Vie de parent

École ou planète ?
Ils ont choisi

Ce jeudi 21 février à Bruxelles, la militante suédoise, Greta Thunberg, se joindra au mouvement de protestation de nos ados en faveur du climat. Rappelons que ces manifs sont destinées à se répéter chaque semaine. La présence de l'iconique suédoise risque donc de plonger la révolte de nos jeunes dans une nouvelle dimension. L'occasion de revenir sur les coulisses de #YouthForClimate avec l’éclairage de Kyra Gantois, 19 ans, l’une de ses initiatrices.

 

École ou planète ? Ils ont choisi - #YouthForClimate

Kyra Gantois et Anuna De Wever ont respectivement 19 et 17 ans. Inspirées par la jeune Suédoise de 15 ans Greta Thunberg, qui encourage les jeunes du monde entier à s’absenter des cours pour interpeller les politiques sur la question climatique, elles ont lancé le move chez nous.
Leur but ? Encourager un maximum d’étudiants à sécher les cours chaque jeudi matin pour manifester en faveur du climat. « Nous espérons que quelque chose se passe enfin et que les politiciens assumeront leurs responsabilités, explique Kyra. Pour l’instant, il semble n’y avoir tout simplement pas d'avenir pour nous, les jeunes. Il nous semble parfois difficile de construire et d’imaginer une vie future si on continue comme ça. Ce problème est si grave que nous devons vraiment cesser de l’ignorer et demander des comptes aux politiciens ».

Le déclic : agir, maintenant

« Le déclic nous est venu suite à la canicule de cet été qui nous a vraiment effrayée. Et lorsque nous avons vu Greta Thunberg se lancer, nous nous sommes dit : 'O.K., c'est le moment !' ». Kyra et Anuna et les milliers de jeunes qui les ont suivies démontrent bien que, loin des clichés je-m’en-foutiste, les ados d’aujourd’hui ont envie de se bouger et comptent bien se faire entendre. Greta Thunberg dit tout haut ce que nombreux pensent tout bas et est devenue rapidement le visage d’une génération fatiguée par l’inaction de ses politiques.
Et pour cause : nos enfants devront demain porter les conséquences de notre immobilisme. « Il n’y a pas de planète B », « Arrêtez de nous voler notre avenir », « What we save saves us » : autant d’affiches et de slogans scandés dans les rues par nos ados qui s’inquiètent de l’avenir de notre planète, de leur propre avenir et de celui de leurs enfants.

O.K., mais pourquoi sécher les cours ?

Protester en faveur du climat : d’accord. Mais pourquoi sécher les cours ? Pour attirer l’attention, pardi ! « L’absentéisme scolaire lié aux manifs attire l’attention. Nous souhaitions vraiment que l’action soit répandue par la presse ». Une approche provoc’ qui a une raison d’être : « Nous ne sommes pas les seul·e·s à faire l’école buissonnière ! Le gouvernement le fait aussi. Ils veulent que l’on étudie et que l’on obtienne nos diplômes ? Eh bien, qu’ils planchent sur le futur de la planète pour que nous puissions vraiment l’envisager, notre futur ».

Maria-Laetitia Mattern

+ d'infos

La page facebook Youth For Climate.

Bientôt dans le print

Dans le Ligueur du 6 mars prochain nous nous posons une question importante : nos jeunes peuvent-ils sauver le monde ? On a vraiment hâte de connaître la réponse !