Vie de parent

Dire STOP à l'asthme :
l'importance de l'entourage

Surveiller les symptômes, tester son souffle, observer et prévenir : « STOP à l'asthme », dit la campagne 2019 de la Journée mondiale consacrée à la maladie. L'enfant qui en souffre a besoin d'un encadrement attentif qui veille au bon suivi du traitement. Avec le Ligueur, revue des bons gestes à adopter.

Dire STOP à l'asthme : l'importance de l'entourage

L'asthme est une maladie qui est devenue courante dans nos pays industrialisés, touchant 6 à 7 % des adultes de 20 à 45 ans en Belgique.

8 à 10 % des enfants

La prévalence de cette maladie est encore plus importante chez les enfants : 8 à 10 % des moins de 18 ans sont asthmatiques. Pour diminuer le nombre de crises et assurer une évolution favorable à long terme, il faut suivre avec attention la prise adéquate du traitement.

L'asthme est une maladie chronique qui se manifeste par crises, au cours desquelles le malade tousse, a une respiration souvent sifflante et difficile. Il ressent un essoufflement, une sensation d'étouffement. Chez l'asthmatique, les bronches sont atteintes d'une inflammation chronique qui les rend plus sensibles. À l'occasion d'un contact avec un agent irritant, la muqueuse qui tapisse la paroi interne de ces bronches enfle, tandis que les muscles situés autour des bronches se contractent. Ce double phénomène en réduit le diamètre et diminue ainsi la capacité respiratoire.

Des causes multiples

Des facteurs génétiques interviennent. Quand un ou les deux parents sont asthmatiques, le risque que leurs enfants le soient aussi est plus élevé. Mais les facteurs d'environnement sont tout aussi importants. En effet, une allergie est la cause la plus fréquente de l'asthme. L'appareil respiratoire réagit de manière anormale à la présence d'une substance appelée allergène dont les plus fréquents sont les acariens présents dans la poussière de maison, les pollens de graminées et d’arbres, les poils d'animaux (chats, chiens, chevaux...) et les moisissures. Il ne s'agit pas toujours d'allergie, mais d'une hypersensibilité à des substances irritantes présentes dans l'air (fumée de cigarette, émanations de peinture, de colle, de produits d'entretien...) ou encore à des conditions atmosphériques comme le brouillard.

Certains événements peuvent contribuer à déclencher des crises d'asthme, notamment des infections virales ou des situations de stress. L'effort physique intense, surtout par temps froid, peut aussi être un facteur déclenchant car il augmente l'apport d'air glacé dans les bronches.

Traitement et prévention

Il existe deux types de traitement. D'abord le traitement de fond qui permet de réduire l'inflammation des bronches. Il s'agit soit de comprimés, soit d'un produit inhalé. Ce traitement doit être pris très régulièrement, même quand il n'y a pas de symptômes. D'autre part, le traitement de crise (par inhalation) intervient quand des symptômes surviennent. Si nécessaire, un traitement préventif peut aussi être pris quelques minutes avant que l'enfant commence un effort physique.

Une question d’éducation

L'éducation de l'enfant à la prise régulière de son traitement et aux mesures préventives adéquates est indispensable. Pour ce faire, l'ensemble de son entourage doit agir dans le bon sens, ce qui suppose qu'il ait une connaissance suffisante de la maladie et des mesures à prendre. Cela concerne en premier lieu la famille, mais aussi l'école.  Une information à ce niveau est disponible auprès du Fonds des affections respiratoires. On a constaté que lorsque leur maladie est bien comprise par leur entourage, les enfants asthmatiques évoluent nettement mieux : ils connaissent moins de crises et, de ce fait, sont moins souvent absents de l'école et y réussissent mieux.

Jean-Paul Vankeerberghen

Prévention : quelques conseils

Parallèlement, il est important de prendre des mesures préventives destinées à éviter que l'enfant soit mis en présence d'allergènes ou de substances irritantes. Pour éviter la multiplication des acariens, on veillera à :
• bien aérer les locaux que fréquente l'enfant,
• à limiter au maximum les tentures et les tapis,
• à aspirer régulièrement les matelas et les fauteuils.

Sur le même sujet

Faut-il interdire de fumer dans les aires de jeux ?

Il est désormais interdit de fumer dans les aires de jeux pour enfants, dans le 14e arrondissement à Paris. Peut-on généraliser l’idée et l’appliquer en Belgique ?  Et jusqu’où peut-on interdire au nom de l’environnement collectif et du bien-être de nos familles ?

 

Éviter que la rhinite tourne à l'asthme

La rhinite allergique peut être lourde à supporter en elle-même. Mais la traiter dès l'enfance peut réduire le risque de développer de l'asthme plus tard.