Vie de parent

« Et pour finir, il n’y a peut-être plus que le vélo pour se déplacer » - Benoit Godart, porte-parole de l’institut VIAS

Une chose est sûre, on ne peut plus continuer comme ça. Il est parfaitement vrai que s’il faut comparer le nombre d’embouteillages, les kilomètres de files, en se basant uniquement sur des données objectives : oui, c’était mieux avant. Mais il y a du mieux aussi maintenant.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Le Ligueur utilise des cookies pour faciliter la navigation sur ce site web et permettre l’utilisation de ses fonctionnalités. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies. J'accepte l'utilisation des cookies
En savoir plus