Enquête séparation et argent (3/4) :
201 à 250 € de contribution
alimentaire en moyenne

La Ligue des familles détaille sa dernière enquête. Troisième volet : la contribution alimentaire dans le budget familial. Six cents parents ayant connu une séparation avec enfant(s) ont été interrogés.

Enquête séparation et argent  : 201 à 250 € de contribution alimentaire en moyenne

Une fourchette assez large

La contribution alimentaire médiane se trouve dans la tranche de 201 à 250 €. 35 % des parents perçoivent moins de 150 € et parmi ceux-ci, 1 parent sur 10 perçoit moins de 100 €. 3/4 des parents ayant 1 enfant au moment de la séparation disposent d’une contribution alimentaire de moins de 200 €. Un montant identique pour seulement 35 % des familles de deux enfants mais aussi pour 36 % des familles de trois enfants ou plus ! Ceci est interpellant puisque le nombre d’enfants concernés est élevé. Par contre, 30 % des familles nombreuses perçoivent plus de 400 € de contribution alimentaire.
Pour la moitié des parents, la contribution alimentaire représente environ 10 % des revenus du ménage. Pour 1 parent sur 10, elle tourne autour de 30 ou 40 % des revenus familiaux. Pour ces familles, le versement est donc une question de survie.

Un montant jugé bien insuffisant

Ce montant est-il juste ? Correct ? En majorité, la réponse est non ! 6 parents sur 10 trouvent ce montant (très) insuffisant. Une évaluation subjective mais qui reflète néanmoins les difficultés financières des familles. La part de familles monoparentales trouvant ce montant (très) insuffisant est plus importante que celle des familles recomposées.
Gwenaëlle, séparée depuis un an, un enfant : « Mon ex-mari gagne deux fois plus que moi. J’ai la garde principale de notre fils - il voit son papa un week-end sur deux - et pourtant, je n’ai obtenu que 100 € de contribution alimentaire. Celle-ci a été calculée sur l’âge de notre fils et non sur nos revenus respectifs. Je fais donc un petit job le week-end où mon fils n’est pas là. Pas le choix ! ».

Une répartition des frais inégale

À côté de cela, la répartition des frais relatifs à l’enfant est souvent inégale. Ceci est, bien entendu, lié à l’hébergement : plus l’enfant vit chez le parent, plus ce dernier paie les frais qui lui sont relatifs. Or, les familles monoparentales ont plus souvent la garde à temps plein.

À titre d’exemple, plus de la moitié des parents seuls assume les frais médicaux. Ces résultats se confirment pour les frais de loisirs, de transports et de vacances. Les parents solos dans ce cas estiment dès lors que la contribution alimentaire qu’ils perçoivent devrait être plus élevée.

La mésinformation des parents séparés

Les parents séparés connaissent mal la loi et leurs droits. Ainsi, 4 parents sur 10 pensent qu’en cas de garde alternée 50-50, il n’y a pas de contribution alimentaire.
Seuls 40 % des parents connaissent une méthode de calcul de la contribution alimentaire. 83 % des parents n’ont pas utilisé en pratique la méthode Contriweb de la Ligue des familles.

Gaëlle Hoogsteyn

En savoir +

Tous les chiffres sur notre engagement : Des contributions alimentaires garanties.

Sur le même sujet

Enquête séparation et argent : au tribunal ou accord à l’amiable ? (1/4)

La Ligue des familles détaille sa dernière enquête. Cette fois-ci, ce sont les créances alimentaires qui ont été mises sous la loupe. Six cents parents ayant connu une séparation avec enfant(s) ont été interrogés.

 

Enquête séparation et argent : contributions alimentaires, 40 % de paiements irréguliers (2/4)

La Ligue des familles détaille sa dernière enquête. Deuxième volet : les contributions alimentaires. Six cents parents ayant connu une séparation avec enfant(s) ont été interrogés.

 

Enquête séparation et argent (4/4) : 85 % des parents ont des difficultés à joindre les deux bouts

La Ligue des familles détaille sa dernière enquête. Quatrième volet : l’après-séparation et le risque de pauvreté. Six cents parents ayant connu une séparation avec enfant(s) ont été interrogés.