Enquête séparation et argent (1/4) :
au tribunal ou accord à l’amiable ?

La Ligue des familles détaille sa dernière enquête. Cette fois-ci, ce sont les créances alimentaires qui ont été mises sous la loupe. Six cents parents ayant connu une séparation avec enfant(s) ont été interrogés.

4 parents sur 10 passent par le tribunal

Les finances liées à la séparation sont un sujet qui fâche. Ainsi, comme révélé par l’enquête, le passage par le jugement reste la voie prioritaire. 41 % des parents passent devant la justice pour déterminer le montant de la pension alimentaire. Ce passage par un jugement dépend des revenus. Plus bas sont les revenus, plus le recours au tribunal est fréquent. 45 % des parents disposant de revenus inférieurs à 1 500 € sont passés par lui. Pour ces parents, la question des finances est cruciale.
Quand on ajoute à cela le manque de communication qui suit généralement les séparations houleuses, il est d’autant plus difficile de trouver un accord. Comme Alicia, maman de deux enfants  et séparée depuis trois ans, qui explique comment elle est sortie de l’impasse : « Mon ex et moi avions opté pour la médiation. Mais, au bout de quelques séances, j’y ai mis fin. Il passait les séances à tripoter son GSM, n’apportait pas les papiers demandés, arrivait en retard, voire ne venait pas du tout. Je n’ai donc eu comme autre solution que de me tourner vers la justice ».

1 parent sur 3 s’arrange à l’amiable 

Pour ces parents, les principaux avantages sont la simplicité, la rapidité et la gratuité du processus. Et l’impression très nette de protéger les enfants des tensions en privilégiant un mode de résolution des conflits basé sur la discussion.
Une fois de plus, on observe que les bas revenus ont peu recours aux arrangements à l’amiable pour fixer le coût de l’enfant. Seuls 17 % des parents dont les revenus familiaux sont inférieurs à 1 500 € s’arrangent entre eux. 
Quant à la médiation, elle récolte en général peu de succès : seuls 5 % des parents ont choisi cette procédure. Par manque d’information, sans doute…

1 parent sur 20 obtient ce qu’il souhaite

Parmi les répondants passés par un jugement, seulement 5 % disent que la contribution alimentaire fixée est juste. Par ailleurs, on constate que les pensions alimentaires fixées par jugement ont tendance à être souvent payées de façon irrégulière, voire pas du tout. Le passage au tribunal reflète souvent une situation conflictuelle qui n’est pas propice au bon paiement.
Enfin, la moitié des parents passés par un jugement estiment que le passage par la justice coûte cher et est difficile étant donné les conflits familiaux. Louis, papa de deux filles et séparé depuis dix ans, en témoigne : « La procédure en justice a duré près de deux ans. Mon ex ne communiquait avec moi que par avocat interposé et, chaque mois, j’avais environ 300 € de frais. C’était une période très stressante où je redoutais d’ouvrir ma boîte aux lettres et où j’ai dû vraiment me serrer la ceinture ».

Gaëlle Hoogsteyn

Sur le même sujet

Comment va-t-on avancer les créances alimentaires ?

Le manque de moyens alloué par le Fédéral au SPF finances, annoncé pour 2015, risque de menacer le bon fonctionnement du Service de créances alimentaires (Secal). La Ligue des familles s’inquiète pour les familles monoparentales.

 
 

Monoparentalité : quelques chiffres clés

Le 21 avril, la Ligue des familles organise une journée d’études et de débats sur les contributions alimentaires, le coût de l’enfant et les aides aux parents solos. A cette occasion, La Ligue des familles a mené une enquête auprès de près de 600 parents ayant connu une séparation avec enfant(s). Nous vous livrons en exclusivité les chiffres-clés de cette enquête.

 

Enquête séparation et argent : contributions alimentaires, 40 % de paiements irréguliers (2/4)

La Ligue des familles détaille sa dernière enquête. Deuxième volet : les contributions alimentaires. Six cents parents ayant connu une séparation avec enfant(s) ont été interrogés.

 

Enquête séparation et argent : 201 à 250 € de contribution alimentaire en moyenne

La Ligue des familles détaille sa dernière enquête. Troisième volet : la contribution alimentaire dans le budget familial. Six cents parents ayant connu une séparation avec enfant(s) ont été interrogés.

 

Enquête séparation et argent (4/4) : 85 % des parents ont des difficultés à joindre les deux bouts

La Ligue des familles détaille sa dernière enquête. Quatrième volet : l’après-séparation et le risque de pauvreté. Six cents parents ayant connu une séparation avec enfant(s) ont été interrogés.