Vie de parent

Droits humains : participez,
c’est lumineux

Ce dimanche 10 décembre, la Belgique s’illumine en faveur des droits humains. Avec Amnesty International, des milliers de personnes sont mobilisées pour une campagne de collecte de fonds, rendue possible grâce aux bénévoles, aux groupes locaux et aux écoles. Si vous ne l’avez pas encore fait, demandez à votre enfant comment vous engager : il aura sans doute une petite idée…

Droits humains : participez, c’est lumineux

Et si ça devenait une tradition de fin d'année cette campagne bougies d'Amnesty ? Cette année encore, l'ONG s'enflamme. Elle lance une remorque baptisée « candles truck » basée sur le modèle des food trucks, que vous pouvez voir dès maintenant sur les marchés de Bruxelles et de Wallonie. L'objectif ? Vendre des bougies, vous l'aurez compris. S'y joint, une version autocollante de la bougie illustrée par Philippe Geluck. Une manière graphique de déclarer sa « flamme » et faire savoir son attachement aux droits humains.
Philippe Hensmans, directeur de la section belge francophone d’Amnesty International insiste : « Nous appelons le public à s’engager concrètement en se rendant dans l’un des nombreux stands à Bruxelles et en Wallonie pour écrire une lettre et en allumant la bougie Amnesty à sa fenêtre le soir du 10 décembre. Les droits humains et ceux qui les défendent ont plus que jamais besoin de notre soutien ! ».

Une bougie ? Mais pourquoi donc ?

La bougie est peut-être devenue le symbole le plus connu d’Amnesty International. Le plus souvent les écoles participent à leurs reventes. Les groupe-écoles sont très impliqués dans la vente, à Bruxelles et en Wallonie. Après avoir été sensibilisés aux questions de droits humains, les élèves se mobilisent pour animer la campagne. Avec comme objectif le 10 décembre, date anniversaire de la signature de la Déclaration universelle des droits de l’homme en 1948, où elles seront toutes allumées. La bougie illustre un vieux proverbe chinois : « Mieux vaut allumer une bougie que maudire l’obscurité ». Elle représente la volonté de faire sortir de l’ombre les prisonniers et les personnes en danger, et de mettre en lumière les violations de leurs droits.

Le Marathon des lettres

Autre moyen de contribuer à la campagne avec vos enfants, écrire une lettre pour sauver une vie. Il s’agit de signer un maximum de pétitions, d’écrire des lettres pour améliorer la situation de personnes en danger. En réalité, il faut en rédiger deux : l’une qui sera adressée à une personne disposant de l’autorité nécessaire pour aider à faire bouger les choses (roi, président, chef de la police, etc.) et l’autre à la personne en danger, afin qu’elle sache qu’elle n’est pas oubliée. Il existe une liste des villes participantes.

Les Villes-lumières

Les Villes-lumières sont le prolongement de l’action en faveur des personnes en danger. Près de 40 villes et communes ont reçu ce label et défendent activement et concrètement les droits humains au niveau local, mais aussi ailleurs, car elles participent au Marathon des lettres annuel en faveur d’individus en danger. Certaines villes décident d’adopter une personne victime de violation des droits humains et mènent des actions tout au long de l’année pour faire connaître sa situation, faire pression sur les autorités de son pays, dans le but qu’elle soit libérée ou jugée de manière juste et équitable.

Aya Kasasa

EN SAVOIR +

► Une page spéciale consacrée au 10 décembre d’Amnesty International.

► Acheter une bougie ou sa version autocollante illustrée par Philippe Geluck.

► Vous souhaitez devenir vendeur de bougies bénévole, il suffit de compléter le formulaire en ligne disponible à l’adresse suivante, il est encore temps.

+ d'infos : Marie Gervais

Sur le même sujet

Et si mon ado faisait du volontariat sans le savoir ?

Impliqués dans leur école, dans les mouvements de jeunesse, dans leur club de sport, les ados font souvent du volontariat sans le savoir. Mais quels sont leurs droits ? Sont-ils couverts par une assurance ? Et s’ils commettent une faute ou un dommage, qui paie ?

 
 
 
Le Ligueur utilise des cookies pour faciliter la navigation sur ce site web et permettre l’utilisation de ses fonctionnalités. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies. J'accepte l'utilisation des cookies
En savoir plus