0/2 ans

Des spectacles pour tout-petits aussi

Ils sont plutôt rares, les spectacles pour bébés. Et c’est normal. Rester sagement assis dans une salle plongée dans l’obscurité, ce n’est pas très rigolo pour nos petits marmots. Mais certains artistes ont trouvé la solution : accepter la spontanéité des bébés et parfois les inviter sur scène pour explorer et vivre le spectacle avec eux.

Des spectacles pour tout-petits aussi

« Dès le départ, les tout-petits entrent sur cette surface dorée et se découvrent eux-mêmes, ils voient leur reflet sur ce sol brillant. Après, ils découvrent le son. On commence avec un vibraphone. On les invite… à moins que ce soient eux qui nous invitent. Quand je fais un son dans un tuyau et que je regarde un enfant du coin de l’œil, je ne sais pas si c’est lui ou moi qui invite l’autre », raconte Alice Maffi, artiste de la Compagnie des Trois Points-Emovère asbl en parlant de son spectacle Bright pour bébés de 8 à 15 mois.
Parce que oui, même si petit, on peut déjà profiter d’un (court) spectacle. Surtout si on peut y participer ! « On propose une performance dans laquelle on prévoit que le bébé interagit, on vit avec notre petit public. Nous avons notre écriture de mouvement mais on est toujours prêts à improviser », poursuit la comédienne. Et de découvertes en surprises, les petits regardent, écoutent, touchent et participent finalement au spectacle.

Des bébés tètent, des parents dansent

« On tente d’éveiller les tout-petits par des matières simples, comme les tissus, on essaye de rentrer dans leur temps d’attention et d’étirer un peu ce moment de concentration. On joue avec le temps en restant dans le plaisir. Et on trouve du bonheur dans ce temps partagé en famille, on y trouve une part de magie et d’émerveillement commun. »
Et l’émerveillement, chez nos petits trésors, c’est facile. Pour les adultes, c’est parfois moins évident. Mais certains se laissent contaminer par la joie de leur bambin. « La réaction des parents dépend de l’atmosphère, du lieu et du milieu. Les réactions ne sont pas les mêmes à Bruxelles et à Paris. Certains parents dansent avec nous. Parce qu’on termine avec des tubes rouges, on tisse des liens, on fait des sons, on chante une chanson qui parle du soleil. Ça se termine crescendo. Et à la fin, on est sous un tipi dans lequel on a accroché des chaînettes qui brillent et qui envoient des reflets. Certains parents s’amusent et d’autres tiennent plus timidement la cabane aux quatre coins », raconte l’artiste.

Dans un spectacle pour petits, chacun crée sa propre histoire, découvre un univers

Mais peu importe la réaction de chacun, l’essentiel est l’échange et le partage entre les artistes et les petits, et même parfois entre les petits et leurs parents. « Nous travaillons d’abord pour les familles, pas uniquement pour les tout-petits, explique encore Alice Maffi. Ce qui est émouvant lors d’un spectacle, c’est que les parents regardent autrement leur enfant, qu’ils s’amusent, simplement. Et qu’ils vivent une expérience au travers des yeux de leur enfant. Le début de la vie d’un enfant, c’est un moment délicat et important. C’est à ce moment-là que le bébé construit la base de sa vie pour le langage et plein d’autres choses. Pour les parents aussi, c’est un moment super important. Avec un enfant, ils se retrouvent dans un rythme complètement différent, ils sont parfois perdus et il n’y a pas beaucoup d’évènements qui leur permettent de se retrouver avec d’autres parents et de vivre des choses particulières avec leur petit ».

Un moment suspendu

Se poser, regarder et partager un moment de découverte au rythme de l’enfant, sans timing, ni smartphone, un beau programme ! Mais pas toujours simple à respecter pour certains parents… un peu stressés. « Avant un spectacle, les parents ne doivent rien faire, rien dire, juste se laisser aller, conseille Floriane Palumbo du Théâtre de la Montagne Magique. Les parents stressent souvent avant cette première sortie. On leur conseille alors de laisser l’enfant vivre son expérience. On peut préparer l’enfant, lui dire qu’on va faire quelque chose de spécial mais ne pas trop raconter à l’avance. Et résister à cette envie de lui expliquer le spectacle tel qu’on le voit pour le laisser découvrir lui-même. Il n’y a pas vraiment d’histoire dans un spectacle pour petits, chacun crée sa propre histoire, découvre un univers ».
Et avec un si jeune public, aucune représentation ne ressemble à une autre. Car les mini-spectateurs sont parfois imprévisibles. « Il arrive que certains se mettent à téter, lâche Alice Maffi dans un sourire. Le plus difficile, c’est quand il y a beaucoup de monde ou que les âges sont très différents. Alors, parfois, un petit pleure un peu parce qu’il est fatigué. Son parent le prend à part, mais c’est assez rare car le spectacle est court ».
« Chez nous aussi, quand un enfant pleure, on conseille à un de ses parents de prendre un peu de recul avec lui. Parfois ça suffit, parfois pas, ce n’est pas le bon moment pour l’enfant… alors le parent peut sortir et revenir si ça va mieux. Il arrive aussi qu’un artiste aille vers un enfant qui pleure et qu’il s’adresse à lui pour l’apaiser », explique Floriane Palumbo.
Et pour éviter les pleurs, en amont, le théâtre évite les scènes de noir complet et tente de mettre les petits à l’aise dès leur arrivée. « Lors des spectacles pour tout-petits, les artistes sont déjà sur scène pour accueillir le public qui entre. Il ne fait pas tout noir, on crée une ambiance de semi-pénombre rassurante », poursuit la chargée de communication du théâtre bruxellois.
Et puis, la meilleure manière de rassurer l’enfant, c’est de rester près de lui pendant le spectacle, détendu(e). Après un passage au petit coin s’il est déjà propre et avec doudou et une petite bouteille d’eau glissée dans votre sac, car certaines salles de spectacles pour petits sont bien chauffées.

Estelle Watterman

EN BREF

Comment choisir un spectacle pour un mini ?

► Pour commencer, vérifier la durée du spectacle avant d’acheter les billets. Un spectacle long ne sera pas forcément le meilleur pour un bout de chou, au contraire ! Un enfant de moins de 2 ans peut rester concentré entre 20 et 40 minutes. Pour l’emmener une après-midi entière au cirque, attendez encore un peu.
► Vérifiez également l’heure de la représentation. Qu’elle puisse se caler en début de journée ou après une sieste, afin que l’enfant n’arrive pas épuisé sur place.
► Et puis, surtout, visez de préférence une compagnie passionnée et spécialisée dans des représentations pour tout-petits. Un indice pour les reconnaître, elles précisent souvent l’âge de leur jeune public. Actuellement à Bruxelles, le Théâtre de la Montagne Magique accueille jusqu’au 21 mai le Festival international de l’art et les tout-petits, une bonne occasion de tenter une première sortie culturelle. Et près de chez vous, un centre culturel ou une bibliothèque propose peut-être un spectacle sur mesure pour vos bambins. Guettez notre page « Que faire avec votre enfant ce week-end », en ligne tous les vendredis, vous y trouverez sans doute un bon plan.

DES PISTES

Et si on faisait le spectacle à la maison ?

Pas besoin de grand-chose, juste un peu de temps et de disponibilité sans écran allumé dans les parages. Un tapis dégagé peut se transformer en véritable scène. Vous pouvez y cacher sous un tissu ou dans une caisse divers objets que votre enfant pourra découvrir avec vous, manipuler et peut-être même mâchouiller à sa guise : un grand chapeau en feutrine, des maracas, des plumes… selon votre inspiration.
Vous pouvez aussi profiter d’une sieste pour réviser quelques chansons à gestes sur YouTube. Et la chanter à votre petit à son réveil. Vous le verrez bientôt bouger ses petites menottes sur l’air de Tourne, tourne, petit moulin ou de L’araignée Gipsy qui monte à la gouttière. Pas le temps de trouver une vidéo sur la toile ? Demandez à la joyeuse puéricultrice de la crèche de vous apprendre sa chanson préférée. Et puis, amusez-vous !

Sur le même sujet

3-8 ans : poupées, châteaux et autres découvertes

Votre enfant grandit et les activités se diversifient, histoire de lui faire découvrir la culture sous toutes ses coutures. Des livres et de la musique, encore. Mais c’est aussi le temps des premiers cinés et spectacles, des premières visites d’expos. De quoi multiplier les apprentissages et aiguiser sa sensibilité à l’art… tout en s’amusant.