Elle & Lui toujours d’accord ?
À la maison

On aurait pu faire le tour des pièces, choisir des moments-clés - le souper, la table dressée, la tribu rassemblée. On aurait pu étaler à nouveau les chiffres mesurant le temps pris par Elle, par Lui pour les tâches domestiques. Les sujets où confronter les regards de l’un et de l’autre sont si foisonnants que nous avons décidé d’afficher notre parti pris. Trois thèmes ont été choisis : la chambre, lieu d’intimité, le miroir, la relation à l’image et, sur leligueur.be/2013-21, le congé parental, une césure, un choix de vie. Elle et Lui nous en parlent…

Elle & Lui toujours d’accord ? À la maison

Elle

Sa chambre, territoire interdit !

Vanessa, 42 ans, maman de Manon 14 ans : Dans la chambre de Manon, tout tourne autour de Jenifer, sa chanteuse préférée. Ça me fait peur et, parfois, ça me démange, j’ai envie de réorganiser sa chambre, mais je me retiens, mord sur ma chique et ferme la porte derrière moi. Et puis, j’oublie… 

Josiane, 46 ans, maman de Thomas, 16 ans : Pendant ses loisirs, mon fils ne quitte pas sa chambre. Quand je lui demande s’il n'a pas envie de sortir, il me rétorque : « Il n'y a rien à faire ici ». « Ici », c'est la campagne, nous habitons dans une maison isolée du village.

Christine, 45 ans, maman de Garance, 14 ans : Je vis seule avec ma fille. Depuis quelque temps, elle a pris l’habitude de s’enfermer dans sa chambre. Plus de discussions possibles, pratiquement plus d’échanges, elle vient juste à la cuisine pour manger et, de temps en temps, pour regarder une émission à la télé…

Hermine, 42 ans, belle-mère d’Hugo, 15 ans : Je vis un week-end sur deux avec l’ado de mon compagnon. Enfin, je devrais préciser que je sais que nous partageons le même territoire certains jours parce que j’entends sa musique qu’il met à fond… sans pratiquement jamais le voir. C’est comme un mur sonore entre lui et nous. Bizarre…

Mathilde, 18 ans, aînée d’une famille de deux enfants : Ma mère a toujours préféré mon frère. En vacances, dans notre maison de famille, il a droit à la plus belle chambre alors que je dois me contenter du bureau sous l’escalier, même quand il n’est pas là. Parfois, j’ai l’impression d’être Cendrillon… J’essaie de faire avouer à ma mère que l’ordre d’attribution des chambres correspond à l’ordre de préférence de ses enfants, mais je crois qu’elle ne la dira jamais.

Gaëlle, belle-mère d'une ado de 15 ans : La notion du rangement chez ma belle-fille consiste à mettre tous les vêtements qui traînent - et même ce qui est propre ! - au bac à linge et à fourrer tout le reste pêle-mêle dans les tiroirs ou sous son lit. La semaine où elle est là, je la laisse vivre dans son bordel et quand elle retourne chez sa mère, le vendredi, je donne un coup de rangement. De cette façon, on évite les disputes, ça reste quand même rangé et la femme de ménage peut nettoyer.

Le miroir, pire que la balance

Mathilde, 39 ans, maman de deux enfants : Mon fils de 12 ans mesure 1,50m pour 65 kg. Il a commencé à prendre du poids dès l'âge de 6 ans, lorsque ses grands-parents paternels ont coupé les ponts suite à notre divorce. Il s'est réfugié dans la nourriture. Il ne pense qu'à manger et ne fait plus rien à l'école. Je sais qu'il se sent mal dans son corps, je ne sais plus quoi faire. Impossible de lui faire comprendre que sa santé est en danger.

Marie-Astrid Collette, mannequin : Je suis dans ce monde où grand nombre de filles fourmillent autour de moi en parlant de leur poids au quotidien. Parfois, je vous l'avoue, ça me tourne aussi en tête, mais je me remets vite sur les rails car je me connais et je sais comment je fonctionne. Je préfère être moi-même sans frustration et vivre pleinement tout en acceptant que je n'aurai jamais un « thigh gap » (Voir encadré). Et je survis ! »

Lili, 15 ans  : Je mesure 1m57 et pèse 57 kg. Je suis complexée par mon poids, car je suis petite et ronde : ça me dérange vraiment ! Je souhaite perdre cinq à huit kilos en deux mois juste pour me sentir bien dans ma peau. Ma mère dit qu’en grandissant, je vais m’affiner…

Sybille, 34 ans, maman de deux enfants de 7 et 9 ans : J’ai entendu une psy dire que nous étions entrés « dans l’ère de la délinquance alimentaire, avec une police alimentaire ». C’est vrai qu’on se sent sans cesse sous contrôle. Sommes-nous responsables du surpoids de nos enfants ?

Françoise, trois garçons dont un ado de 15 ans : On dit que les filles monopolisent la salle de bain ! Chez moi, pas de nanas, mais des gamins, dont un qui se lamente devant la glace, chaque fois que sa poussée d’acné fait des siennes. C’est vrai, ce n’est pas drôle et, malgré les soins, c’est parfois disgracieux. Chez ma voisine qui a des filles, c’est plutôt les bourrelets qui plombent l’ambiance… Et si on retirait les miroirs ?

Lui

Sa chambre : un foutoir à réorganiser

Romain, 48 ans, papa de trois enfants dont un ado : Une semaine sur deux, j’ai mes gosses, dont Noa, 14 ans, qui est en conflit ouvert avec sa mère. L’autre jour, il m’a dit que lorsqu’elle rangeait sa chambre, c’était superviolent ! J’imagine que c’est un trou de cochon un peu comme chez moi, mais je ne veux pas m’immiscer dans leurs affaires. Mais il faudrait quand même que je lui apprenne à mettre un peu d’ordre…

Luca, 17 ans : Mon père a voulu me faire une bonne surprise. Pendant que j’étais en vacances, il a complètement réorganisé ma chambre, installé un nouveau bureau et retiré tous les posters que j’avais au mur. Je l’ai très mal vécu, j’ai ressenti ça comme une violation de mon intimité, tout comme quand ma mère range ma chambre sans m’en parler. 

Christophe, 45 ans, papa de trois enfants : Mon fils de 17 ans passe tout son temps ou presque dans sa chambre. Le comble, il faut même insister pour qu'il n'y emmène pas son assiette pour continuer à parler avec ses amis sur Facebook pendant que nous dînons.

Roberto, 16 ans : Je n’oublierais jamais le jour où mon père a fini par oser entrouvrir la porte de ma chambre pour me demander comment j’allais. Ça devait faire mille ans que j’attendais ça !

Le miroir, beau et fort !

David, 17 ans : Cela fait longtemps que je rêve d’avoir un tatouage. Je veux un dragon sur le long du bras en rouge et en vert. Malheureusement, mes parents ne sont pas du tout d’accord. Ils me sortent toutes sortes d’excuses : je vais gâcher ma vie, je vais le regretter plus tard… Mais moi, je crois que je suis assez mûr pour prendre ce genre de décision tout seul et l’assumer.

Adrien, papa de Jules, 16 ans :  Mon fils a 16 ans. Depuis un an, il va à la salle de sport pour faire de la « muscu » comme il dit. Seulement, depuis quelques mois, je vois qu’il prend des protéines en poudre, qu’il mange énormément de blanc de poulet et beaucoup d’ananas. J’ai peur que cette culture du corps musclé, des biceps et des tablettes de chocolat ne vire à l’obsession. Il se regarde tout le temps dans le miroir. De plus, je ne voudrais pas qu’il commence à prendre des compléments alimentaires dont je ne connais pas la provenance. Mais, à cet âge-là, pas moyen d’avoir une quelconque influence. Il me dit que je n’y connais rien et que tous ses copains font ça.

Karin Mantovani

Des psy en parlent...

Marie Rose Moro, psychiatre : La chambre est la représentation de leur intériorité. Entrer brutalement dans la chambre d'un ado, c'est violer son intégrité. Et quand il n'est pas là, c'est pire que tout ! Si internet prend le pas sur tout, s'il s'enferme dans sa chambre et reste rivé à son écran, délaisse ses amis, on doit réagir et chercher à comprendre. 

Marcel Rufo, pédopsychiatre : La chambre de l’adolescent représente son autonomie, son intimité, son territoire, sa grotte. C’est aussi son lieu de jeu, de sexualité, d’ouverture sur le monde, surtout lorsqu’il a un ordinateur. C’est aussi un endroit secret où il peut cacher son cahier derrière un meuble. Curieusement, la chambre de l’ado est un lieu pour sortir de la maison, s’en évader… »

Tendance

LE THIGH GAP FAIT RAGE CHEZ LES ADOS

Attention danger ! Il consiste à avoir le plus grand espace possible entre les cuisses. Et les réseaux sociaux amplifient le phénomène. Sur le web, les sites pullulent : Comment avoir un « thigh gap » rapidement ? Cinq façons d’obtenir un « thigh gap » ? Sans parler de Facebook et Twitter qui sont de très bons relais. En Belgique, 3 000 jeunes femmes entre 15 et 29 ans sont touchées par l’anorexie chaque année.

Et vous, pensez-vous...

... qu’il faut d’abord frapper à la porte de la chambre de votre ado avant d’y entrer ? Rendez-vous sur notre page Facebook pour en parler.

Sur le même sujet

Elle & Lui doivent-ils être toujours d’accord ?

Nous avions envie de savoir… Si, bien au-delà de votre propre personnalité, le fait d’être une femme, d’être un homme modifiait votre regard sur l’éducation des enfants. Nous avions envie de savoir… Alors, nous sommes partis à la rencontre de mères et de pères, de belles-mères, de beaux-pères, bien sûr, mais aussi de profs, éducateurs ou autres, féminins comme masculins. Et pour pimenter le tout, nous n’avons pas résisté à interroger des ados, filles et garçons. Nous avions envie de savoir… Arrêt sur les paroles d’elles et d’eux (dommage, « Lui » ne supporte pas le « s » !) à travers des domaines-clés de la vie des enfants.

 

Elle & Lui toujours d’accord ? À l'école

On aimerait bien être une petite mouche et observer à leur insu nos enfants parmi leurs pairs. Comment se comportent-ils ? Affables ? Agressifs ? Exclusifs ? Sexistes ? Eh oui, et ce malgré notre « bonne » éducation ! Pour en savoir plus, détour par les profs et autres acteurs de l’école. Et par les jeunes eux-mêmes.

 

Elle & Lui toujours d’accord ? L'amour et la sexualité

Difficile de laisser en rade ceux et celles qui vivent les choses de l’amour en première ligne. C’est pourquoi, à côté des paroles de mères et de pères sur la vie sexuelle et amoureuse de leur progéniture, nous avons interrogé des ados. Dont les propos dévoilent d’ailleurs souvent… l’attitude des parents.

 

Elle & Lui toujours d’accord ? Et plus tard

Les filles sont aujourd’hui majoritaires parmi les étudiants et les diplômés de l’enseignement supérieur. Leur pourcentage dépasse 50 % dans tous les pays de l’Union européenne, à l’exception de Chypre. En Belgique, leur pourcentage est de 54 % (Eurostat 2010). Ça, c’est pour l’avenir professionnel. Et pour la vie privée ? La valeur « famille » est toujours plébiscitée des deux côtés.

 

Pourquoi les femmes et les hommes ont-ils des regards différents ?

Un petit humain lorsqu’il naît est un être plein de possibles, dont les goûts, les valeurs, les manières d’être, ne sont que très partiellement  déterminés génétiquement et sexuellement. C’est par  l’éducation et la socialisation qu’il  développera certaines aptitudes, adoptera certains comportements et développera une vision du monde spécifique.

 

Elle & Lui toujours d’accord ? Le congé parental

Prendre le temps de… prendre le temps avec ses enfants. Beaucoup en rêvent, mais le congé parental reste surtout valable pour les mères. Un choix qui n’en est pas toujours un et des mentalités à faire encore évoluer.

 

Elle & Lui toujours d’accord ? Du sport… pour se sentir bien

Près des trois quarts des jeunes pratiquent un sport entre 10 et 17 ans. Les garçons (près de 8 sur 10) font plus de sport que les filles (6 sur 10). En primaire, 8 enfants sur 10 pratiquent un sport en dehors de l’école. Début secondaire, 6 jeunes sur 10. En 3e et 4e années, près de 7 sur 10 et une reprise en force fin secondaire avec 8 jeunes sur 10. Plus de 6 enfants sur 10, âgés de 10 ans choisissent eux-mêmes de faire un sport. À 17 ans, ils sont 9 sur 10 à faire ce choix sans l’avis des parents (Source : Les loisirs des jeunes - Crioc - 05/2010).