Vie de parent

Enseignement supérieur :
des prolongations possibles
jusqu’au 10 juillet ?

Ce mardi, la ministre de l’Éducation, Valérie Glatigny, va déposer une note au gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Il y sera question de pistes pour l’aménagement de la fin de l’année dans l’enseignement supérieur. Parmi les propositions, la latitude donnée aux établissements de faire les prolongations jusqu’au 10 juillet.

Enseignement supérieur : des prolongations possibles jusqu’au 10 juillet ?

« Pour les établissements qui en auraient besoin, il sera possible de prolonger le deuxième quadrimestre jusqu’au 10 juillet de façon à permettre les apprentissages, les examens et les délibérations ». Voilà ce qu’on avance du côté du cabinet de la ministre de l’Éducation, en s’empressant d’ajouter qu’en parallèle « la réglementation en matière de congés d’été du personnel devra être respectée ».

Cette dernière précision est importante. C’est que ce lundi matin pour discuter de cette note, Valérie Glatigny s’était entourée de tous les acteurs de l’enseignement supérieur. Les chefs d’établissement des universités, des hautes écoles et des écoles supérieures des arts. Des représentants des étudiants, les commissaires/délégués du gouvernement, l’Académie de recherche et d’enseignement supérieur (ARES), l’administration générale de l’enseignement, mais aussi les organisations syndicales, celles-ci veillant aux intérêts du personnel des institutions. C'était un des points délicats du dossier comme nous l'avions déjà souligné.

Dans le cadre de cette rencontre, la ministre a demandé une note de travail à l’ARES qui lui servira de base pour les propositions déposées demain au gouvernement de la Fédération.

Pour l’instant quatre grands axes sont connus

► Il y a donc cette prolongation possible du deuxième quadrimestre jusqu’au 10 juillet.

► Mais aussi, des aménagements possibles concernant les stages, travaux pratiques, travaux de fin d’études et mémoires. On annonce un rôle important attribué au jury.

► Sur l’organisation des examens. « Les étudiants devront recevoir de la part de leur établissement les dates et les modalités des examens suffisamment à l’avance ». Autre point d’attention : « L’établissement devra également mentionner explicitement quelle partie de la matière sera sujette à évaluation ».

► Enfin, « une aide directe pour les étudiants en difficulté - à travers des subsides sociaux mis à disposition par les établissements - sera proposée afin de pouvoir leur apporter le soutien nécessaire en cette période difficile ». Ce type de mesure avait déjà été adoptée par certains établissements.

Sur le même sujet

Campus fermés jusqu'à la fin juin : ce que disent les recteurs

Voilà une info qui va chambouler l’organisation de fin d’année de nombreux étudiants. Les universités francophones ont décidé de rester « virtuelles » jusqu’à la fin de l’année. De l’autre côté de la frontière linguistique, la même mesure a été prise.

 

Confinement : l’année scolaire prolongée dans le supérieur ?

C’est une des grosses questions en suspens concernant la scolarité des élèves du supérieur. Comment va s’organiser la fin de l’année ? Du côté des universités, on affirmait ces derniers jours vouloir rester fidèle au calendrier de l’année académique. Dans les hautes écoles, c’est moins clair, tant la façon de fonctionner diffère d’un établissement à l’autre. Hier, l’idée d’un allongement de l’année scolaire est revenue sur la table. On fait le point.

 

Fin d’année dans le primaire et le secondaire ? Trois scénarios sur la table

Les ministres de la Fédération Wallonie-Bruxelles étaient réunis ce mardi. Au cœur des discussions, la gestion de la fin de l’année scolaire. Les épreuves certificatives du primaire et du secondaire sont en sursis.

 

Confinement prolongé jusqu’au 3 mai, le CEB passe donc à la trappe

Ce n’est pas une surprise, la Première ministre Sophie Wilmès a annoncé ce mercredi que les mesures de confinement étaient prolongées jusqu’au 3 mai. Il y a quelques aménagements, mais les règles de base restent de mise. Pour un retour à la normale, il faudra patienter. En attendant, les épreuves certificatives (CEB, CESS) passent logiquement à la trappe.