Vie de parent

Elle a 12 ans et s'ennuie à l'école

Un enfant qui comprend plus vite que les autres et exécute très rapidement le travail demandé, ça fait rêver. Pourtant, ce n’est pas tous les jours le bonheur. Identifié souvent comme enfant à haut potentiel (ou, comme on le disait jadis, surdoué), il a de réelles difficultés à trouver sa place au quotidien. Il peut soit être en échec scolaire, soit avoir un comportement très agité, soit être particulièrement désordonné...

Elle a 12 ans et s'ennuie à l'école

Que faire ?

S’assurer que l’enfant est un HP. Pour cela, la meilleure chose à faire est de prendre un premier contact avec un centre PMS qui orientera les parents vers un neuropsychologue ou un neuropédiatre. Celui-ci réalisera un bilan complet du profil intellectuel de l’enfant, avec ses points forts ou moins forts mais aussi sa personnalité, ses capacités relationnelles. En effet, le calcul d’un quotient intellectuel (QI) n’est qu’une étape pour établir le diagnostic de HP.

Réorganiser sa scolarité. En Belgique, il n’existe pas d’enseignement particulier pour les enfants HP. Mais certaines écoles, certaines pédagogies (actives, différenciées…) peuvent convenir davantage à ce type d’enfant.
À l’école primaire, il est légalement possible de sauter une année. Cette solution n’est pas évidente pour tous les enfants, d’une part parce qu’ils se retrouvent avec des élèves plus âgés sans avoir nécessairement leur maturité affective et d’autre part, le rythme des apprentissages n’est pas plus rapide.
À l’école secondaire, le saut d’une année n’est pas permis. Différentes pistes peuvent être creusées : citons la scolarité à domicile, via l’enseignement à distance et le passage des examens au jury central. Ces choix peuvent convenir à certains enfants mais ne sont pas une solution miracle.

L’extrascolaire comme planche de salut. Pour compenser ou combattre l’ennui éprouvé à l’école, beaucoup de parents de HP inscrivent leur enfant dans des activités pointue telles que l’apprentissage du japonais, de plusieurs instruments de musique, d’un sport de haut niveau…

Thérèse Jeunejean

En savoir +

Sur le même sujet

Difficultés scolaires : il y a toujours une bonne raison…

… et ces raisons prennent diverses formes, qui peuvent aller du trouble de l’apprentissage à la séparation des parents en passant par la maladie longue durée ou tout autre coup dur dans la famille. Passage en revue de ce qui peut troubler l’année scolaire de votre petit ou plus grand.

 

À 9 ans, la cour de récréation peut être un enfer

Un enfant qui craint par-dessus tout la récréation sans raconter ce qui s’y passe est peut-être en proie à du harcèlement. Ce harcèlement scolaire, souvent nommé school bullying, toucherait 10 à 15 % des élèves belges. Trouver des prétextes pour manquer à l’école, se plaindre de maux physiques, se refermer sur soi-même, avoir des cauchemars… sont autant de signes décrits dans les analyses concernant des enfants harcelés.

 

Des enfants… « trop tout » !

On les a appelés surdoués avant de les baptiser « à haut potentiel » ou « HP » (« haut potentiel intellectuel » ou « intellectuellement précoces », précisent les Français). On les appelle aussi « sentinelles » parce qu’ils perçoivent beaucoup de choses avant les autres ». Ou encore « zèbres », car difficiles à apprivoiser. Mais qu’est-ce qui rend ces enfants HP différents des autres tout en leur étant très proches ? Carine Doutreloux, administratrice de EHP Belgique, nous aide à mieux les comprendre