Vie de parent

En Fédération Wallonie-Bruxelles, les jeunes mamans sont de plus en plus âgées

Le Centre d’Épidémiologie Périnatale vient de sortir son rapport concernant les données de naissances 2019 en régions bruxelloise et wallonne. Parmi les enseignements, celui-ci : on devient maman à un âge de plus en plus élevé. En moins de 10 ans, l’âge moyen est passé de 29,4 ans à 30,5 ans. Bref, plus d’un an de différence.

En Fédération Wallonie-Bruxelles, les jeunes mamans sont de plus en plus âgées

Pour expliquer cette augmentation de l'âge moyen des mamans, le centre se veut prudent. Selon lui, en effet, l’origine de l’augmentation du nombre de naissances chez les mères plus âgées serait assez complexe. Néanmoins, il note que dans « le monde développé », il serait de « plus en plus fréquent pour les femmes de retarder la première naissance jusqu’à ce qu’elles soient dans leur trentaine. » Cet allongement de l’âge moyen ne serait pas sans influence sur d’autres statistiques concernant les naissances, celles touchant certaines complications auxquelles s’exposent les mères.

Surpoids et diabète

Pointés par le Centre d’Epidémiologie Périnatale, le surpoids et le diabète. Ainsi toujours selon ce rapport, « quatre mères sur dix sont en surpoids voire obèses en début de grossesse ». Sur dix ans, la tendance est à la hausse. En Wallonie le pourcentage de femmes concernées est passé de 34,7% à 41,2%. À Bruxelles, il évolue de 32,7% à 39,4%. Les maternités plus tardives ont une influence sur ces statistiques, on remarque en effet que la proportion de mamans en surcharge pondérale augmente avec l’âge.

Dans la foulée, le centre indique aussi que les mamans sont plus exposées qu’avant au diabète. Elles étaient 5,9% à Bruxelles et 5,7% en Wallonie, aujourd’hui, elles sont respectivement 15,3% et 10,5%. La différence est notable.

Une priorité de santé publique

Pour l’asbl interuniversitaire, il est clair que lutter contre l’obésité et améliorer le dépistage du diabète chez les mamans doivent être des priorités de santé publique. Selon le Centre, cela permettrait de « limiter les risques associés tels qu’un poids à la naissance trop élevé, un accouchement compliqué, une césarienne ou une hypoglycémie néonatale. »

Sur le même sujet

Surpoids, obésité : une affaire de famille

20 % des enfants de moins de 16 ans présentent une surcharge pondérale inquiétante. À surveiller ? Oui, mais surtout, à comprendre, car tout n’est pas question de simple définition. Trop manger serait aussi une stratégie de survie aux émotions…

 

Enceinte à 40 ans ou plus…

Les femmes elles-mêmes le disent et les professionnels qui gravitent autour d’elles l’observent : on n’est pas enceinte à 40 ans ou plus comme on l’est à 20 ou 25…