Vie de parent

Cyber-harcèlement : les ados bourreaux malgré eux

Les ados ne mesurent toujours pas les répercussions de leurs publications : slut-shaming et franchise anonyme peuvent blesser jusqu’au suicide.

Cyber-harcèlement : les ados bourreaux malgré eux

Les ados sont cons parfois. Ils adorent faire des blagues pour épater la galerie. Et avec leur smartphone continuellement en main, ils font vite des bêtises dont ils ne mesurent pas les répercutions. Les exemples se multiplient encore en ce début d’année, suite aux réjouissances du Nouvel An.

Ça peut très vite basculer

Des adolescents – plusieurs « couples » en France et en Belgique – ont été surpris en pleins ébats sexuels. Ici, une photo, là une vidéo. Les ados se partagent le scoop en cercle restreint, dans un rire gras mais bon enfant. Mais ça peut très vite basculer. Il suffit d’une personne et voilà l’image sur Snapchat. Cette application permet d'envoyer des photos ou des vidéos qui s'affichent sur l'écran du destinataire pendant quelques secondes, avant de disparaître. En théorie. Un smartphone craqué, une capture d’écran et hop, l’image est enregistrée, puis diffusée sur internet, et partagée. Quant à Periscope, il permet à l’utilisateur de retransmettre en temps réel ce qu'il est en train de filmer.

Gare au slut-shaming

Ces images peuvent faire le tour de la Toile en quelques minutes… et susciter des commentaires, jusqu’au slut-shaming (propos sexistes, insultants, dégradants et humiliants sur une personne, son corps et sa sexualité). Les jeunes filles – pratiquement jamais les garçons ! – se retrouvent traînées dans la boue, culpabilisées… pour un acte sexuel banal.

Si elles sont défendues par d’autres, le débat alimente encore le partage et accroît la notoriété de la publication. Car les violences numériques ont leur succès. Les gens, jeunes et moins jeunes, sont curieux et apprécient les publications les plus basses et les plus agressives.

L’anonymat peut tuer

Il faut voir le succès des applications et des réseaux sociaux anonymes auprès des jeunes. Derrière un pseudo, les ados écrivent, spontanément, à l’instant T,  ce qu’ils pensent, comme ils le pensent, sans réfléchir aux mots utilisés et surtout, de manière anonyme. C’est tellement facile de se lâcher en ricanant dans l’ombre.

Le média social Ask.fm a déjà fait beaucoup de dégâts. Sur cette plateforme, les personnes communiquent entre elles principalement en posant et en répondant à des questions. Mais les répondants se cachent derrière un pseudo. On imagine la suite : « Comment me trouvez-vous ? (photo) ». « Moche », « Beuuuurk », « Va te pendre »…

Ces applications donnent de nouveaux outils d'intimidation ou de dénonciations de camarades. C’est comme ça que des adolescents, devenus populaires malgré eux, puis harcelés, sont tombés dans la dépression, parfois jusqu’au suicide. On se souvient de Laura, l’adolescente de 12 ans qui a mis fin à ses jours en décembre dernier parce qu’elle était harcelée sur les réseaux sociaux, notamment, et par messages.

Du respect partout tout le temps

Un vilain amusement peut finir avec des cœurs brisés et des vies ruinées. En fin de compte, tout le monde regrette d'y avoir participé. Et même si la loi condamne le cyber-harcèlement et défend le droit à l’image et le droit à l’oubli, le mal est fait. L’e-réputation est détruite. Car en réalité, Internet n’oublie rien.

Il est donc indispensable de sensibiliser les jeunes au bon usage de l’internet et au respect d’autrui dans le monde virtuel comme dans la vie réelle.

Stéphanie Grofils

Nos enfants sur le web en toute sécurité

Pour apprendre ensemble à gérer internet au quotidien au sein de la famille, la Ligue des familles et Child Focus ont créé Webetic : infos, conseils, exemples concrets, vidéos éducatives avec des mises en situation et films démos sur les paramètres de sécurité donnent aux parents et aux professeurs les clés d'une navigation sécurisée. Une formation éducative sur l’utilisation sûre et responsable de l’usage du Web. Dès janvier 2016, les nouveaux formateurs pourront se rendre dans les associations, les écoles… pour rencontrer les parents et discuter avec eux de l'éducation aux nouveaux médias.

Sur le même sujet

Comment surfer sur internet en toute sécurité ?

En cette Journée mondiale de la sécurité sur internet, il est important de veiller à ce qu'Internet soit un outil utile et positif et qu'ils surfent, tchattent, partagent tout en évitant les dangers du cyberspace.

 

Cyber-harcèlement : comment protéger nos ados

La psychologue Béatrice Copper-Royer (auteur de Lâche un peu ton ordinateur ! Albin-Michel en 2004), cofondatrice de l’association e-Enfance, analyse les nouvelles formes de harcèlement entre adolescents rendues possibles par les technologies numériques. Elle insiste sur le rôle préventif que peuvent remplir les parents.

 

Harcèlement : les ados, victimes et bourreaux sur les réseaux sociaux

Le harcèlement touche un élève sur trois. Et les injures et autres mauvaises intentions via les réseaux sociaux sont de plus en plus fréquents entre adolescents. Comment réagir, qu’on soit directeur d’école, enseignant ou parents ?

 

Harcèlement des jeunes sur internet : quelles règles s’appliquent ?

Le cyber-harcèlement est un mal qui touche les jeunes d’aujourd’hui. Il laisse démunis aussi bien les victimes que leurs parents. Par le biais des smartphones et autres tablettes, le harceleur peut suivre la victime où qu’elle soit, et donner le sentiment qu’il n’y a pas d’échappatoire. En Belgique, quelles règles protègent du cyber-harcèlement ?

 

Pourquoi nos ados s’envoient-ils des sextos ?

Des photos volées de jeunes stars dénudées circulent sur le web. Et si nos ados aussi se photographiaient dénudés et s’échangeaient des sextos ? Sont-ils conscients des dérives et des dangers potentiels du sexting ? Comment les mettre en garde ?

 

Mon ado risque-t-il de faire une « dépression Facebook » ?

Passer du temps sur Facebook et y voir défiler sur son écran le bonheur parfait des autres pourrait rendre les adolescents dépressifs. En cause, la pression sociale virtuelle que pourraient ressentir les jeunes utilisateurs du réseau social.