Vie de parent

Des robots et cie

En 2016, l’électronique et la technologie virtuelle s’introduisent toujours davantage dans l’univers du jouet en apportant un vrai plus du côté des apprentissages et des plaisirs de jeu.

Des robots et cie

Dès 3 ans, place au robot

Chenille programmable

Une chenille qui met la programmation à portée des plus jeunes : ses différents éléments sont interchangeables, chacun d’entre eux ayant une fonction particulière (avancer, tourner à gauche, tourner à droite). En choisissant l’ordre dans lequel il va assembler les segments de la chenille, votre enfant va programmer son itinéraire. Une fois au sol, surprise : l’animal va-t-il se déplacer en suivant le chemin imaginé ? Drôle et malin. Développe la latéralisation et la vision dans l’espace. Jusqu’à 5 ans. Autour de 60 €.
(Fisher Price)

►Ce qu’en pense notre journaliste
On est souvent frileux à l’idée de vous recommander des jouets robotisés : bien qu’ils soient attrayants, les enfants s’en lassent vite, car les possibilités de jeu sont limitées. Une exception, ici : votre enfant va apprendre à évaluer et à programmer la trajectoire de la bestiole. Dommage cependant qu’on ne puisse diminuer le son qui l’accompagne.

Dès 5 ans, ingénieur électronique

Mars Explorer

Et voici le jeu de construction qui se marie avec l’électronique. Avant de voir évoluer son véhicule, votre gamin(e) devra d’abord le construire à l’aide des pièces de différentes formes qui tiennent ensemble grâce à des aimants. Le tout en suivant des modèles ou en faisant travailler son imagination. Certaines boîtes - dont celle-ci - contiennent en plus de ces pièces aimantées, des petits moteurs pour faire avancer le véhicule une fois construit. Jusqu’à 8 ans. Autour de 80 €.
(Geosmart)

► Ce qu’en pense notre journaliste
Sympa et design que ces pièces aimantées qui donnent un joli coup de fraîcheur au jeu de construction. Ici, il ne faut pas emboîter les pièces, mais les placer, tranche contre tranche, ce qui aide à développer la vision en 3D et dans l’espace. Avec ses gros éléments électroniques, faciles à manipuler par de petites mains, ce produit belge réussit à mettre ce type de jeu à la portée des plus jeunes.

À lire : Saint-Nicolas 2016 : des jouets pour être bien dans son corps

Dès 7 ans, voyageur virtuel

View Master

Le View Master, ce boîtier rouge dans lequel les quadras d’aujourd’hui inséraient des disques en carton pour voir des images en relief refait surface en s’adaptant aux nouvelles technologies. C’est au tour de leurs enfants d’être bluffés par la réalité virtuelle de cette visionneuse qui les fait voyager dans la jungle, la savane ou l’espace comme s’ils étaient à l’intérieur de l’image. Jusqu’à 10 ans. Autour de 40 €.
(Mattel)

► Ce qu’en pense notre journaliste
Un jouet qui offre une première expérience de réalité virtuelle. Attention, il s’utilise uniquement avec certains smartphones compatibles avec la visionneuse. Vous avez toujours votre vieux View Master ? Montrez-le à vos mômes et comparez les technologies tout en racontant vos souvenirs d’enfance.

Dès 9 ans, robotique toujours

Micronoid

Une autre nouveauté qui réunit électronique et jeu de construction, mais pour votre préado, cette fois. Il doit assembler des pièces en plastique à l’aide d’un tournevis, ce qui nécessite une certaine dextérité. Une fois le robot construit, il chante, danse et répond même à des questions par oui ou par non. Il est aussi possible de programmer ses déplacements. Plusieurs modèles sont disponibles : du Micronoid (20 cm) au Meccanoid (120 cm) pouvant interagir entre eux. Jusque 12 ans. Autour de 50 €.
(Meccanno)

► Ce qu’en pense notre journaliste
Un jeu où votre enfant reste maître de sa créativité puisqu’il peut imaginer librement d’autres modèles. Et très pratique : les classiques pièces Meccano sont compatibles avec ces modèles électroniques.

Anouck Thibaut

Sur le même sujet

Des jouets tout doux

Des doudous tendres à offrir à votre tout-petit pour l’apaiser au moment du coucher. Des poupées ou des peluches pour qu’il se sente accompagné. Autant de jouets qui sont de véritables boules de tendresse et auxquels votre enfant s’attachera pour de nombreuses années.

 

Pour être bien dans son corps…

Du hochet au diabolo, ils sont nombreux ces jouets qui aident votre enfant à explorer ses cinq sens avant d’affiner son adresse et sa dextérité. Bref, des jeux qui aident tout simplement à être bien dans son corps et dans sa tête, puisque certains explorent aussi les émotions.

 

Pour faire comme papa et maman

Les jeux d’imitation et ceux appelés « petits univers » sont une grande famille de jouets, fondamentaux pour grandir. Avec eux, l’enfant apprend à singer notre monde, celui des adultes, pour mieux s’y projeter. Parents, attention, nos enfants nous regardent !

 

Jeux de société

Activité rassembleuse par excellence, le jeu de société est un secteur toujours aussi foisonnant tant l’imagination des créateurs, aussi bien du côté du matériel que des mécanismes, semble sans limite. Nos élus, parmi les quelque mille sorties en 2016, conjuguent plaisir du jeu, qualité des apprentissages et simplicité de la règle.

 

Des jeux qui dopent le cerveau

Très tendance aussi, les jeux qui développent tout particulièrement les neurones et les connaissances de vos enfants. Une manière pour eux d’apprendre à s’occuper tout en s’amusant… tout seuls, pour le plus grand plaisir des parents !

 

Du côté des artistes en herbe

Ringards, les bricolages ? Les enfants du numérique y trouvent toujours autant de plaisir que leur prédécesseurs et sont tout aussi fiers d’exposer leurs œuvres. Cette année, cette catégorie de jeux est pourtant maigrichonne tant les marques ont été peu inspirées par ce type d’activité. Dommage pour les enfants. Tant mieux pour ceux qui ont produit des boîtes de bricolage les années précédentes : pour les retrouver, rendez-vous dans nos coups de cœur.

 

Notre sélection jeux-jouets 2016. Le choix de 5 mamans et leurs enfants

Un rendez-vous qui sent bon les rires et les cris de joie. Enfin ! Après les jeux olympiques de la rentrée qui nous replongent dans une course effrénée après le temps, sans compter les premiers bobos de l’automne qui bouleversent notre calendrier, la venue de saint Nicolas est une vraie pause-plaisir. Pour les enfants, bien sûr, mais aussi pour nous, les parents.