Vie de parent

Déconfinement : reprise des cours,
vos questions, les réponses

La reprise des cours partielle pour le 18 mai pose beaucoup de questions aux parents. Nous avons relevé les plus fréquentes et apportons des réponses en fonction des circulaires et informations reçues. Si votre question ne figure pas sur cette liste, vous pouvez nous la partager à l’adresse redaction@leligueur.be.

Déconfinement : reprise des cours, vos questions, les réponses

C’est une avalanche de questions qui a déferlé sur notre page Facebook lors de la publication de notre article consacré à l’agenda de la reprise des cours dans le cadre du confinement. Elles sont le reflet d'un besoin urgent de clarifications et d’infos pratiques, mais aussi de craintes à peine voilées.

Beaucoup de scepticisme s’exprime à travers vos interrogations. Nous avons essayé de rencontrer celles-ci, de façon neutre, en nous référant aux documents sortis hier et aux déclarations des différent·e·s ministres, celles-ci apportant des nuances qui ne se trouvent pas toujours dans les textes officiels. 

► Mon enfant ne reprend pas les cours, sera-t-il sanctionné ?

Visiblement, il n'y aura pas de sanctions. Les déclarations du gouvernement vont dans ce sens, la circulaire le laisse entendre aussi, les directeurs étant invités à répertorier les jours d'absence (pour le suivi de l'élève) sans devoir les « signaler ».

► Les années non concernées pour l’instant par la reprise rentreront-elles  cette année ?

Il n'y a pas de réponse à cette question. Cela dépendra des évaluations des différentes phases du déconfinement. Mais les jours filant, les années qui ne sont pas considérées comme « prioritaires » ont peu de « chances » de reprendre le chemin de l'école.

► Qu’en est-il des crèches ?

La ministre en charge insiste sur le fait que les crèches sont ouvertes et que les milieux d'accueil doivent recevoir les enfants dont les parents en font la demande. Mais nous avons bien conscience que la réalité vécue sur le terrain offre un sérieux décalage.

► Quid des enfants en institutions spécialisées ?

Une réunion se tient ce lundi. Elle donnera lieu à une nouvelle circulaire.

► Dans mon école, les classes sont fort petites, on fait quoi pour respecter la distanciation sociale ?

Sur l'organisation spatiale, les écoles devront trouver des solutions pour respecter les consignes de distanciation sociale. Des réunions préparatoires doivent être organisées pour cela au sein des établissements.

► Lorsqu’on (télé)travaille, on pourra mettre les enfants non concernés par la reprise à la garderie ?

Les garderies seront ouvertes, oui. La Fédération Wallonie-Bruxelles faisant néanmoins « appel à la responsabilité collective des parents pour qu'ils envisagent toutes les alternatives de garde possibles n'impliquant pas de personne à risque ».

Dans une précision apportée ce lundi 27 avril, la Fédération Wallonie-Bruxelles précise que la possibilité de recourir à la garderie ne concerne que la reprise d'une activité sur le lieu de travail. Les parents qui télétravaillent ne sont donc pas concernés.

► Quelles règles sanitaires seront de mise pour les garderies ?

Les mesures de distanciation sociale doivent être les mêmes dans les garderies que dans les classes. Soit des groupes de 10 élèves maximum et 1 élève pour 4 m². La situation sera monitorée avec la fédération des pouvoirs organisateurs pour mesurer l'évolution de la fréquentation. Si cette fréquentation est trop grande, elle risque de mettre à mal les règles de sécurité et demandera une sérieuse créativité logistique.

► Une reprise est prévue pour les enfants en difficultés, comment ceux-ci seront-ils sélectionnés ?

 Ce sont les équipes éducatives qui seront chargées d'identifier les élèves en difficulté au sein de chaque groupe-classe. Cette identification se basera sur le constat de difficultés scolaires ou de besoins d'apprentissage particuliers. Le contact avec l'école se ferait à concurrence de maximum 1 jour par semaine à partir du 25 mai.

► Et pour les apprentis ? Peuvent-ils retravailler chez leurs patrons ?

Dans l'enseignement en alternance, les périodes de travail en entreprise peuvent reprendre. Si, bien sûr, les conditions de sécurité sont rencontrées et si la société marque son accord. Autre préalable : que l'entreprise concernée soit autorisée à ouvrir dans le cadre des mesures de déconfinement

Fin de l’année, comment ça se déroule, tout le monde réussit ?

C'est le conseil de classe qui décide de la réussite ou de l'échec, notamment en fonction du début de l’année scolaire. En sachant que la Fédération Wallonie-Bruxelles insiste sur le fait que le redoublement doit être exceptionnel et que la décision doit être prise en dialogue avec les parents et les élèves. En clair, pas de « passage d'office » écrit noir sur blanc, mais une certaine clémence demandée au conseil de classe. Cette prudence s’explique notamment une « insécurité juridique majeure » qui pourrait générer de nombreux recours.

T. D.

Sur le même sujet

Déconfinement : reprise des cours et garderies, l'agenda

Les écoles ont reçu, ce samedi, la circulaire qui doit leur servir de base pour la reprise des cours envisagée dès le 18 mai en Fédération Wallonie-Bruxelles. L’occasion de faire le point sur l’agenda de la reprise et sur les garderies qui seront assurées dans les écoles.

 

Ecole, transport, garderie... le déconfinement pour les parents

Parce qu'il était tard quand les mesures du Conseil national de sécurité ont été annoncées, voici un petit topo confectionné pendant la nuit. Le Ligueur y était et les familles étaient l'une des principales préoccupations de cette conférence de presse.

 

Enseignement supérieur : les modalités des examens sont coulées dans le bronze

Alors que la fin de l’année dans le primaire et le secondaire était figée dans une circulaire, ce samedi, la clôture de l’année académique dans le supérieur faisait, elle aussi, l’objet d’une attention particulière. Le gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles en a entériné les mesures d’organisation.

 

Accueil de la petite enfance en déconfinement : craintes et zones d’ombre

L’accueil de la petite enfance est un secteur complexe. Les structures sont très différentes les unes des autres. Il y a les subventionnées et les non subventionnées, le public et le privé. Les gardiennes, les crèches, les maisons d’accueil pour enfants…  Tout ce petit monde s’est retrouvé hier autour de la ministre de la Petite Enfance et de l’ONE. Pour baliser l’accompagnement du déconfinement.

 

Déconfinement et télétravail : le diable se niche dans les détails

Alors que les écoles sont en train de se creuser les méninges pour organiser les reprises de cours partielles prévues les 18 et 25 mai, des précisions sont amenées concernant la fameuse circulaire 7550 qui pose le cadre pour organiser cette phase scolaire du déconfinement. Parmi les précisions, celle-ci : les parents qui télétravaillent doivent (continuer à) garder leurs enfants à la maison.

 

Milieux d’accueil : « Tous les enfants doivent pouvoir être accueillis progressivement »

« L’accueil ne sera désormais plus considéré comme réservé aux enfants dont les parents travaillent en première ligne ou qui n’ont pas d’alternative à la garde de leurs enfants ». Voilà ce que la Fédération Wallonie-Bruxelles a communiqué ce lundi soir. Concernées ? Les crèches et autres infrastructures auxquelles les parents confient leurs tout-petits. « Tous les enfants doivent pouvoir être accueillis progressivement, sans distinction ».

 

Commentaire : garderie, la réponse politique trop facile

Les parents sont-ils les dindons de la farce dans ce déconfinement ? La reprise partielle des cours dans les écoles est un véritable casse-tête. Entre années qui reprennent ou pas, incertitudes autour des phases suivantes, capacité d’accueil des établissements, respect des mesures de sécurité, cette « rentrée » nourrit de nombreuses questions. Aux parents, le politique apporte des réponses qui ne sont pas toujours convaincantes. Exemple : les garderies dans les écoles.

 

Accueil petite enfance : quelles sont les mesures sanitaires prises?

On l’attendait impatiemment cette note de l’ONE. Avec la reprise partielle de la vie économique dès lundi, les crèches et maisons d’accueil d’enfants doivent s’attendre à recevoir plus de bambins. Il s’agissait d’établir un cadre sanitaire. Pour le bien des enfants, du personnel et des parents. Le voici.

 

Reprise partielle des cours dans le spécialisé : l’agenda

La cirulaire concernant la reprise des cours dans le spécialisé est sortie hier. Elle donne le cadre "déconfinement" dans lequel devront évoluer élèves et membres du personnel de ces écoles. Grosso modo, ce cadre, est fort semblable à celui déjà fixé pour le fondamental et le secondaire. En voici les grandes lignes. Une des mesures prend en compte le « répit des parents ».

 

Le congé parental corona sur les rails : la Ligue des familles se réjouit, mais....

Comme prévu, le congé parental spécial corona a été avalisé, ce samedi, au sein du gouvernement fédéral. Ce congé était notamment réclamé par la Ligue des familles. Il devrait permettre aux parents de mettre entre parenthèses leur boulot pour s’occuper de leurs enfants. On attend encore le texte pour les détails. Texte qui doit encore être validé par le conseil d’État.

 

Pour ou contre la reprise des cours ? Deux parents exposent leurs points de vue

Alors que le Conseil national de sécurité (CNS) vient de confirmer par la voix de Sophie Wilmès que la reprise partielle des cours était maintenue lundi prochain, cette étape scolaire du déconfinement ne fait pas l’unanimité. Au sein du corps enseignant, mais aussi au sein des parents. Chacun vient avec ses arguments. Parfois de façon dispersée. Nous avons offert à deux parents la possibilité d’exposer leurs points de vue divergents en répondant aux mêmes questions. Un constat : les positions, diamétralement opposées, partagent parfois des critiques communes.

 

Confinement, phase 2 : petit mémo en mode familial

Ce mercredi, la Première ministre Sophie Wilmès a présenté les mesures qui seront d’application ce lundi 18 mai pour la deuxième phase du confinement. Pas de grosses surprises. L’école sera le gros morceau. Pour les stages d'été, c'est toujours la bouteille à encre.