Vie de parent

Départ en vacances :
tous nos trucs pour que la route
se déroule sans embûche

« J’ai l’impression d’avoir oublié un truc », dit notre héros. Le coffre est chargé à bloc. Les enfants sont installés confortablement. Le gentil toutou à leurs pieds (pas comme sur la photo ci-contre). Pilote et co-pilote sont prêt·e·s : il va falloir en découdre avec le temps, la distance, le trajet, la patience et les imprévus. Au bout du chemin ? Ce moment tant attendu : le repos, l'aventure. Mais alors, qu’est-ce que notre héros a-t-il bien pu oublier ? De lire tous nos bons conseils pour que sa route se déroule sans embûches, bien sûr.

Départ en vacances : tous nos trucs pour que la route se déroule sans embûches

L’AWSR confirme ce que l’on pressentait : pour ces vacances estivales, vous êtes beaucoup à prendre la route. Effet covid oblige, cette année, de nombreuses familles optent pour des lieux de villégiature plutôt proches, comme la Belgique ou la France. Et selon le dernier baromètre de Touring, 69% des Belges feront le déplacement jusqu’à leur lieu de vacances en voiture. Prudence donc. Justement, rappelons les bases.

Gare à la somnolence

Nous nous en voudrions de ne pas vous rappeler les règles élémentaires en matière de sécurité avant que vous colliez à cette image idéalisée de la famille qui embarque tout sourire pour l’autoroute des vacances. C’est pourquoi nous avons demandé à l’institut Vias quels étaient les écueils à éviter.

Premier élément, la fatigue. « 1 trajet en voiture sur 20 est effectué par un conducteur somnolent. Ce qui a une incidence directe puisque 1 conducteur sur 10 se dit fatigué pour des trajets dès 60 km. L’heure la plus propice à la somnolence ? Celle prisée par les parents pour éviter les embouteillages, entre minuit et 6 heures du matin. Tant qu’à faire, évitez de conduire la nuit si vous êtes la seule personne éveillée dans la voiture ». Côté AWSR, on estime qu’au moins 1 accident corporel sur 6 est dû à la somnolence.

Parlons peu, parlons technique

Si l'on sait que, pour beaucoup, le véhicule sera passé entre les mains du garagiste pour une révision avant de tracer la route, certains éléments sont à prendre en compte. « La pression des pneus est un peu trop souvent extrêmement négligée. Nous avons mené avec Recytyre une étude qui nous apprend que 46% des Belges ne la contrôlent jamais. N’oubliez pas non plus tout ce qui concerne l’huile et le réservoir lave-glace à remplir. Une attention qui concerne directement les familles : quand on roule avec beaucoup de bagages, les plus lourds doivent toujours être chargés le plus bas possible et surtout ne pas gêner la visibilité. Aussi, n’empilez pas tout et n’importe quoi sur la plage arrière. Un thermos de deux kilos, par exemple, peut s’avérer être un projectile mortel en cas de freinage brusque dès 80 km/h. Pensez à verrouiller le coffre de toit. Et enfin, aménagez-vous des pauses, au minimum toutes les deux heures, pour vous dégourdir manger, boire ou faire un petit somme ». Un parent conducteur averti en vaut deux.

Tongs, pieds sur le tableau de bord et empressement

En plus des conseils qu’elle dispense sur une page spéciale Route des vacances dont on vous recommande la lecture, l’AWSR met l’accent sur des infos que l’on communique peu habituellement.

► D’abord l‘agence wallonne avertit sur le port des tongs : il n'est pas prohibé, mais il peut être sanctionné si la police estime qu’elle va nuire à votre sécurité ou celle des autres dans votre conduite. Pourquoi ne pas les enfiler une fois arrivé pour se récompenser de son trajet ?
► Autre danger : les pieds du passager posés sur le tableau de bord qui seront propulsés en cas de choc et donc de déploiement d’airbag. On sait combien cette position est propice au délassement. Mais là encore, le délassement se fera une fois arrivé ou pendant une courte pause.
► Enfin, faut-il le rappeler : certaines et certains d’entre vous vont se cogner un long trajet, dense, congestionné et parfois très éprouvant nerveusement. Ce qui n’est jamais une raison pour accélérer une fois qu’il se fluidifie. Rouler plus vite ne vous fera pas arriver plus tôt. Le conseil de l’AWSR est pertinent : ne vous fixez pas d’heure d’arrivée pour ne pas ressentir de frustration si vous la dépassez.

Un conseil plein de bon sens qui correspond à celui que l’on vous donne cette année, plus que jamais, le seul mot d’ordre, l’unique injonction est simple : repos sans pression(s). Et pour toute la famille s’il vous plaît. Bonne route et bonnes vacances.

Yves-Marie Vilain-Lepage

Un trajet avec les enfants ? Trop facile

On apprend quoi sur la route ? Si les vacances sont l’occasion de consolider les apprentissages, les trajets en voiture en font partie intégrante. Le GPS peut servir de support pour aborder ou rappeler quelques bases géographiques. « Nous sommes dans le Brabant wallon, qui se situe où sur la carte ? On passe la frontière, nous sommes où ? Quelle langue parle-t-on ici ? Tu sais dire bonjour dans cette langue ? ».
Observer le paysage peut aussi être l'occasion de se poser des questions et de s'instruire, sans en avoir l'air. « Comment fonctionne une éolienne ? Que nous dit le paysage de la région traversée selon qu'il soit vallonné, plat ou encore constitué de zones agricoles ? »… Bon, chers parents, on n’a pas dit qu’il ne fallait pas un peu réviser de votre côté avant d’embarquer !

Comment motiver les troupes ? N’oubliez pas qu’un long trajet en voiture, c’est aussi l’occasion de mettre ce temps à profit pour se parler, se raconter, s’écouter. Et pourquoi ne pas jouer avec ce qui vous entoure ? Soit l’occasion d’enraciner la relation, comme dirait la psychologue Mireille Pauluis. Lancez à vos enfants un défi : le premier ou la première qui aperçoit dix voitures avec une plaque hollandaise. Le jeu du post-it où on se fait deviner un objet, un personnage, etc. Le classique ni oui, ni non ou encore un petit bac oral.
Le temps passera plus vite et il est évident que vous risquez de vous piquer de quelques fous rires au passage.

Est-ce que le covid va gâcher mon itinéraire ? Impossible d’affirmer quoi que ce soit. Plusieurs certitudes. Les contrôles vont être renforcés dès le 1er juillet. La situation sanitaire des pays et même des régions selon certaines zones sera classée par un code couleur vert, orange ou rouge. La liste sera actualisée tous les quinze jours. À compter du 1er juillet, c’est le début de la mise en pratique du « pass sanitaire », qui permettra de voyager au sein de l'Union européenne. Si vous n’êtes pas entièrement vaccinés (n’oubliez pas de compter les deux semaines post-vaccin), des tests seront exigés pour entrer ou sortir des territoires, parfois aussi pour les enfants. Seuls les PCR ou antigéniques seront pris en compte. Les autotests ne sont pas valables.

J'emporte mon Ligueur spécial vacances

Pensez donc à embarquer dans vos valises notre grand dossier spécial vacances. On y passe tout en revue : mobilité douce, bons plans, conseils avec les enfants et on vous raconte même nos souvenirs les vacances.