Vie de parent

Des questions qui ne restent pas
sans réponses

Ce sont trois livres qui viennent de rejoindre les rayons des librairies. Sur la couverture, un logo qui vous est familier, celui du Ligueur. Votre magazine, associé à la Renaissance du Livre, s’est en effet lancé dans la confection de trois ouvrages baptisés « Parents incollables ».

Des questions qui ne restent pas sans réponses

Leur principe est tout simple. Chaque volume concerne une tranche d’âge (0-3 ans, 3-12 ans, 12 ans et plus). À chaque période, ses questions, ses interrogations. Du biberon au harcèlement scolaire, des chutes à la jalousie. Chaque thématique est résumée et axée solution entre le « Bon à savoir » et le « Maintenant, qu’est-ce qu’on fait ? ». Dans chaque livre, ce sont soixante questions qui se posent entre petites angoisses et questionnement légitime.

Pour accompagner cette sortie, on s’est demandé ce qu’on pouvait bien faire de constructif au Ligueur. Comment vous aider davantage ? C’est là que nous vous avons impliqué, chères lecteurs et lectrices ! À la rédaction, après un sondage démocratique en interne, nous avons retenu dix questions par livre. Ensuite, début avril, nous avons soumis cette sélection au vote sur notre page Facebook et notre site internet. Résultat, jusqu’à 12 ans, ce sont plutôt les colères, l’opposition, l’agitation qui semblent vous turlupiner. Comment les gérer ? Quand faut-il s’inquiéter ? Nous avons développé ces thématiques pour vous dans les pages qui suivent.

Heureusement imparfait

Chez les ados, un sujet s’est imposé, de façon franche et décisive. Celui qui touche aux écrans, aux smartphones. Comment parvenir à les « décrocher » de ces appareils pour lesquels se développe une véritable addiction ? Encore une fois, cette question est plus que légitime. Une spécialiste interrogée en marge de ce dossier nous expliquait qu’effectivement en sept ans, elle avait vu la préoccupation des parents et des profs grandir à ce niveau-là, ajoutant au passage, « l’omniprésence des écrans a créé des déséquilibres ». Ces déséquilibres, ils sont là, et il faut les gérer au quotidien. On en parle aussi dans ce dossier.

Dans l’avant-propos qui ouvre chaque livre, une promesse est évoquée, celle de bousculer les idées préconçues et de permettre à chaque parent de se réinventer jour après jour, « unique et… heureusement imparfait ». Car oui, il faut conserver ce degré d’imperfection qui permet de s’améliorer, de cultiver le doute et d’avancer dans sa parentalité.
À ce propos, on s’attardera sur une des questions épinglées dans le volume consacré aux ados. Il est question de la « transmission des valeurs ». Au détour du texte, il y a cette petite phrase qui fait mouche : « Votre ado ne veut pas de parents parfaits. Il souhaite juste que vos paroles soient en accord avec vos actes, car il y a là quelque chose de très rassurant ».

Alors à défaut de devenir « incollable » (parce que finalement l’imperfection a aussi ses vertus), vous pourrez trouver dans les trois ouvrages de la Renaissance du Livre, inspirations, conseils et astuces. C’est déjà pas mal, non ?

Thierry Dupièreux