre) pour que l’expert puisse estimer le coût de la remise en état.

Conseil de Yves Szabo, courtier : si vous pouvez prendre en charge le nettoyage et ne souhaitez pas attendre le passage d’une société de nettoyage, prenez des photos de l’état avant et après et notez l’aide reçue pour réclamer une indemnité pour les frais de nettoyage auprès de l’assurance.

Conseils de Julien Vermeiren, avocat : quand l’expert·e vous fait une proposition d’indemnisation, vous n’êtes pas obligé·e·s d’accepter immédiatement la proposition. Vous avez le droit de prendre un temps de réflexion. Si vous avez des craintes que d’autres dégâts surviennent par la suite, vous pouvez émettre des réserves. J’ai eu le cas récemment avec un appel de sinistré chez qui l’eau est montée jusqu’au premier étage, il ne sait pas comment sera l’état de la structure une fois le parquet retiré. Veillez à ce qu’il soit mentionné dans l’accord qu’une réserve soit prévue en cas de nouveaux dégâts au bâtiment.

Mon logement est inhabitable, puis-je recevoir une indemnité de mon assurance habitation ?

Réponse de Yves Szabo, courtier : si le propriétaire doit se reloger pour une reconstruction, les conditions générales de contrat prévoient ce genre de cas. Dans la police périls nommés, des garanties complémentaires prennent en charge des frais de sauvetage, des frais de démolition et des frais de perte suite au chômage immobilier jusqu’à 100% des montants assurés pour le bâtiment et le contenu à condition d’être le/la propriétaire et l’occupant·e du bien.

Conseil de Yves Szabo, courtier : pour les propriétaires qui doivent faire appel à plusieurs corps de métier, c’est intéressant de solliciter un·e expert·e d’assuré. C’est quelqu’un qui peut s’occuper de demander les devis aux sous-traitants et jouer un rôle d’intermédiaire pour réclamer auprès de la compagnie. Dans votre police d’assurance, vous avez d’office droit à un pourcentage de frais d’expertise, souvent 65% des honoraires sont pris en charge par la compagnie et 35% à votre charge. À partir de  5 000 € de frais, l’assuré·e est gagnant·e à faire appel à ce type de service.

Clémentine Rasquin

En savoir +

La check-list des démarches auprès des assurances

Dans le cas d’un bail locatif, que faire ?

Le décret habitation de 2018 spécifie que :

  • Si le bien est totalement détruit : le bail est immédiatement résilié de plein droit sans indemnité, avec restitution proportionnelle du loyer (selon la date de prise d’effet) et de la caution
  • Si le bien est partiellement détruit : le locataire a le choix de résilier le contrat ou d’avoir une réduction de loyer, proportionnelle à la destruction. Si l’indisponibilité est temporaire, c’est une réduction partielle.

Conseil de Julien Vermeiren, avocat : si le bien est inutilisable pendant un certain temps, mieux vaut privilégier une réduction du loyer à 0 pour pouvoir reprendre le bail une fois que le bien est remis à neuf. Pourquoi ? On va avoir une grave pénurie de logement en région liégeoise. Il faut être prudent et ne pas trop vite résilier puisqu’il est possible de réduire le loyer à 0 le temps de l’inoccupation du bien pendant la remise à neuf.

Les permanences juridiques de 1re ligne mises en place par les Barreaux de Liège-Huy et Verviers

  • Angleur (Hall omnisports - Rue Sous le bois) : tous les jours de 9h30 à 12h30.
  • Kinkempois (Centre scolaire - Rue des Écoles, 9) : tous les jours de 14h00 à 16h30.
  • Chênée (Centre culturel - Rue de l’Église, 1) : tous les jours de 9h30 à 12h30 et de 14h à 16h30.
  • Verviers (École du centre - Rue Ortmans-Hauzeur, 26) : tous les jours de 10h à 12h.
Sur le même sujet

Coude à coude : deux nouvelles initiatives pour les familles sinistrées

 En Province de Liège, l’aide aux personnes sinistrées continue de s’organiser et tente de répondre aux différents besoins des familles. Ainsi, deux initiatives provinciales viennent compléter l’éventail des soutiens apportés aux parents, aux enfants touchés par la catastrophe de juillet.

 

Inondations : la rentrée scolaire s’annonce solidaire

Le mouvement de solidarité en faveur des victimes des inondations se poursuit. Parmi les préoccupations des bénévoles, et notamment du relais de la Ligue des familles de Jette, la rentrée scolaire. Des collectes de matériel sont en cours. Cela passe notamment par des « school-box ».